• 1

 Saint-Sever (23/06/2013) : les Escolar font le spectacle.

Photo : ElTico - Archives
Photo : ElTico - Archives
La journée débuta par une belle initiative: le matin, les toros de la novillada avaient été courus lors d'un encierro dans les règles, sur un parcours de près de 2000 mètres. Un succès populaire pour cette première avec une centaine de coureurs et un blessé par corne de toros que l'on dut évacuer à l'hôpital.


Beaucoup de monde le soir sur les gradins de Morlane pour admirer le bel envoi d'Escolar Gil à la présentation remarquable, bien dans le type de la maison dans l'ensemble. El Fundi venu inspecter de visu le comportement de ses pupilles se réjouissait à la fin de la novillada. Avec raison, car il y avait de la solidité, de l'agressivité aux piques et surtout une noblesse sans naïveté qui permettait de glaner des succès mais qu'il fallait consentir avec vigilance. La plupart des Escolar ont fini à mas avec la bouche fermée après avoir donné de belles émotions sans mièvrerie ni violence excessive. Les quatrièmes et cinquièmes méritent une mention dans un ensemble déjà relevé. Tomas Angulo comme Borja Jimenez, se sont faits sérieusement secoués à plusieurs reprises, sans dégâts fort heureusement.


Cayetano Ortiz a mieux maitrisé son sujet à son second passage qu'à son premier. Ouvrir ce n'est jamais facile, mais il parut, pour ce début, froid et ce manque de transmission ne permit pas à son travail de décoller vraiment. Il s'accorda mieux avec l'excellent quatrième. On vit alors qu'il possédait déjà du bagage mais qu'en plus il pouvait émouvoir, transmettre aux gradins et sous sa muleta apparurent clairement les qualités de l'Escolar qui répétait avec alégria des charges bien conduites par le bas. Il tua d'un estoconazo mais au second essai et le puntillero tarda ce qui réduisit son succès à une seule oreille, de poids néanmoins.


Tomas Angulo, encore vert et à court de novilladas, a du courage et il l'a montré tout au long de ses deux faenas. Il se fit secouer sérieusement en tentant de tuer son premier adversaire, achevé au troisième essai. Sa détermination lui valut une vuelta. Son second passage fut plus maîtrisé et son travail mené au centre mieux construit, avec de bonnes séquences. Le toro avait beaucoup de transmission, et répétait ses charges. Il sut se mettre au diapason et eut, de plus, quelques détails élégants. Il le tua d'un tiers de lame et coupa une oreille.


Borja Jimenez souvent décentré à son premier passage, connut mille morts avec l'épée. Il entendit deux avis et se sauva in extremis du troisième. Il se retrouva entièrement face au sixième avec lequel il se confia. Il y eut de très bonnes séries avec de la classe et du temple, de l'élégance aussi. Borja a le sens du rythme aussi et le novillo ne demandait qu'à répondre à ses appels. Trois pinchazos successifs lui ôtèrent tout espoir de succès, mais sa vuelta fut chaudement fêtée.

Pierre Vidal

 

Saint-Sever, dimanche 3/4 d'arène.

Six novillos d'Escolar Gil

Cayetano Ortiz en vert olive et or: ovation et une oreille.

Tomas Angulo en vert bouteille et or: vuelta et une oreille.

Borja Jimenez en myosotis et or: silence après deux avis et silence.  

 

Voir le reportage photographique : Roland Costedoat