• 1

Nîmes (15/05/2016 - tarde) : Alberto Lopez Simon triomphe...

@ElTico
@ElTico
Le matador de toros Alberto Lopez Simon est sorti a hombros par la porte des Cuadrillas à l'issue de cette corrida vespérale Nîmoise, initialement promise à un grand triomphe mais gâchée par la faiblesse quasi-générale d'un lot de "Juan Pedro Domecq" possédant les qualités rendues nécessaires au toreo "moderne", malheureusement sans moteur.

Six et même sept toros, véritables "machines à charger", "toros artistes" comme les avaient qualifiés le père défunt de l'actuel propriétaire de la marque, qui se livrent beaucoup et à chaque cite durant la lidia, museau dans le sable de la piste lourde et immense de l'amphithéâtre Nîmois, pour finalement ne plus pouvoir arriver au bout de leurs bonnes intentions une fois arrivés face à la la flanelle rouge...
Dans ce contexte, José Maria Manzanares ne réussit qu'à embarquer son premier dans les plis voluptueux de sa muleta, avant de le coucher d'un recibir fulminant. Alberto Lopez Simon a demandé et obtenu de pouvoir toréer un des sobreros du même fer après que le 5ème titulaire se soit blessé en cours de faena. Bien lui en prit car cet exemplaire allait se révéler le plus solide du lot et le public Nîmois, pas rancunier pour deux sous quand il s'agit de vibrer, même après s'être vraiment fâché quelques minutes auparavant, récompensa sa générosité en demandant et obtenant, les deux oreilles. Quant à Varea, il a semblé un peu intimidé par l'évènement en première partie de course, avant de se reprendre face au dernier, perdant malheureusement tout espoir de trophée aux aciers.

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

José Maria Manzanares reçut son premier par veroniques pieds joints rematé par revolera. Le bicho prit deux piques très légères, montrant un certain manque de solidité. Entame de troisième tercio par statuaires, trinchera et un long pecho. Face à cet animal noble mais manquant de force, il livra une faena parfaitement adaptée. Toreant avec douceur et volupté, il dessina sur le ruedo nîmois des tandas de derechazos pleines d'esthétique, dans son style si personnel. Sur la corne gauche il ne put exprimer la même tauromachie, le bicho se prêtant moins au toreo. Il estoqua d'une entière à recibir d'effet immédiat délivrant le premier trophée de la tarde. Oreille.
Il salua son second par de belles veroniques enchaînant par de précieuses chicuelinas main basse, rematant par demie. Le Domecq rentra fort dans le peto avant de s'endormir sous les deux piques administrées. A la muleta, l'Alicantin n'eut pas l'occasion de briller devant ce toro sans force et perdant les mains à plusieurs reprises. Mort défaillante. Silence.

Alberto Lopez Simon hérita d'un premier adversaire qui ne montra guère de bravoure sur deux rencontres. A la muleta, face à un adversaire vite éteint et aux conditions limitées, le Madrilène en tira le maximum, faisant preuve de beaucoup d'engagement et de valeur. Il parvint à faire monter l'intensité de son combat en fin de faena, toreant dans des terrains réduits et se faisant passer le toro dans le dos. Pinchazo suivi d'une entière. Silence
Lopez Simon réceptionna le cinquième par un capoteo de bon goût avant deux très légères rations de fer à la vu du manque de force du Domecq. Brindis avorté suite à quelques protestations dans le public. Face à un adversaire invalide et se cassant la patte avant droite lors des premiers échanges, le Madrilène dut abréger son combat. Alberto Lopez Simon demanda à la présidence de toréer le réserve, demande accordée.
Le cinquième bis du fer titulaire fut reçu par veroniques avant de se voir administrer deux piques pour la forme. Brindis au public cette fois sous une chaleureuse ovation. Devant cet animal maniable manquant de classe, le Madrilène fut l'auteur d'une faena d'envergure. Dans une tauromachie inspirée et dominatrice, il alla prendre à ce toro, tout ce qu'il pouvait donner, traçant des séries dune belle profondeur sur les deux pitons. Il fit également étalage d'un large éventail de passe avec des redondos, molinette, passes du mépris, de las flores et dans le dos. Il termina son labeur par des bernardinas et manoletinas avant de foudroyer son Domecq par une entière jusqu'à la garde. Deux oreilles.

Varea reçut son toro d'alternative par veroniques avant de se faire désarmer en fin de capoteo. Deux picotazos du lancier lors du tercio de varas, suivis par un quite par chicuelinas bien ajusté de la part du torero titulaire. Cérémonie d'alternative suivi d'un brindis à son père. Toreant beaucoup à la voix, il livra une faena quelque peu scolaire, qui ne monta pas en émotion. Son travail face à ce bicho sans transmission connu les meilleurs moments sur la corne droite lors de deux séries de bon goût avant de connaître un échec répété aux aciers. Ovation avec salut.
Il salua l'ultime par deux largas de rodillas avant de le conduire face à la cavalerie pour deux petites piqûres. Au dernier tercio, le toro se montra maniable en début de faena, avant de s'éteindre au fil des séries. Varea lui proposa une tauromachie douce, qui connut de bons passages relachés mais sans jamais décoller. Il termina par une entière après un pinchazo.


Arènes de Nîmes (30)
4/5 d'arènes
Toros de Juan Pedro Domecq (Sevilla)
Poids : 515 , 539 , 508 , 502 , 537 ,542 (5bis) , 535.
Temps : Beau avec vent parfois gênant
Durée : 2h45

J.M.Manzanares : Oreille / Silence.
A.Lopez Simon : Silence / Deux oreilles.
Varea : Ovation avec salut après avis / Ovation avec salut après avis.


Varea recevait l'alternative des mains de José Maria Manzanares avec comme témoin Alberto Lopez Simon. Son toro d'alternative "Malavida " portait le n°51 , pesait 515 kg et né en janvier 2012.

Alberto Lopez Simon sortit a hombros à l' issue de la tarde


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico