Les Saintes-Maries de la Mer (06/08/2016) : Solo triomphal de Sébastien Castella...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
Ce samedi 6 août s'est déroulée, dans la plaza de toros des Saintes Maries de la Mer, la désormais célèbre et traditionnelle "corrida flamenca". Marie Sara, empresa des arènes, avait concocté une affiche d'envergure avec un solo de Sebastien Castella face à des toros de Nuñez de Tarifa. Et pour accompagner les combats du Bitterois, ce sont les Gipsy Kings qui ont eu les faveurs de l'organisation.

Le premier de ce seul contre six resta très court dans le capote de Sebastien Castella, recevant par la suite une seule ration de châtiment en mettant bien les reins. Dès l'entame de faena sur la corne droite, le bicho montra de la violence et se retournait toujours aussi vite sur les chevilles. Le diestro décida de prendre la zurda mais le résultat fut identique. Dans l'impossibilité de pouvoir s'exprimer, il prit rapidement l'estoc pour un trois quart de lame d'effet lent mais suffisant. Silence.

Réception tout en élégance du second par de belles veroniques léchées, le tout rematé par une demi très a gusto. Au tercio de varas, le Tarifa fut piqué très en arrière lors d'une unique puya. Brindis à Marie Sara. En début de faena, l'astado montra quelques signes de faiblesse mais surtout une jolie noblesse. Castella ne se fit pas prier pour en tirer profit et l'exploiter au mieux. Trouvant le bon tempo, le Bitterois put développer sur quatre séries majoritairement droitières, une faena exquise tout en temple et douceur, déclenchant de profonds olés des tribunes. Sur la cinquième série, le toro se décomposa totalement, Castella alla alors logiquement chercher l'épée pour loger une entière qui fit de suite mouche.Deux oreilles.

Le Bitterois salua le troisième par un capoteo fleuri, fait de veroniques et de chicuelinas allurées. Le Tarifa fut conduit au lancier pour deux rencontres avec la cavalerie dont la première mal exécutée. Quite par veroniques et brindis aux "Gipsy kings". Le Tarifa montra, comme son prédécesseur, un manque de force en début de troisième tiers. Réalisant une lidia adaptée aux conditions de son adversaire, le Bitterois livra une prestation très plaisante. Proposant une muleta très douce, il put délivrer des passages sur les deux rives très a gusto, culminant par une série de naturelles de très haute facture. En fin de faena, il fit une démonstration de poder, servant redondos et muletazos dans un périmètre ultra restreint, se faisant passer les pitons le long de la taleguilla. Une fois de plus, il tua d'un grand coup d'épée libérant deux oreilles du palco présidentiel. Deux oreilles.

Castella réceptionna le quatrième de belle manière par de soigneuses veroniques genoux ployés, avant de l'emmener face à la cavalerie pour un léger picotazo. Quite de Manuel Carbonel par veroniques conclue par demie. A la muleta, le toro allait se révéler maniable, offrant de bonnes embestidas mais manquant de moteur. Malgré l'absence de chispa de son adversaire, Castella réussit tout de même à donner du relief à son combat. Il embarqua son adversaire dans de profondes tandas droitières de qualités, données au ralenti. Après une tentative de série gauchère où le bicho ne montra pas les mêmes qualités que sur son pendant, Castella termina dans des terrains réduits mais sans que cela ait l'écho du toro précédent. Entière après pinchazo. Applaudissements.

Le cinquième reçut une seule ration de fer avant de voir Jeremy Banti servir un combiné bien dessiné de chicuelina, tafallera et revolera. Dès le début du dernier tercio, l'astado montra un manque de force flagrant, perdant les mains à plusieurs reprises. Castella, sans option, abrégea logiquement le combat. Entière. Silence.

Le dernier de l'envoi fut réceptionné par de belles veroniques bien cadencées avant de rencontrer le piquero pour une monopique. Marco Leal et Marc Monnet furent invités à saluer après un très bon tercio de banderilles. Entame de faena de Castella par une série "maison" de cambios, plein centre où le bicho alla en premier lieu, montrait de la faiblesse. Malgré cela, le bicho posséda assez de qualités et de noblesse dans ces embestidas pour permettre au torero de régaler les étagères. Toreant à mi hauteur et à camera lenta, Castella édita une prestation aboutie de haute facture, délivrant de magnifiques passages templés sur les deux bords. Prenant du plaisir à toréer, il fit également étalage d'un répertoire soutenu, dessinant passes dans le dos, redondos, changements de main, passes de las flores et trincheras, pour le plus grand plaisir du public. Il tua d'une entière après un pinchazo et récolta deux oreilles et la queue.

Plaza de toros des Saintes Maries de la Mer (13)
No hay billetes
6 toros de Nuñez de Tarifa
Poids : 470 , 480 , 490 , 480 , 470 , 530.
Beau temps
Durée : 2h20

Sebastian Castella : Silence / Deux oreilles / Deux oreilles / Applaudissements / Silence / Deux oreilles et la queue.

Jeremy Banti et Manuel Carbonel officiaient en tant que sobresalientes

Alex Guglielmet


Voir le reportage photographique : Laurent Deloye ElTico