• 1

Istres (18/06/2016 - matinale) : La terna a hombros à l'issue d'une importante novillada de la famille Laugier...

@ElTico
@ElTico
Le novillero français Adrien Salenc a ouvert le premier ce matin la Puerta Grande des arènes du Palio à Istres, après avoir obtenu les deux oreilles du "Dos Hermanas" de vuelta al ruedo sorti en troisième position. L'ont accompagné a hombros Leo Valadez et Andy Younes, qui ont coupé tous les deux une oreille de chacun de leurs opposants.

Moins de quinze jours après avoir changé de catégorie à Captieux avec déjà une sortie en triomphe à la clé, le torero arlésien, ancien élève de la "Fundación El Juli", a surpris par la maturité et la sûreté de son toreo, tant devant l'excellent troisième auquel il fallait pouvoir donner la réplique, que face au compliqué sixième auquel il a fini par s'imposer.
Côté bétail et après un début de saison souvent marqué du sceau de la déception, force est de constater qu'une fois de plus, un éleveur ou plutôt des éleveurs français et en l'occurence Margaux, Marie et Patrick Laugier, ont amené aux arènes d'Istres un lot de novillos de belle présentation, tous transmettant dans leurs singularités de l'émotion, dont l'un des exemplaires a été primé d'une vuelta al ruedo... Pas un moment d'ennui lors de cette course matinale. Que demande-t-on de plus finalement ?... Et que mes propos ne soient pas considérés comme clivants... Ceux qui me connaissent savent que j'aime à m'émouvoir de toutes sortes de choses bien différentes : Il n'y a pas plus Domecq que les "Dos Hermanas" (2ème et 6ème de l'envoi), d'origine Juan Pedro Domecq par Sanchez Arjona et les "Piedras Rojas" (les autres), "Jandilla" par Daniel Ruiz... Tout est encore affaire d'émotions, fort heureusement et loin des postures dogmatiques, le toro quand il sort toro, quel que soit le bleu du sang qui coule dans ses veines, est capable de fédérer tous les aficionados derrière la bannière de son éleveur.

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Leo Valadez se distingua en réceptionnant le premier "Piedras Rojas" de la matinée par des cordobinas du plus bel effet, avant de voir son utrero prendre une ration de fer mesurée. Après un quite heurté par lopecinas, le mexicain posa ensuite les palos avec irrégularité. A la muleta, le novillo montra un comportement maniable malgré un manque de force affiché. Dans un ensemble manquant de structure et un peu longuet, Leo réalisa un travail appliqué sur les deux cornes avec de bons passages notamment sur une série gauchère de face. Il terminera par manoletinas avant de loger une entière concluante. Oreille.
Le quatrième marqué du fer de "Piedras Rojas" prit une unique prise de châtiment. Valadez servit un quite irrégulier par crinolinas avant de partager avec succès les banderilles avec Adrien Salenc. Face à un animal proposant du jeu, Leo, plein d'alegria, livra un trasteo irrégulier. Il connu des bons moments notamment en début de faena, comme des moments plus saccadés avec plusieurs enganchons. Fin de labeur par des manoletinas à genoux avant de loger une entière au deuxième envoi faisant vaciller son astado. Oreille protestée.

Très bon capoteo de réception d'Andy Younes par de très douces veroniques très templées. Le "Dos Hermanas" juste de force ne prit qu'une pique avant qu'Andy ne parte au quite pour des tafalleras ajustées. Entame de faena par des cambios serrés rematant par granadina, gagnant ainsi un peu plus les faveurs du public. Sans jamais obliger son utrero, toreant à mi-hauteur, l'Arlésien se mit en évidence par une tauromachie douce sur les deux rives dans un style classique. En fin de faena, lorsque le novillo baissa de ton, Andy partit dans des séquences plus rapprochées servant plusieurs circulaires. Il tua d'une entière contraire après pinchazo qui fit tomber un mouchoir de la présidence.
Le cinquième, de "Piedras Rojas" montra de belles qualités lors du tercio de varas, Andy réalisant à l'issue des saltilleras enlevées. L'utrero, maniable mais sans force, perdit les mains à plusieurs reprises, accusant également une vuelta de campana en milieu de faena. Andy en tira le maximum, livrant des bons moments mais sans que l'ensemble ne puisse vraiment monter en intensité. Il eut le tort d'insister en fin de combat, provoquant la grogne du public et tua ensuite d'une entière légèrement contraire. Oreille protestée.

Adrien Salenc accueillit son "Piedras Rojas" par de dynamiques veroniques jusqu'au centre du ruedo. Le novillo rencontra le lancier pour une unique rencontre, prise avec bravoure, avant de voir Adrien réaliser un quite entremêlant chicuelinas et cordobinas. Après un brindis à Joaquin Galdos, le natif de Nîmes initia sa faena par des passes aidées par le haut de belle facture. Sous les notes du concerto d'Aranjuez, il livra à ce très noble collaborateur une prestation aboutie, de tout premier plan. Toreant a gusto, prenant le temps de bien faire les choses, il dessina sur les deux pitons de magnifiques tandas, profondes et templées à souhait. Après une entière très engagée, il se fit prendre sur un arreon sans conséquences. Le palco présidentiel attribua en toute logique deux oreilles et une vuelta posthume au novillo.
Le "Dos Hermanas" qui clôturait les débats matinaux poussa avec force la cavalerie sur une prise. Au troisième tercio le novillo se révéla le plus exigeant de la novillada. Sur de son toreo et plein de sérénité, Adrien se montra très convaincant par une muleta autoritaire et sincère. Il perdit certainement une oreille après une mort en trois temps. Vuelta.


Arènes du Palio à Istres (13)
4 novillos de Piedras Rojas et 2 de Dos Hermanas (2 et 6)
1/2 arènes
Temps humide avec quelques rares gouttes en début de course.
Durée : 2h30


Leo Valadez : Oreille après avis / Oreille.
Andy Younes : Oreille / Oreille
Adrien Salenc : Deux oreilles / Vuelta


Le dixième trophée Pierre Pouly a été attribué à Adrien Salenc.
Le novillo 634, portant le fer de "Piedras Rojas", né en février 2013 fut primé d'une vuelta al ruedo posthume.


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico