• 1

Istres (17/06/2016) : Alejandro Talavante ouvre la première Grande Porte de la Feria 2016...

@ElTico
@ElTico
Ce vendredi commençait la quinzième édition de la feria d'Istres. Anniversaire des 15 ans, avec des cartels toujours aussi intéressants, comprenant cette année quatre corridas et une novillada formelle.

Pour cette ouverture, une affiche attrayante avec Juan Bautista, Alejandro Talavante et Alberto Lopez Simon, le bétail provenant quant à lui de l'élevage phare de Zalduendo.

Le toro qui ouvrait la tarde fut renvoyé au toril après s'être cassé le piton droit sur le capote de salida de Juan Bautista. L'Arlesien reçut le toro initialement prévu en quatrième position par des veroniques autoritaires. Le Zalduendo ne prit qu'une ration de fer, en brave. Entame de faena par de soigneux doblones avant d'enchaîner par deux séries droitières de bon goût, déclenchant ainsi la musique. Devant cet animal de bon son, Juan Bautista réalisa un trasteo complet sur les deux rives, variant son répertoire par des molinettes, passes dans les dos, circulaires et double pecho. Au moment de vérité, il tua par un recibir, qui comme à son habitude, fit mouche. Il coupa logiquement la première oreille de la feria.
Le quatrième du fer d'El Tajo ne prit qu'une mono pique avant de voir Juan Bautista dessiner un quite par de jolies chicuelinas. Face à un animal manquant de force et de fond le français, très volontaire, ne put rien en tirer. Silence.

Alejandro Talavante salua son premier toro par un bon capoteo avant de le conduire pour une unique rencontre au lancier. Il servit ensuite au public un quite très serré et ajusté par chicuelinas et tafallera, gagnant les faveurs du public. Début de troisième tercio par des statuaires ressenties, terminant par une passe du mépris. Le torero de Badajoz prit de suite la main gauche pour offrir au public deux séries profondes et templées de haut vol. Profitant des charges pleines de ferveur de son noble astado, il livra une partition très inspirée sur les deux côtés, templant à merveille ses muletazos dans un voile très suave. Il agrémenta le tout par arrucina, molinettes, trincherillas avant de terminer par une dernière tanda de bernardinas très enlevée. Une mort en trois temps le priva à coup sur de récompense(s).
Réception soignée du cinquième par veroniques avant de conclure par une demie de face, tracée au ralenti. L'astado joua des pitons dans le peto du piquero sur une seule rencontre. Début de faena de toute beauté par une passe de cartucho, plein centre, suivi d'une série de naturelles de haute facture. Prenant la pleine mesure d'un Zalduendo maniable mais qui manquait cruellement de piquant, Talavante ne laissa pas passer l'occasion de briller. Dans une muleta poderosa il réalisa une prestation variée de tout premier ordre, distillant notamment des séries de naturelles d'une grande amplitude artistique. L'ensemble, sans atteindre l'intensité et le liant de son premier combat fut tout de même d'un très bon niveau. Il conclut son labeur par une entière jusqu'à la garde au deuxième essai, permettant au maestro de couper deux appendices avec peut être une seconde oreille quelque peu généreuse.

Le troisième dévolu à Alberto Lopez Simon montra dès les premiers lances de veroniques, des signes de qualités. Comme les deux premiers Zalduendo il ne rencontra le piquero que pour une seule puya. Après un brindis au ganadero Antonio Palla, le madrilène débuta, tambour battant, sa faena par des statuaires rapprochées sans bouger d'un millimètre. Après des séries profondes et bien rythmées, notamment sur le piton droit, le toro baissa progressivement de ton, occasionnant un manque de transmission au combat. Le madrilène réussit à combler ce manque à force de conviction, avec un bouquet final fait de redondos et manoletinas. Une mort par une entière trasera et un coup de verdugo fit tomber un mouchoir du palco présidentiel.
Le dernier de la tarde ne poussa que légèrement sur une rencontre avec le groupe équestre, sans éclat. Le madrilène initia sa faena par des
cambios ajustés, plein centre. Dès les premiers échanges il trouva le bon sitio face à ce Zalduendo de bon son. Alberto put ainsi exprimer sa tauromachie dans un style si "madrilène" et tracer des séries de profonds derechazos du plus bel effet. Après deux tandas sur la zurda avec de bons moments, malgré un manque de liant, il reprit la droite pour servir à cet animal s'éteignant au fil des passes, un final dans des terrains plus rapprochés. Une mort défaillante lui ôta tout espoir de trophée, synonyme de sortie à hombros.

Arènes du Palio d' Istres (13)
5 toros de Zalduendo et 1 d'El Tajo (4ème).
4/5 d'arènes
Beau temps
Durée: 2h30

Juan Bautista : Oreille / Silence.
Alejandro Talavante : Applaudissements après avis / Deux oreilles.
Alberto Lopez Simon : Oreille après avis / Silence après avis.

Alejandro Talavante est sorti des arènes du Palio à hombros.
Une minute d applaudissements a été observé à la mémoire des deux policiers de Mangnanville, lâchement assassinés.
Rafael Lisita et Ismael Gonzalez ont salué après le tercio de banderilles du quatrième.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico