Aire-sur-l'Adour (19/06/2016 - tarde) : Qu’il est ingrat d’organiser une corrida « torista »...

  • Imprimer

@Roland Costedoat
@Roland Costedoat
Pour sa corrida annuelle, la Junta des Peñas Aturines a programmé un défi ganadero entre les ganaderias Palha et José Luis Fraile. Compétition déséquilibrée car ce sont quatre toros de l’élevage portugais qui ont été combattus, le second Fraile invalide ayant été renvoyé au toril.

Match nul pour la présentation, l’ensemble des six toros étaient dans le type de leur encaste avec du trapio et des têtes « sérieuses ». Petit avantage, en plus du nombre, aux lusitaniens, les deux espagnols restants, trop faibles, n’ont pas permis grand-chose au troisième tiers. Les Palha braves et violents au cheval ont baissé de ton au troisième tiers devenant de plus en plus compliqués à toréer. Seul le sobrero sorti en troisième lieu, et qui avait posé beaucoup de problèmes à l’embarquement, a permis à son torero Alberto Lamelas, de réaliser une faena sincère et appliquée mais manquant d’un vrai fil conducteur. Les six bichos sont allés 14 fois au cheval pour des piques pour la plupart appuyées. Le cinquième a fait tomber le groupe équestre.
Tous les prix mis en jeu sur cette course ont été déclarés desertio.

Le premier (Fraile) prend deux piques, la première en poussant. Après un tercio de banderilles moyen, Luis Miguel Encabo doit gérer en début de faena un toro qui envoie un coup de tête à chaque fin de passe. La charge du Fraile est courte, il ne baisse pas la tête et fléchit en fin de séries. Le madrilène va réalise une faena marginale. Il ne se croise que sur une série à droite. Toro et faena vont vite à menos. Comme à Vic, Encabo tue mal et il se fait siffler en regagnant le callejon.
Le quatrième charge avec beaucoup d’alegria au cheval, il pousse mais sera très mal piqué à trois reprises, bronca au piquero. Après la première pique, le picador est insulté par un spectateur, il lui répondu par un doigt d’honneur, puis un bras d’honneur à l’égard du public en quittant le ruedo. Comportement inadmissible de la part du spectateur qui a d’autres moyens que la vulgarité pour rappeler à l’ordre un picador déficient et de la part du professionnel qui doit se maîtriser. En ces temps d’Euro de Foot, les deux acteurs de pitoyable incident méritent un carton rouge. A la muleta, le Palha a une corne gauche dangereuse. Encabo le toréé à droite de façon marginale et sans l’autorité nécessaire pour dominer ce manso con casta, plus manso que con casta. Le peu de passes à gauche sont plutôt des tiers de passe à cause de la difficulté du toro sur cette corne et du peu d’engagement du torero. Mise à mort à nouveau laborieuse et silence pour le torero.

Antonio Joao Ferreira est venu à Aire pour relancer sa carrière. Il est loin d’y être arrivé malgré une envie de bien faire évidente. Le second (Palha) prend avec bravoure trois bonnes piques (Nicolas Bertoli). Au troisième tiers, il va très vite à menos. Plus par manque de forces que de fond, il se décompose rapidement. Il devient même dangereux et met en difficulté un torero qui manque d’officio. Le torero portugais s’engagera avec sincérité pour une entière un peu de côté. Le toro luttera longuement avant de tomber.
Le cinquième toro (Fraile) est boiteux à sa sortie en piste. Il est très bien piqué lors de la première rencontre par Gabin Rehabi. En poussant avec les reins il provoque une impressionnante chute du groupe équestre. Le toro va s’acharner, malgré les efforts des cuadrillas et des courageux monosabios, de longues minutes sur le cheval au sol et y laisse beaucoup d’énergie. Il s’affalera au sol lors de la seconde rencontre. Le début de faena est sans intérêt car le toro est trop faible. En fin de faena, il se reprend un peu et permet au torero portugais de réaliser une petite série de chaque main en toréant avec douceur et à mi hauteur. Palmites de sympathie au torero à son retour au callejon malgré une mise à mort approximative en deux temps dont une vilaine mete y saca.

Alberto Lamelas est appelé à saluer par le public avant la sortie de son premier adversaire (Fraile). Celui-ci, invalide, est remplacé par un toro de Palha qui sera le plus intéressant de l’après-midi. Il prend deux bonnes piques en poussant et aurait pu en prendre une troisième. A la muleta, il charge avec alegria et même une certaine caste. Citant à mi-distance, Lamelas va enchaîner avec énormément de sincérité et d’application des séries sur les deux cornes avec parfois des détails de torero artiste. Son travail transmet une certaine émotion, force le respect mais manque de trop de structure ou de fil conducteur pour dominer son adversaire. Il termine sa faena par des naturelles en s’exposant beaucoup et doit descabeller après deux tiers de lame de côté. Lamelas est appelé en piste après l’arrastre pour saluer.
Le sixième (Palha) prend deux piques trasera en mettant les reins. Il a plus de genio que de caste et manque un peu de forces. Lamelas se bat avec beaucoup de vaillance avec le toro plus qu’il ne le toréé. Il déborde de courage mais n’arrive pas à dominer un bicho qui évolue de complexe à très compliqué. La fin de faena est brouillonne et la mise à mort laborieuse (deux avis).

Après-midi décevante mais qui ne doit pas décourager l’équipe aturine, la voie qu’ils ont choisie est difficile. Les élevages toristas sont par essence (et par origine génétique) irréguliers. Il est difficile de leur trouver des adversaires « adaptés ». Mais un jour tous les ingrédients seront réunis et sortira en piste un Garapito ou un Trompetillo et leurs efforts seront récompensés.

Fiche technique : Arènes d’Aire sur Adour, corrida de la Féria 2016
Quatre toros de Palha (2,3bis remplaçant un Fraile invalide, 4 et 6) et deux de José Luis Fraile (1 et 5) pour

Luis Miguel Encabo : sifflets, silence
Antonio Joao Ferreira : silence, palmitas
Alberto Lamelas : salut au tiers avec un avis, silence avec deux avis

14 piques, une chute
4/10ème d’arènes
Les prix à la meilleure ganaderia et au meilleur piquero sont déclarés « desertios »

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Roland Costedoat