Vic-Fezensac (16/05/2016 - tarde) : Tarde muy cardena...

  • Imprimer

@Isabelle Dupin
@Isabelle Dupin
Cette clôture fut effectivement une corrida grise. Grise comme souvent la robe des Victorino Martin qui étaient au programme. Un lot de toros âgés (tous plus de 5 ans révolus), plutôt lourds qui furent au moins réservés, au plus dangereux pour les piétons. Paco Ureña ainsi, fut attrapé salement par le deuxième de l'après-midi qui lui infligea une cornada interne au muscle fessier qui l'obligea à partir à l'infirmerie.

Manuel Escribano
Le sevillan eut donc trois toros à estoquer. Au premier d'entre eux qui freinait dans le capote, il dut après les trois piques vite se rendre compte que décomposé, le Victorino coupait la trajectoire sur le côté gauche et se retournait très vite sur le côté droit. Il opta pour l'option survie avec une estocade en sous cutanée au milieu du dos. Avis qui se partagent.
Haut, fort lourd, le quatrième se laissa presque faire dans la cape de l'andalou. Il s'emploiera sur une seule des trois piques administrées et va connaître un problème de sabots sur la patte avant droite (le 6ème du cycle, ça fait beaucoup - problème de corrales?) juste avant les banderilles, exercice qu'abrégera Escribano. La faena sera soporiphique, le Victorino noblote ne pouvant appuyer ses embestidas- Silence-
Au dernier de l'après-midi, en lieu et place de Paco Ureña, il ne fut pas mieux servi. Seule la pose des banderilles donna du baume au coeur au public. Averti dès la deuxième passe, et à deux doigts de se faire encorner, Manuel Escribano dans un premier temps donnera quelques séries en évitant surtout de se faire soulever. En escamotant le 1er temps de la passe il arrivera à lier deux séries sans risquer l'accident. Salut final.

Paco Ureña
Très attendu, il ne put donc qu'estoquer un Victorino. Après une bonne série d'accueil, capote en main et après les trois piques (presque tarif syndical en ce lieu), il dut constater dès la série de doblones qui débutait la faena que le caractère de l'animal était plus compliqué qu'il ne croyait. A gauche ça s'arrête, à droite ça serre.... Et après une série de derechazos sur un retour, Ureña est soulevé et a du mal à reprendre le combat. En boitillant et avec honnêteté il servira sur la droite deux séries de combats avant de revenir sur le côté gauche pour constater à nouveau le très mauvais caractère de son adversaire. Après l'estocade suivie de 4 descabellos, le natif de Murcia regagna directement l'infirmerie sous l'ovation, infirmerie dont il ne ressortit pas.

Manuel Jesus Perez Mota
L'andalou fut mis en difficulté par ses deux Victorinos. Au 3ème, frisé comme un bison, il ne réussira qu'à lier une serie en debut de faena à peu près posée. Il imposera ensuite au torero une tauromachie fort mobile de protection. Mauvaise conclusion épée en main -Silence-
Bis repetita à son second qui sortira en 5ème position. Dès le capote Perez Mota perd du terrain. Au dernier tiers, beaucoup de mobilité à nouveau face à un adversaire avisé. A nouveau cahotique à la mort, le Victorino finira par se coucher à quelques secondes du 3ème avis. Avis partagés.

Vic-Fezensac
Clôture
4/5 ème d'arène
6 Victorino Martin, avisés et dangereux
17 piques
Cavalerie Bonijol

Manuel Escribano : avis divergeants - silence - saluts
Paco Ureña : ovation au seul qu'il a pu toréer (blessure)
Manuel Jesus Perez Mota : silence - avis partagés

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Isabelle Dupin