Nîmes (14/05/2016 - tarde) : "El Juli" ouvre la "Porte des Consuls"...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
Le matador de toros "El Juli" a ouvert cette après-midi une nouvelle "Porte des Consuls" des arènes de Nîmes. Insolent de domination, il a fait lever les étagères lors de son deuxième combat face à un Garcigrande limité de forces, à l'instar de ses compagnons d'encierro.

Sebastian Castella n'a pas touché le matériel nécessaire pour triompher. Très facile et profond avec son premier auquel il a coupé une oreille, il a connu des difficultés aux aciers avec le cinquième bis, s'enlevant ainsi toute possibilité de triomphe. Quant à Alvaro Lorenzo, il a vécu une alternative digne à défaut d'être triomphale, dans un contexte rendu difficile par des toros sans grande option et une opposition pour le moins relevée...

Laurent Deloye ElTico

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

El Juli hérita d'un premier toro qui montra des signes de faiblesse dès les premiers capotazos. Pour ne rien arranger, il fut mal piqué sur deux prises de châtiments. Face à cet animal maniable, mais aux conditions limitées, le Juli fit parler sa technique pour en extraire le meilleur. Il réussit à créer une faena à base d'une tauromachie poderosa et intelligente, liant des séries de très belle facture, laissant bien courir la main sous le museau du Garcigrande. Il finit de se mettre encore un peu plus le public dans la poche, par trois redondos consécutifs dont le dernier l'enchainant par un changement de main de toute beauté. Il conclut par une entière jusqu'à la garde d' effet immédiat. Oreille.
Le quatrième de la tarde dévolu au Juli prit deux rations de fer pour la forme avant que Castella ne réalise un quite par chicuelinas où l'astado se montra plus intéressé par la fuite que par le capote. Brindis décidé du Madrilène aux étagères, suivi d'une entame par statuaires où la faiblesse du bicho se fit sentir. Face à ce manque de solidité, le Juli réalisa la faena adaptée. Sans l'obliger et le laissant se reprendre entre chaque tandas, il put lui servir des séries de qualité, même si l'animal manquait un poil de transmission. Sa faena prit une toute autre dimension en fin de combat, où il fit une véritable démonstration de pouvoir dans des échanges ultra rapprochés, sans bouger les zapatillas d'un centimètre, faisant lever les tendidos. Il tua, comme à son premier, d'une grande épée d'effet immédiat. Deux oreilles.

Sebastien Castella réceptionna son premier Garcigrande par veroniques et chicuelinas avant de le conduire au lancier pour deux légères piqûres. A l'issue du tercio de piques, Castella réalisa un quite alluré par trois tafalleras, cordobinas et demie. Voyant que son bicho manquait de force Castella lui livra un trasteo aproprié. Sans jamais baisser la main, laissant respirer son bon adversaire entre chaque série, il réussit à construire un trasteo tout en douceur et en temple. Très suave dans ses toques, il imprima des séries très a gusto, d'une belle esthétique, supérieures sur la rive droite. Il termina sa faena par une série de circulaires, avec notamment un changement de main de tout premier ordre. Il logea un trois quart de lame efficace qui suffit à faire vaciller son astado. Oreille.
Le cinquième rencontra la cavalerie à deux reprises sans fioriture. Sur l'entame de faena de Castella par cambios, le Garcigrande se cassa la patte avant gauche, obligeant le bitterois à abréger son combat. Silence. La présidence annonça au micro que la direction des arènes lui offrait
le toro de réserve. Le sobrero du fer titulaire prit à l'identique de ses frères deux légères piqûres. Comme avec son toro précédent, il entama sa faena par des cambios allurés plein centre. Devant cet animal maniable il fut l'auteur d'une faena plaisante avant que le toro ne baisse clairement de ton. Castella termina son travail sur la courte distance et enchaîna par des manoletinas enlevées. Mort par un trois quart de lame suivi de trois coups de verdugo. Ovation avec salut.

Alvaro Lorenzo salua le premier toro de la tarde par un capoteo soigné avant de le mener pour deux rencontres prises avec bravoure. Le torero se distingua sur un beau quite par chicuelinas, rematant par trois revoleras. Après la cérémonie d'alternative le néo-matador dédia son combat à sa famille. Bonne entame de faena par statuaires. L'astado montra des signes de faiblesse sur les premiers échanges, perdant les mains à plusieurs
reprises. Difficile dans ses conditions de briller malgré une envie évidente et un travail très correct. Pour ne rien arranger Eole s'invita à la fête. Le natif de Toledo réussit tout de même, sur les deux ultimes séries, à faire prendre du relief à son combat en livrant des passages dans des terrains très rapprochés. Il tua d'une entière après avoir pinché au préalable. Ovation avec salut.
Le dernier de la tarde dévolu à Lorenzo perdit les mains à plusieurs reprises durant les deux premiers tercios. A la muleta, l'Espagnol afficha beaucoup de volonté mais ne put exprimer son toreo devant les conditions limitées du bicho. A base d'abnégation il alla arracher de précieux échanges sur la corne gauche et termina son labeur par une série de luquecinas pleine d'aguante. Il estoqua d'une entière d'effet rapide délivrant une oreille du palco. Oreille.


Arènes de Nimes (30)
Plein apparent
6 toros de Garcigrande et 1 de Domingo Hernandez (1er)
Poids : 529 , 520 , 539 , 531 , 534 , 524 , 517.
Temps : Beau avec vent parfois gênant
Durée : 2h50

El Juli : Oreille / Deux oreilles.
Sebastien Castella : Oreille après avis/Ovation avec salut après deux avis
Alvaro Lorenzo : Ovation avec salut / Oreille après avis.


Alvaro Lorenzo reçut l'alternative des mains d' El Juli avec pour
témoin Sébastien Castella face à "Abandonado" n°128 , marqué du fer
de Domingo Hernandez, né en février 2012.
El Juli sortit en triomphe par la porte des consuls.


Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico