Madrid (24/05/2016) : David Mora coupe les deux oreilles d'un "Alcurrucén" de vuelta al ruedo et ouvre la Puerta Grande...

  • Imprimer

@Chele Ortiz
@Chele Ortiz
Dès la fin du paseo et la chaleureuse ovation réservée à David Mora par le public madrilène pour son retour à "Las Ventas" deux ans après sa gravissime blessure dans le même ruedo, on se doutait qu'il pouvait se passer quelque chose ce soir... Pourtant, la piètre prestation des "Alcurrucén" de vendredi dernier ne poussait guère à l'optimisme. Mais voilà, la corrida est faite de rencontres, de détails qui mis bout à bout en écrivent l'Histoire.

Ce soir, si les toros de la famille Lozano ont relevé sensiblement le niveau affiché par leurs frères de camada lidiés par les figuras Castella et Juli la semaine dernière, un exemplaire a tout emporté sur son passage. Et sur le passage de "Malagueño", il y avait David Mora. Et ce torero revenu de si loin, après avoir dédié sa faena au chirurgien en chef des arènes auquel il doit certainement d'avoir pu rencontrer "Malagueño", s'est grandi au niveau de ce formidable combattant, dix minutes durant, dix minutes d'émotions à nulles autres comparables. Il s'est passé quelque chose ce soir à "Las Ventas"... Alors certes, lorsque l'épée s'est levée est apparu en filigrane le spectre des trophées perdus hier encore par Paco Ureña. Mais c'est un estoconazo d'effet foudroyant qui a roulé "Malagueño" aux pieds de son matador et qui a, une fois n'est pas coutume, fait jaillir quasi instantanément les deux mouchoirs blancs et le bleu au palco présidentiel... David Mora en larmes adressait une dernière carresse à "Malagueño", tiré lentement par les mules pour son tour d'honneur et pouvait fêter, ses deux oreilles en main, son retour triomphal à la vie, là même où deux ans plus tôt il avait failli la perdre...
Face au cinquième, un exemplaire compliqué et sournois, David Mora livra un combat digne avant d'en finir d'une entière concluante.
Diego Urdiales ne s'est jamais confié au premier "Alcurrucén" de l'envoi, un toro exigeant et encasté face auquel il connut ses meilleurs moments sur le piton droit. Le quatrième s'est révélé sans option.
Quant à Andres Roca Rey, très attendu après avoir ouvert la première Grande Porte de cette Feria, il n'a pas déçu malgré une adversité peu propice au succès, saluant une ovation à l'issue d'un premier combat duquel il est sorti chaleco déchiré lors de l'estocade du compliqué troisième et encore remarquable de vaillance face à l'âpre sixième.


Plaza de Toros de "Las Ventas" - Madrid,
Mardi 24 mai 2016.
Plein
Toros de Alcurrucén, bien présentés, exceptionnel le deuxième, "Malagueño", portant le nº 1, de 563 kilos et né en septembre 2010, primé d'une vuelta posthume ; encasté mais de bonne condition le 1er ; plus compliqués les 4ème et 5ème ; âpres les 3ème et 6ème

Diego Urdiales, silence et silence
David Mora, deux oreilles et silence
Andres Roca Rey, saluts et silence

Ángel Otero a salué aux banderilles du 5ème.


Voir le reportage photoraphique : Chele Ortiz - CorridaFrance.com