Bilbao (09/06/2017) : Juli électrise Vista Alegre...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Devant une belle chambrée, s'est tenu une festival d'une très bonne tenue, marqué par la prestation d'El Juli qui mit l'arène en fusion.

A l'exception de Pepe Luis Vasquez aux recours très limités, ses compagnons de cartels proposèrent des prestations de qualité , le public se retirant ravi de l'arène de Vista Alegre

Le 1er novillo de Zalduendo ne fait pas visuellement les 475 kgs annoncés. Après deux piques dont une chute, il arrive réservé au dernier tiers. Il n'en faut pas plus pour décourager le très fragile Pepe Luis Vasquez qui esquisse à peine six ou sept passes avant de liquider l'animal d'un affreux bajonazo au 2second envoi. Sifflets

Le 2ème novillo de Domingo Hernandez est mieux fait.Il est reçu en veroniques allurées et une demie maison par Enrique Ponce. Entre deux piques de règlement, quite tout en suavité du maestro de Chiva par chicuelinas et larga cordobesa. L'animal est faible mais idéalement noble sur la droite. Ponce va dérouler sa tauromachie élégante et douce dans une faena d'une incontestable toreria. Après les "poncinas" finales, une entière au 2eme jet abat le novillo et fait tomber une oreille très fêtée.

Le 3eme novillo de Zalduendo invalide est changé après 3 passes de cape, Morante doit le tuer quand même devant l'inefficacité notable des cabestros du cru.
Le sobrero de Domingo Hernandez s'arrête net dans la cape de l'artiste. Le novillo avec ses moyens va pousser dans les deux piques mal administrées, ce qui va le réveiller. Morante de la Puebla va construire une faena de menos a mas, dès qu'il trouve la corne gauche avec laquelle il s'accorde. Sans obliger le novillo il dessine ses séries parsemées de ses détails si personnels. Une entière au 1er essai très efficace fait tomber l'oreille.

Après la réception de cape élégante Juli va faire économiser son Garcigrande sous le fer (2 contacts). La faena débutera classiquement des deux bords avant que les distances se réduisent. Dans un numéro hypnotique, Juli va faire passer le novillo de droite et de gauche dans des séries sans fin. Le public electrisé est debout. ..le novillo boit le leurre jusqu'à plus soif. Le traditionnel Julipie ne rafraîchit pas l'atmosphère et le président Matias Gonzalez concède sans coup férir les deux trophées dans une ambiance de feu. Vuelta au noble Garcigrande.

Le 5ème novillo de Domingo Hernandez est accueilli par une larga d'Andres Roca Rey et de lances de capote vibrants. Après deux piques anecdotiques, démarrage de la faena au centre par des passes dans le dos. La faena débute assez classiquement des deux bords, le péruvien tirant au maximum les passes. Le novillo à ce rythme baisse de ton et Roca Rey opte pour une tauromachie au près. La seconde partie de faena sera composée quasi exclusivement de redondos inversés qui porteront sur le public. Entiere plus descabello. Oreille.

Le dernier novillo de Zalduendo est dévolu au novillero Toñete. Difficile d'exister après le passage de tels maestros, mais le jeune homme ne va pas démériter face à un animal tardo. Au prix d une voltereta sans conséquence, il va proposer un travail apprécié car de bon goût en alternant les séries des deux mains. Sa faena n'est récompensée que d'une vueta car mal rématée avec l'épée.

Bilbao
festival au bénéfice de la Real Casa Misericordia de Bilbao
2/3 d'arène - novillos de Zalduendo (1 et 6) Domingo Hernandez (2, 3bis et 5) Garcigrande (4)
12 piques - cavalerie Bonijol

Pepe Luis Vasquez sifflets
Enrique Ponce 1 oreille
Morante de la Pueba 1 oreille
El Juli 2 oreilles
Andres Roca Rey 1 oreille
Toñete vuelta

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour