Pour Daniel...

  • Imprimer

Photo : ElTico
Photo : ElTico
C'est à Fontanès, à la ganaderiaSan Sebastian dont il était le mayoral de cœur, que les membres du Club Taurin « Toros Y Toreros » de Mauguio avaient tout naturellement choisi de rendre hommage à leur Président, Daniel Jimenez, disparu subitement à 53 ans en plein cœur de « sa » Romeria.

Auprès de la stèle et de l'azulejo sur lequel il figure dans cette tenue qu'il affectionnait tant, en plein campo, s'est déroulée une cérémonie simple mais très émouvante. André Malraux écrivait en 1937 dans L'Espoir :  « la tragédie de la mort est en ceci qu’elle transforme la vie en destin ». Le destin de Daniel Jimenez, méritait que son souvenir soit salué par tous ses amis, au milieu des toros qu'il aimait tant et auxquels, en grand aficionado qu'il était, il avait sacrifié un pan de son existence. C'est sans nul doute ainsi que Daniel aurait souhaité que l'on perpétue son souvenir. Et c'est sans nul doute non plus qu'il sera présent aux côtés du futur Président de « Toros Y Toreros » lors des prochains défis qui s'annoncent, comme celui de la prochaine délégation pour l'organisation des prochaines corridas de la Romeria de Mauguio.

Cet instant de recueillement passé, tous se retrouvaient autour de la placita où Marc Serrano, Thomas Dufau, Fabio Castañeda, Pierre Mailhan et El Galo avaient été invité à lidier les toros qui n'avaient pu sortir en piste au mois de juin dernier pour cause d'intempéries. Trois Jalabert charpentés et deux Taurelle devaient permettre aux cinq toreros d'afficher leurs ambitions du moment. Thomas Dufau, qui avait demandé à pouvoir quitter les lieux rapidement car toréant en privé le soir même dans son Sud-Ouest natal, a tiré le meilleur de son Jalabert alors que Marc Serrano, toujours très professionnel, corrigeait les défauts du sien, violent dès sa sortie. Puis ce fut au tour du jeune Vénézuélien Fabio Castañeda qui se montra très décidé et très affuté face au dernier toro de la Chassagne. De très bon augure avant son contrat de Parentis le week-end prochain. Les deux novilleros sans picadors connaissaient des fortunes diverses face aux deux Taurelle, dont le premier excellent, confirmait le bon moment que traverse la ganaderia.

 

Laurent Deloye ElTico

 

Voir le reportage photographique : ElTico