Bayonne (03/09/2016) : A Fandiño le meilleur, des toros de Pedres décevants...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
A Bayonne, le rugby est roi et l'aviron bayonnais un objet de culte. Pour cause de retransmission télévisée du match des bleus et blancs chez le voisin palois, l'horaire de la 1ère corrida de cette feria de l'atlantique fut donc avancée à 16 heures. C'est donc sous un chaud soleil que le paseo s'ébroua devant une arène remplie à moitié. Les imposants Pedres (585 kgs de poids moyen) ont douché les espoirs des aficionados et des toreros. Sans bravoure ni noblesse, ils ne permirent que peu de chose. Côté torero, on nota le retour d'un Fandiño décidé, la volonté de Javier Jimenez et quelques détails de Curro Diaz.

Curro Diaz
Avec le 1er qui avait du mal dès le capote à propulser sa carcasse, le linarense eut affaire à un adversaire qui se défendait, chargeant à mi-hauteur et délivrant en de fin de passe un violent coup de tête. Sans trop l'obliger, Curro Diaz va essayer de le discipliner. Sur le côté droit il y arrivera partiellement, sur le côté gauche on restera dans le domaine de l'impossible. La faena ne décolle pas. Entière en place. Saluts
Au 4ème brindé au public, prudente réserve des deux opposants. Le toro est tardo. De la faena émergeront une trinchera, un paire de naturelles, bien peu en somme. Silence après une mort laborieuse.

Ivan Fandiño
A défaut de retrouver un toreo totalement maîtrisé, on a retrouvé un torero décidé, dessinant les meilleures passes de l'après-midi. Après une longue traversée du désert, le basque semble amorcer son retour. Macareno donnera du fil à retordre au piquero, faisant tomber le groupe equestre après que la puya fut relevée en prenant le cheval sur le derrière. Il recommença sur la seconde, cette fois sur le devant sans réussir néanmoins à faire mordre la poussière à ses opposants. Brindée à Olivier Barratchart, la faena va connaître un démarrage par inversées fermement données. Fandiño, dès la 1ère série de derechazos, prend la maitrise du Pedres. Malheureusement, rapidement, celui-ci n'aura de cesse que d'aller rejoindre les planches en sortie de passe. Après bien des tentatives pour le garder dans un terrain proche du centre, le torero se résoudra à accepter le combat dans un terrain proche des barrières, combat dont l'intensité fut décroissante malgré un accrochage mettant le basque à terre sur une naturelle. Epée au 2ème essai, 2 descabellos - Saluts.
Décidé dans la réception du cinquième accueilli par des véroniques en tablier, le natif d'Orduña va mettre beaucoup de temps à résoudre l'équation d'un toro serrant à droite et n'acceptant pas les passes liées. Alors que le Pedres semblait prendre le dessus, Fandiño en se cantonnant dans les alentours du tendido 1, réussit à base de derechazos engagés à lier des séries et à faire répéter les charges de son adversaire. Après une entière au second essai qui fit tomber l'animal, la pétition qui monta des gradins fut plus bruyante que visible incitant la présidence à resister et à garder le mouchoir au chaud. Après la vuelta donnée par Fandiño, les avis divergèrent vis à vis du palco.

Javier Jimenez
Ce n'est pas le torero le plus élégant de l'escalafon, mais l'andalou fit valoir sa volonté tout au long de ces deux faenas. Ce fut surtout avec le 3ème qu'il donna les meilleures séquences face à un animal qui n'était pas un cadeau. En s'accrochant, Jimenez reussit à construire une faena essentiellement droitière que conclurent des manoletinas ultra serrées. Conclusion avec l'épée longuette (2 avis). Applaudissements.
Avec le grand et haut 6ème, il n'eut pas la partie facile face à un animal qui n'avait guère montré d'intérêt pour le capote et la pique.
Volontaire, engagé, il va bâtir une trop longue faena (le 1er avis sonnera avant la prise en main de l'épée de mort) par des séries alternées des deux mains. Les velleités offensives de l'animal étant réduites, les chances de succès étaient bien minces. Laborieux à la mort (2ème avis), Javier Jimenez recueillit les palmas de sympathie pour l'effort fourni.


Bayonne - Feria de l'Atlantique
1/2 arène
6 Pedres
12 piques - 1 chute
Cavalerie Heyral

Curro Diaz saluts - silence
Ivan Fandiño saluts - vuelta
Javier Jimenez silence -ovation

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour