• 1

Plaisance du Gers (14/07/2017) : Confirmation des astaracs et progrès de Dorian Canton...

©Nicolas Couffignal
©Nicolas Couffignal
Dans le Gers, le 14 juillet, il y a deux rendez vous taurins incontournable Nogaro pour la Corne d’Or en course landaise et Plaisance pour la tauromachie espagnole.

C’est toujours une joie de se retrouver sur les gradins des arènes gersoises. De la tienta matinale avec El Monteño et Baptiste Cissé à la novillada du soir en passant par le repas (700 convives), tout y respire l’Aficion et l’Art de vivre gascon. Les organisateurs sont des passionnés et leur accueil pourrait en remontrer à d’autres…………..

La météo idéale et un cartel attrayant a permis de bien remplir les gradins.
Jean Louis Darré avait choisi pour cette novillada 6 erales de L’Astarac (encaste Pedrajas/ Guardiola) avec du trapio, des armures adaptées à une non piquée. Du lot ressort l’excellent quatrième noble et encasté. Côté toreros, seul Dorian, en progrès, a su s’adapter au comportement des guardiolas en toréant à mi hauteur et en se croisant. Les novillos auraient du permettre de couper plus d’oreilles mais l’inexpérience de certains et la faillite à l’épée des autres limitent le palmarès à deux appendices dont une, la dernière, discutable au vu de la mise à mort.

Le premier est le plus costaud du lot. Probablement trop lourd, il est faible et tombera à plusieurs reprises. Il est reçu par Alejandro Adame, le cadet de la fratrie, avec l’alegria habituelle des toreros mexicains. L’eral est noble mais sa faiblesse et la tauromachie trop brusque du novillero vont faire qu’il fléchit et chute même dès qu’il est trop sollicité. Le dernier des Adame a du mal à trouver le sitio et rythme adapté à son opposant. Il recule à chaque passe et retire trop vite la muleta au lieu d’aider le bicho en toréant en douceur. Il tue d’une mauvaise épée très basse et salue quand même au tiers.

Manuel Diosleguarde est le vainqueur du Bolsin de Bougue, il y avait fait bonne impression, sauf épée et descabello en main Il a depuis coupé pas mal de trophées y compris dans des arènes de première catégorie. Attendu à Plaisance, il a été décevant.
Il brinde le joli second eral au public. A la muleta, l’Astarac part de loin, manque un peu de force mais ne présente pas de difficultés particulières. Diosleguarde réalise une faena quasi uniquement droitière. Il escamote systématiquement le troisième, voire le second, temps de la passe. De ce fait, il arrête le toro, se l’envoie dessus, est désarmé. Il finit par perdre papiers et terrain face à un bicho sérieux mais pourtant « prenable ». L’espagnol salue après une entière légèrement tombée et deux descabellos.

Dorian Canton reçoit de rodillas le troisième. Après un bon tercio de cape, le français fait écourter celui des banderilles, nous privant d’une seconde paire d’El Santo, excellent à sa première pose. Après un début le long des planches, l’eral glisse et se blesse au postérieur gauche. Dorian exploite bien la noblesse du bicho. On retiendra du début de faena une bonne série à droite et une bonne à gauche. Comme lors de ces précédentes sorties, la fin de faena est plus brouillonne d’autant que le toro est allé à menos. L’élève d’Adour Aficion perd tout espoir de trophées avec une mise à mort très approximative.

Le quatrième est le plus léger du lot mais il est surtout le plus noble et le plus encasté. Après un tercio de cape, avec les traditionnelles zapopinas de la famille Adame, Alejandro banderille. La pose des palos n’est pas son fort, témoin la dernière paire très trasera. Après un début par des aidées par le haut, le mexicain construit une faena « jolie », qui porte sur le public mais systématiquement sur le voyage et sur le pico. Le mexicain est complètement passé à côté d’un très bon novillo. Il coupe quand même une oreille après un pinchazo et entière en place. L’arrastre est applaudie.

Le cinquième, très bien présenté lui aussi ; a besoin d’une lidia appliquée pour s’investir au troisième tiers. Peu en confiance, après un petit avertissement à la cape, Diosleguarde va le toréer sur le voyage, sans se croiser et finira par perdre du terrain face à un bicho qu’il aurait du dominer. Pas grand-chose à retenir d’une faena que le torero conclue d’une vilaine épée trasera.
Dorian Canton réalisera avec le dernier la meilleure faena de l’après-midi. Le toro est noble mais il a aussi tendance à aller vers les planches. L’’inexpérience du jeune novillero fera qu’il aura parfois du mal à imposer un terrain au toro. Mais si on regarde le côté plein du verre, le béarnais réussit en début de faena à garder l’eral au centre et lui donne une superbe série de naturelles à mi hauteur, en se croisant avec un certain temple. Par la suite le novillo l’emmène dans le terrain des planches, où le jeune torero avec beaucoup d’affirmation s’impose. Dominateur à gauche, bon à droite, il améliore le toro et prend le dessus sur lui.
C’est la meilleure faena de Dorian dans le Sud Ouest cette année. Dommage qu’il soit à nouveau trahi par l épée. Il coupe une oreille qui peut être discutée car venant récompenser une bonne faena certes mais conclue d’une atravesada. Toute discussion n’apporterait pas grand-chose. Ce qu’il faut retenir ce sont les progrès réalisés par le jeune torero et surtout qu’il est probablement plus à l’aise avec des toros costauds et exigeants. Cela confirme qu’il ne faut pas que le jeune torero reste trop longtemps en non piquée, à condition de progresser avec les aciers.

Fiche technique
Arènes de Plaisance, novillada non piquée
6 erales de ‘L’Astarac bien présentés et intéressants pour :


Alejandro Adame : salut au tiers, une oreille
Manuel Diosleguarde : salut au tiers avec un avis, silence
Dorian Canton : silence, une oreille


Président : Bernard Lagarde (Rion des Landes)
Température très agréable
Un peu moins de trois quarts d’arène
Deux antis parqués loin de la placita
A l’issue du paseo, un hommage a été rendu à deux membres du club taurin récemment décédés et à Ivan Fandiño

 

Thierry Reboul