Rieumes (30/06/2013 - tarde) : ...Soler en plein soleil

  • Imprimer

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour
Les Couto de Fornilhos de très sérieuse présentation avaient de la forme mais pas assez de fond. Ils firent tous illusion à leur sortie y compris le septième offert par l’organisation pour fêter quinze ans de tauromachie dans ce petit village de haute-garonne.

Malheureusement, leurs charges manquaient trop d’étincelles après le passage au piquero où ils se firent essentiellement remarquer par leur mansedumbre. Une certaine déception pour ceux qui n’étaient venus que pour ces novillos portugais.Une vraie satisfaction par contre, le plein de l’arène ; un public de fêtes qui s’enthousiasme vite pour le spectaculaire et qui repartit semble t’il satisfait de son après-midi.

Borja JIMENEZ trouva un premier adversaire qui pesait considérablement vers les barrières et la faena fut un petit jeu perpétuel  de « cours après moi que je t’attrape ». L’estocade faillit tourner au drame quand la 1ère épée alla se promener du côté des spectateurs après un pinchazo. Heureusement par miracle aucun blessé ne fut à déplorer. Le 4ème Divorciado laissa ses forces dans une longue pique, et Jimenez s’adapta à sa charge molle en soignant la posture avant de terminer dans les cornes, le novillo finissant complètement arrêté. Une entière en arrière efficace plus tard, l’andalou promena une récompense.

Vicente SOLER ne possède pas un très grand style. Sa cape est plutôt électrique. Ses poses de banderilles lui ont permis de soulever l’enthousiasme des Rieumois. Au deuxième, il enfila les passes droitières à grande vitesse, la corne gauche compliquée restant quasi inédite. Un très long épisode épée en main (entière au 8ème essai) ne l’empêcha pas d’obtenir un salut. Son sommet de l’après-midi, il le connut grâce à sa faena à Cacoado. Lourd et costaud, on le présumait puissant avant que le passage au picador ne démente tout cela. Il offrit même une charge sans aucun vice pour la muleta. La longue faena porta énormément sur le public qui obtint deux oreilles d’une présidence généreuse après une entière rapidement efficace. Cela permit à Soler, de toréer le sobrero, qui fut le plus solide et le plus intéressant du lot mais qui ne tint pas la distance et la faena à l’image du novillo baissa de ton dans sa deuxième partie et fut mal conclue à l’estocade.

Lilian FERRANI ne put rallumer le fade troisième et servit un ensemble plutôt superficiel qui à juste titre n’obligeait pas la charge du Couto de Fornilhos qui ne l’aurait guère supporté. Indianao qui aurait dû être le dernier de l’envoi fut assez peu piqué ce qui lui permit de garder une charge un peu vive et de donner du relief au travail muleteril. Assez varié, et apprécié, spectaculaire en fut sa conclusion car le français se faisait bousculer à l’estocade pour un entière d’effet lent qui limita le succès à une simple vuelta.

                                                                                                                                                                                                                                      

 

Rieumes  –  arène pleine                                                                                                                                                                                                                                   

7 Couto de Fornilhos (le 7ème offert par l’organisation fut toréé par Vicente Soler)    

                                                                                                                                    

Borja Jimenez  :    silence/oreille  

                                                                                                                                                                                                     

Vicente Soler  :     saluts/ 2 oreilles/ovation    

                                                                                                                                                                                         

Lilian Ferrani   :     silence/vuelta

 

Philippe Latour

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour