• 1

La Brède (24/06/2017 - tarde) : météo et corrida maussades...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
La corrida de la Brède restera dans l’histoire comme « celle d’après ». La course tragique d’Aire sur Adour est encore dans la mémoire des aficionados présents sur les gradins de la placita girondine.

Avec beaucoup de trapio mais des armures hétérogènes, les toros de Fuente Ymbro ont été particulièrement décevants. Ils ont tous manqué de race et de fond. Seul le quatrième bis, remplaçant un titulaire qui s’est brisé la colonne vertébrale à son entrée en piste, a donné un peu de jeu. Mansos à la pique, les autres ont chargé, sans conviction à la muleta avec une attirance plus ou moins marquée pour les planches.
Quatre oreilles ont été distribuées, deux auraient suffi (une pour Curro Diaz et une pour Tomas Campos). Accorder un double trophée à Curro Diaz après une faena moyenne et un trop habile et un bajonazo, ne fait pas sérieux.

Le premier met bien la tête dans la cape. Il prend un picotazo en arrière Au second tiers, il coupe la trajectoire des banderilleros. Dès les premiers muletazos, il montre sa préférence pour le terrain des planches. A chaque sortie de passe, il s’échappe et Curro Diaz doit lui courir après pour pouvoir le citer à nouveau. Pas grand-chose à retenir d’une faena sans transmission, le torero de Linarès conclut d’une épée basse qui trompe son monde car rapide d’effet, silence pour les deux acteurs.

Le second est lui aussi peu et mal piqué. En début de faena, il fait illusion. Noble, il permet à Roman de faire une bonne série à droite Mais le toro manque de fond, il rompt le combat .Il se réfugie dans le terrain des planches où le torero enchaine quelques bonnes passes. Le torero de Valencia salue après un pinchazo et une quasi entière en avant.

Le troisième est très mal piqué en trois rencontres, les deux premières carioquées*. Le toro manque de race, Comme le premier, il quitte la passe et glisse vers les tablas. C’est dans ce terrain que Tomas Campos doit le toréer. La corne droite est « incertaine » et le torero finit par se faire accrocher avant de réussir à donner une bonne série à droite. Il aura aussi du mal à cadrer le Fuente Ymbro au moment de tuer de deux pinchazos et une entière en avant et de côté, silence.

Trois toros sont passés et la course sombre et fait sombrer le public dans l’ennui.

Le quatrième heurte les planches, il tombe paralysé et est puntillé en piste. Le sobrero sera le toro le plus intéressant du lot. Il pousse bien lors d’une première rencontre, un peu trop appuyée. Curro Diaz enchaine des passes, sans se croiser et sans y mettre d’émotion et d’art. On est loin du Curro Diaz d’Azpeitia et de Vic, mais il porte sur public  La mise à mort est très spectaculaire d’effet alors que l’épée est « habilement » très basse et en avant. Le président accorde, sans se faire prier, deux oreilles, la seconde très généreuse.

Le cinquième, le moins armé du lot prend une pique carioquée. Le toro manque de force et surtout de race. Il est attiré par les planches. Roman arrive à le garder au centre mais la faena, faites de passes isolées arrachées à un toro sans caste ne transmet pas grand-chose. Les dernières passes, parallèles aux tablas ne relèvent pas le niveau de la faena pas plus que la mise à mort.

Le dernier est lui aussi très mal piqué. Lui aussi manque de race .A droite, il donne, pas assez dominé, des coups de tête. La faena ne décolle vraiment que quand le torero prend la main gauche. On retiendra de bonnes et belles naturelles de face qui précèdent une très grande estocade portée avec engagement et efficacité. L’épée vaut, incontestablement, à elle seule une oreille. Le public insiste et obtient la seconde discutable pour une faena dont seules les dernières séries, par manque de race du Fuente Ymbro, ont un réel intérêt.

On reverra, on l’espère avec un bétail plus intéressant Curro Diaz ce dimanche à Saint Sever. Prochain contrat pour Tomas Campos à Orthez face aux Curé de Valverde.

Fiche technique
Arènes de La Brède, corrida des Fêtes de la Rosière
6 toros (le quatrième comme sobrero) de Fuente Ymbro bien présentés mais manquant de fond et de race pour :


Curro Diaz : silence, deux oreilles
Roman : un avis et salut au tiers, un avis et silence
Tomas Campos : silence, deux oreilles


Dix piques, cavalerie Bonijol
A  l’issue du paseo une minute d’applaudissement en mémoire de Fandiño
7/10ème d’arènes
Ciel nuageux
Un petit vol d’antis est passé au loin, pas de quoi rouvrir les palombières

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour