• 1

Arles (11/09/2016 - tarde) : Morenito de Aranda et Mehdi Savalli a hombros, le Prix au "El Tajo"...

@ElTico
@ElTico
Je n'ai pas l'habitude sur ces pages de m'offusquer des décisions des Présidences, surtout lorsqu'elles sont en faveur des toreros... Je ne le ferai donc pas plus aujourd'hui qu'hier... Cependant, la corrida-concours de ce dimanche m'amène à réfléchir aux conséquences des décisions qui ont été prises en Arles ce jour par le trio présidentiel, d'une arène de première catégorie tout de même...

La corrida-concours est un exercice périlleux et nous avons tous en souvenir des tardes durant lesquelles on s'en ennuyé ferme... Pour ne pas employer de terme plus expressif, mais moins poli. Cette concours d'Arles a été d'un bon niveau. Présentation des toros irréprochable, la plupart jouant leur rôle sous le fer puis, et c'est plus rare, à la muleta. Les toreros aussi ont joué le jeu. Morenito de Aranda le premier qui en excellent chef de lidia, a fait en sorte de mettre en avant les qualités de ses deux adversaires avant de chercher à briller lui-même. Pourquoi ne pas lui octroyer la première oreille du Puerto de San Lorenzo, demandée avec véhémence par le public, qui ne sait plus agiter un mouchoir ceci dit en passant ? Pour lui en donner deux, une de trop, à l'issue de son combat face au très bon "El Tajo" par ailleurs primé d'une vuelta posthume... Et que dire de Mehdi Savalli qui reçut son deuxième trophée sous les sifflets d'une partie de son public arlésien après un bel effort, certes, mais face à un toro arrêté, couché d'une belle estocade qui elle valait une belle oreille, laquelle aurait été chaleureusement fêtée, n'en doutons pas ? Au final, personne n'est dupe mais le résultat statistique est là, qui n'amènera rien de plus aux uns ou aux autres, mais enlève un peu de crédit à ce qui a pu se passer par ailleurs... Vaya tela !...
C'est tout de même avec plaisir que j'ai vu Mehdi Savalli accompagner a hombros Morenito de Aranda par la Grande Porte des arènes d'Arles. Parce qu'il y a toujours cru... Parce qu'il ne s'est jamais renié et reste le Mehdi Savalli qu'on aime aimer. Dommage que l'histoire n'ait pas été plus simple à raconter...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Puerto de San Lorenzo (Atanasio-Lisardo Sanchez) : Morenito de Aranda le reçut par un capoteo intelligent, fait de passes par le bas. Le
toro rencontra à trois reprises la cavalerie, venant de loin mais sans vraiment s'employer sous le fer. A la muleta, le torero de Burgos
comprit parfaitement les besoins de son opposant. Plaçant à chaque début de série son bicho à une dizaine de mètre, il put l'embarquer
dans des séries majoritairement droitières, de bonne facture. Seul le manque d'humiliation et de classe du toro ternirent l'ensemble du
combat. Il tua d'un deux tiers de lame après un pinchazo déclenchant une pétition d'oreille non accordée par la présidence. Ovation.

Escolar Gil (Albaserada) : Le bicho resta court dans les premiers lancers de Mehdi Savalli l'obligeant à donner un capoteo énergique pour ne pas se faire déborder. Le toro prit ensuite quatre rations de fer, en mettant les reins mais sans réellement pousser. Le maestro
arlésien enflamma le public lors d'un brillant tercio de banderilles, posant l'ultime paire al violin. L'Escolar se révéla maniable au
dernier tercio mais baissa rapidement de ton au fil des minutes. Mehdi put tout de même lui construire une faena méritoire, avec de bons
passages sur chaque rive. Mort en trois assauts. Ovation.

Alcurrucén (Nuñez) : Le toro ne se montra guère franc dans le capote de salida de Jimenez Fortes. Au cheval, il prit trois fortes doses de
fer, sans pour autant montrer une véritable bravoure, sortant seul du peto. Au dernier tercio, l'astado ne montra rien d'enthousiasmant,
ne se déplaçant pas et gardant la tête haute lors des échanges. Le natif de Malaga fut très volontaire mais se fit trop souvent engancher, rendant ainsi le tout très brouillon. Il tua d'une demie lame après pinchazo et de deux coups de descabello. Ovation.

El Tajo (Domecq) : Le toro du maestro Joselito entra avec beaucoup de transmission dans le capote de salida de Morenito. Tercio de piques de grande émotion lors de quatre rencontres sous le fer de José Quinta. Piques prises de loin, avec alegria et bravoure, dont l'ultime sous les airs de chicuelo. Au dernier tiers, le Tajo manqua cruellement de classe lors des échanges. Morenito, fin technicien et sûr de son toreo, délivra une prestation convaincante dans un registre classique mais qui eut du mal à vraiment monter en intensité. Sous les accords musicaux, il put tout de même faire admirer la finesse de son poignet lors de séries très a gusto sur les deux cornes. Il tua d'un grand coup de canon, libérant gentiment deux oreilles du palco... Vuelta posthume au toro.

Flor de Jara (Santa Coloma) : Grenudo prit trois piques dans un tercio qui eut tendance à s'éterniser entre chaque rencontre. Mehdi fit le
show aux banderilles, mêlant précision et alegria. Muleta en main, l'Arlésien tira le maximum d'un adversaire n'humiliant pas et ne se
déplaçant guère. Mehdi, très volontaire et patient, parvint à lier des échanges très templés, manquant cependant de transmission, la faute
aux conditions de son adversaire. Il estoqua d'un coup d'épée fulgurant faisant vaciller instantanément son astado. Deux oreilles protestées par une partie du public.

Robert Margé (Cebada Gago) : Jimenez Fortes fit administrer à son opposant trois fortes puyas. Le Margé rentra fort dans le caparaçon
mais sans pousser. Le torero de Malaga dut composer avec un bicho sans fond et sans chispa. Il réussit à livrer quelques naturelles de belle facture mais trop isolées pour faire prendre de l'ampleur. Il alla chercher les derniers muletazos dans un périmètre restreint avant de clôturer cette prestation longuette en trois temps. Silence.


Arènes d'Arles (13)
Dimanche 11 septmbre à 17h
Corrida concours
Toros du "Puerto de San Lorenzo" - Escolar Gil - "Alcurrucén" - "Tajo" - "Flor de Jara" – Robert Margé
Poids : 540 , 510 , 565 , 545 , 500 , 530
1/2 arènes
Beau temps
Durée : 2h30

Morenito de Aranda : Vuelta après avis/ Deux oreilles.
Mehdi Savalli : Ovation après avis / Deux oreilles.
Jimenez Fortes : Ovation / Silence après avis.

Le prix du meilleur toro fut décerné à celui du "Tajo", de nom "Cronista", numéro 55, né en septembre 2011 et pesant 565 kgs. Ce bicho fut également primé d'une vuelta al ruedo posthume.
Le prix Jacques Monnier au meilleur picador fût attribué à José Quinta de la cuadrilla de Morenito de Aranda pour sa prestation au quatrième toro.
Le prix Nimeno 2 du meilleur torero fut décerné à Morenito de Aranda.


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico