Mont-de-Marsan (23/07/2016 - nocturne) : Andy Younes triomphe d'une très bonne novillada de Virgen Maria...

  • Imprimer

@Roland Costedoat
@Roland Costedoat
Les organisateurs montois ont décidé de programmer la novillada, le samedi en nocturne. Il fait, c’est certain, moins chaud que le matin à 11h. Mais il est difficile d’enchainer deux courses avec seulement deux heures de battement tant au plan physique qu’organisation. D’autant que le samedi, les organismes commencent à donner des signes de fatigue. Les arènes étaient quand même correctement remplies pour une novillada.


Les ganaderias de Virgen Maria et Santa Ana sont basées en Espagne et sont la propriété d’un français, Jean Marie Raymond. Inégaux de présentation, plutôt légers ils ont fait preuve de beaucoup de qualité. Braves et puissants au cheval, ils ont fait preuve de noblesse à la muleta. Dommage qu’ils leur aient manqué un peu de carburant pour aller au bout. Ils se sont tous éteints à mi-faena par manque de forces et probablement aussi parce qu’ils avaient laissé beaucoup d’énergie au premier tiers. Grâce à ces novillos et à l’application des novilleros, cette novillada est pour l’instant la meilleure course des Fêtes de la Madeleine.

Pablo Aguado, nous avait laissé un excellent souvenir à Mugron. Son premier novillo sera le moins bon au cheval. S’il soulève le groupe équestre, il sort seul des deux rencontres. Il brinde à sa Peña récemment créée, le début de faena est un peu hésitant, puis le toreo andalou prend la main gauche pour donner de superbes naturelles, les meilleures des Fêtes de la Madeleine. Il termine sa faena par des naturelles de face très inspirée et sans cadrer le toro enchaine, à la manière de Juan Mora, sur une épée a recibir. Elle résulte un peu bas, ce qui prive le torero de la seconde oreille.
Son second prend deux bonnes piques en poussant après avoir fait une vuelta de campana. Le toro sort éprouvé du premier tiers. Il est noble mais chute s’il est trop sollicité vers le bas. Pablo Aguado le double bien, mais le reste de la faena, forcément faite de passes à mi-hauteur, manque de sérénité. Il ne se croise pas assez et ne pèse pas sur le toro. La faena, qui est allée à menos, est mal conclue à l’épée.

Le second novillo, brave au cheval, est juste de forces. Il est très bien banderillé par Jesus Enrique Colombo lui-même. La troisième paire est même exceptionnelle. Après un bon début de faena, le toro va a menos. La faena, malgré la sincérité du torero, sonne creux parce que le toro devient réservé. Le jeune torero s’emmêle un peu les pinceaux et la fin de faena est brouillonne. Il s’engage pour tuer, mais l’estocade résulte atravesada.
Le cinquième est un Santa Ana. Brave, il « bouge » la cavalerie à deux reprises. Il est noble. Colombo banderille à nouveau très bien. Le début de faena est appliqué avec de bonnes séries de derechazos. Le novillero tarde à passer à gauche. Il le fait alors que le toro a réduit sa charge et la fin de faena est brouillonne. Heureusement, Jesus Enrique tue rapidement d’une épée tombée et coupe lui aussi une oreille.

Le troisième, brave lui aussi, prend deux piques en venant et poussant fort. Andy Younes débute bien sa faena par des cambiadas enchainées avec un changement de main. Dans les premières séries, le toro suit bien et le torero s’applique. A noter une belle série de naturelles mains très basses, puis le toro va à menos et Andy doit lui arracher la dernière série à gauche. L’épée entière, un peu tombée, est foudroyante et le torero arlésien coupe une oreille.
Le dernier novillo pousse fort lors de la première rencontre et un peu moins à la suivante. Brindée à Marie Sara et sa famille, la faena débute par des derechazos de rodillas, très torero. Andy va ensuite réciter son répertoire avec des séries très bien données. Comme lors de la première faena, la faena manque de lien, de fil conducteur et d'émotion. Andy est un excellent élève et même un élève doué mais il lui faut franchir un cap et passer de la récitation à l’interprétation. Il coupe une oreille généreuse après deux entrées à matar dont une très basse.

Si Andy Younès est le triomphateur de cette soirée , les spectateurs retiendront surtout la qualité du bétail et les naturelles de Pablo Aguado.


Fiche technique
Arènes de Mont de Marsan : novillada piquée des Fêtes 2016
5 novillos de Virgen Maria et un de Santa Ana (5), braves, poussant au cheval et donnant du jeu. Ils ont manqué de force pour durer plus d’une demi faena

Pablo Aguado: une oreille, silence
Jesus Enrique Colombo: silence, une oreille
Andy Younes: une oreille, une oreille

Sortie en triomphe de Andy Younes
Demi-arène
Course donnée en nocturne

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Roland Costedoat