Istres (23/06/2017) : Triomphe majeur de Sebastian Castella !...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
En ce vendredi après-midi, la Feria d'Istres 2017 ouvrait sa temporada par une corrida de luxe. Face aux toros de Garcigrande et Domingo Hernandez, deux figuras du toreo, Sébastien Castella et José Maria Manzanares accompagnées par l'arlésien Thomas Joubert, triomphateur des deux éditions précédentes.

Sébastien Castella salua son premier adversaire marqué du fer de Domingo Hernandez, par de magnifiques veroniques d'une extrême douceur, rematées par une media du même calibre. Le diestro fit préserver naturellement son toro en l'envoyant contre la monture pour une unique pique, avant de servir un quite très alluré par gaoneras. Brindis au ciel. Face à un animal noble mais manquant un poil de force et de transmission, Castella trouva de suite la bonne cadence à adopter, pouvant ainsi extraire le meilleur de "Cafetero". Dans un ensemble plaisant, il put servir trois séries droitières de qualité idéalement templées avant que le toro, se sentant dominé, n'aille chercher refuge aux planches. Le Français ira extraire les derniers muletazos dans un périmètre restreint, logeant à l'issue une épée tombée d'effet rapide. Oreille.
Son second, après avoir effectué une vuelta de campana, fut très peu piqué. Début de faena tambours battants par des passes dans le dos millimétrées, agrémentées de changement de main, pecho et passe du desden. Sûr de son toreo, il livra à ce Domingo Hernandez très mobile une partition majeure, signée par le sceau du temple et de la toreria. Laissant bien respirer son noble opposant entre chaque série, il l'embarqua dans de précieuses tandas, a camara lenta, main basse, corps relâché, connectant ainsi avec des tribunes conquises. Il paracheva cette prestation de haut vol par une lame jusqu'à la garde délivrant logiquement les deux oreilles du palco présidentiel.

Le premier toro dévolu à José Maria Manzanares fut très (très) mal piqué sur une unique rencontre rectifiée. A la muleta, le Domingo Hernandez se révèla mobile mais sans race et avec un côté manso très affiché. Dans un ensemble qui manquait de liant, dû aux fuites répétées du bicho, le torero d'Alicante put tout de même gratifier le public de quelques passages droitiers de haute facture dans son style si personnel. En fin de combat, le toro se refugia aux tablas, obligeant le maestro à écourter les débats. Entière concluante avant d'écouter une ovation.
Le cinquième, marqué du fer de Garcigrande, reçut une seule ration de fer très minimaliste. Muleta en main, l'espagnol édita une faena agréable mais qui eut beaucoup de mal à prendre en intensité. Il parvint à relever le tout en fin de trasteo par deux séries élégantes sur la diestra, avant de tuer par recibir au deuxième assaut. Oreille(tte)...

Thomas Joubert réceptionna magnifiquement son Domingo Hernandez par de lentes veroniques, genou en terre, ponctuant le tout par une douce larga cordobesa. Le toro se révèla bravito au cheval sur une unique prise de contact, avant que l'arlésien ne réalise un quite bien orchestré par un mélange de chicuelinas et tafalleras. Entame de faena par des cambios plein centre faisant frissonner l'assistance, enchaînant par molinette, trinchera et pecho. La série suivante faite de longs et harmonieux derechazos, fit logiquement déclencher la musique. Hélas, au fil des minutes, le toro se montra beaucoup moins collaborateur. Très volontaire, Thomas ira lui arracher quelques muletazos notamment par redondos, terminant l'ensemble par des bernardinas très serrées et allurées. Mort compliquée en six temps. Ovation avec salut après avis.
Thomas Joubert accueillit le dernier de la tarde par des veroniques pieds joints, avant de se faire désarmer sur le remate. Le Domingo Hernandez se comporta en brave sur une unique puya, poussant bien la monture de Mathias Forestier. Une seconde n'aurait pas été de trop. Au dernier tercio, l'astado se montra plus compliqué que ses frères, demandant les papiers. A base d'abnégation et après quelques séries de réglages très méritoires, il parvint à sortir de sa muleta deux séries de derechazos de haute intensité, remplies de sincérité. Malgré quelques échanges intéressants, la suite fut moins régulière, faute à un toro se mettant sur la défensive et faisant ressortir sa violence. Il conclut son combat par une entière d'effet immédiat, libérant un pavillon. Oreille.


Arènes du Palio d'Istres (13)
Vendredi 23 juin à 18h30
Entrée : Quasi plein
5 toros de Domingo Hernandez et 1 de Garcigrande (5ème)
Poids : 530, 520, 515, 495, 510, 500.
Temps d'été
Durée: 2h40


Sébastien Castella : Oreille/ Deux oreilles après avis.
J.M.Manzanares : Ovation avec Salut/ Oreille après avis.
Thomas Joubert : Ovation avec salut après avis / Oreille.


Sébastien Castella sortit en triomphe par la grande porte.
Une minute de silence fut observé en la mémoire de toutes les personnes disparues récemment, dont Ivan Fandiño le 17 juin dernier à Aire-sur-l'Adour.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico