• 1

Arles (05/05/2016) : Émouvante despedida pour Paquito Leal...

@ElTico
@ElTico
Au moment du paseo de ce Festival organisé pour la "Despedida" de Paquito Leal, les étagères de l'immense amphithéâtre arlésien s'étaient très correctement garnies. Preuve s'il en est de l'importance de la trajectoire de ce grand professionnel dans l'histoire de la Tauromachie Française.

Celui qui fut le seizième matador de toros hexagonal a poursuivi ensuite une longue carrière de banderillero, une fois les ors retirés du costume de lumières. Mais il est aussi, et peut-être surtout, le créateur de l'Ecole Taurine d'Arles. De fait, la liste des personnes à remercier fut elle longue à énumérer avant que ne sorte le premier novillo de ce festival auquel il coupa une oreille. La sortie a hombros était de toutes façons assurée...
Emouvante aussi la prestation de Marco, un autre Leal, à l'initiative de cette belle après-midi. Un "Dos Hermanas" de bandera dont il dédia le combat aux Cieux, lui laissa ses deux oreilles et la queue après une estocade a recibir fulminante. Un juste retour des choses. Pour quelques larmes de plus à verser...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Paquito Leal hérita d'un novillo de Gallon qu'il accueillit par de douces veroniques enchaînant par deux chicuelinas et rematant par demie. Après un tercio de varas où l'utrero reçut une unique pique, Tino Lopes prit un capote pour réaliser un quite par veronique très suave. Après un brindis aux "femmes de sa vie" Paquito entama sa faena par doblones. Face à un novillo mansote et malgré une voltereta causant quelques frayeurs, l'ancien professeur de l'école taurine d'Arles put livrer une faena sur les deux bords pleine d'envie et de valeur. Son trasteo culminera lors d'une série de naturelles, corps relâché, faisant retentir de profonds "olés" de l'amphithéâtre. Après une mort en quatre temps il put promener une oreille.

Stephane Fernandez Meca lidia parfaitement par fuera un haut novillo de Pages-Mailhan qui se montra court dans son capote de salida. Gabin reçut une forte ovation après avoir administré trois très bonnes piques au bicho, profitant de l'occasion pour remercier chaleureusement Paquito. Brindis du natif de Nîmes à ses compagnons de Cartel. A la muleta, le Pages-Mailhan allait se montrer guère collaborateur, se retournant sur les chevilles et jouant des pitons. Il en fallait plus pour décourager un Stephane Fernandez Meca très décidé. Enfilant le bleu de chauffe et montrant une technique intacte, il réussit à tirer le meilleur de son opposant jusqu'à en améliorer ses charges au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Les meilleures séquences furent gauchères où il put tracer de longues naturelles bien templées. Une mort défaillante le priva certainement de trophée(s). Applaudissements.

Mehdi Savalli receptionna son novillo de Los Galos par de soigneuses delanteras, concluant par deux medias. Après une unique rencontre avec la cavalerie, Mehdi partagea les palos avec Marco Leal pour un brillant tercio de banderilles plein d'alegria, orchestré par Jeremy Banti de lidiando. Le novillo de Los Galos aux conditions limitées ne permit pas à Mehdi de pouvoir briller malgré quelques bons passages et une envie évidente. Il estoqua d'une entière delantera qui fit tomber une oreille du palco.

Marco Leal conduisit son novillo de Dos Hermanas par de puissantes veroniques jusqu'au centre du ruedo, avant que celui-ci ne prenne une seule ration de fer. Marco dessina à l'issue un quite par des chicuelinas enlevées suivi par un tercio de banderilles réalisé par José Gomez, Mehdi Savalli et Morenito d'Arles. Brindis au ciel. Très bon début de faena par de jolis doblones terminant par un long pecho. Trouvant sans attendre le sitio à ce très noble animal, Marco livra un trasteo de très grande envergure. Profitant des très belles charges de ce Dos Hermanas il dessina dans une muleta très douce, de très longues séries de muletazos bien templés et cadencés de haute facture. Il agrémenta le tout par de magnifiques redondos. En fin de faena il laissa sa muleta à Paquito qui imprima, un par un, des derechazos de bon goût, terminant par un long redondo pour le plus grand bonheur du conclave. Marco reprit les trastos pour loger par recibir une entière d'effet fulgurant. Deux oreilles et la queue et vuelta posthume au novillo.

Thomas Joubert salua quant à lui son Jalabert par des veroniques pieds joints enchaînant par gaoneras et revolera. Après une mono-pique, Thomas très serrein réalisa un quite vibrant par saltilleras. Devant un animal économe de charge et manquant d'humiliation dans ses charges, Thomas ne put se mettre en valeur et déployer le toreo si profond qu'on lui connaît. Il livra une prestation sérieuse et méritoire et tua d'une entière suivi de deux coups de descabello. Oreille.

Le dernier marqué du fer de Barcelo était destiné aux toreros invités par Paquito Leal. Il fut reçu par de très belles veroniques pleine de toreria de Jeremy Banti. Après une unique pique ce fut au tour de Diamante Negro de dessiner quelques veroniques, toutes en douceur. Tercio de banderilles enlevé avec à la pose Antonio Joao Ferreira, Mehdi Savalli et Marco Leal. Bon début de faena de Jeremy avant de laisser successivement le voile à Diamante, David Lombardo, Yanito dans un style toujours aussi bouillant et El Lobo pour un ensemble de belle qualité face à ce novillo maniable. Jeremy se chargea d'estoquer lui même le novillo d'une entière d'effet rapide. Oreille à l'ensemble des protagonistes.

Arènes d'Arles.
6 novillos de Gallon, Pages-Mailhan, Los Galos, Dos hermanas, Jalabert-frères et Barcelo.
Beau temps
Durée : 3h

Paquito Leal : Oreille
Stephane Fernandez Meca : Applaudissements
Mehdi Savalli : Oreille
Marco Leal : Deux oreilles et la queue
Thomas Joubert : Oreille
Les invités de Paquitos : Oreille

Marco Leal effectua son tour de piste en compagnie de Patrick Laugier.
Le novillo de Dos Hermanas sorti en quatrième position portant le numéro 582 fut primé de la vuelta posthume.
Paquito Leal fut sorti à hombros en compagnie de tous les acteurs de cette tarde.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico