Samadet (12/03/2016) : Débuts et premier triomphe pour Antoine Madier à Samadet...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
C’est devant des gradins bien remplis que s’est déroulée la novillada non piquée qui ouvrait la Féria de la Faïence à Samadet. Les erales des ganaderias Cuillé et Alma Serena, les deux d’origine Miranda de Pericalvo, sont sortis nobles à l’exception du troisième.

Le grand vainqueur du jour est Antoine Madier, le local de l’étape. Il est sorti en triomphe après une belle démonstration de lidia et toreo. S’il s’était appelé Cesar, on aurait pu écrire « Veni, vidi ,vici ». Mais il s’appelle Antoine, malgré toutes les difficultés rencontrées pour y parvenir, il a du se dire en lui-même « je l’ai voulu et je l’ai fait ».
Les autres novilleros n’ont pas toujours su exploiter les possibilités offertes et ont encore à apprendre sur le maniement des aciers.

Le premier eral (Alma Serena), le plus petit du lot, est reçu à la cape par Pierre Mailhan. Le bicho vient de loin, embiste et répète bien dans la muleta. Le torero débute par le haut. Après une bonne série à droite, il cherche à travailler plus l’expression artistique que la domination. Le toro est très bon à droite et plus complexe à gauche. Il demande à être dominé sur son bon côté pour pouvoir s’améliorer sur l’autre main. Les passes sont jolies mais ne pèsent pas assez sur un novillo qui finit par prendre le dessus.
Le novillero, en difficulté, reste en dessous d’un eral qui va à mas. Avec à propos, Pierre Mailhan cite à recibir pour une épée trop en arrière et doit se contenter d’une vuelta.

Tomas Ubeda reçoit un joli Cuillé. Faible à sa sortie en piste, l’eral se reprend au troisième tercio.Tomas est vert. Il a du mal à trouver le sitio et à peser sur le toro qu’il s’envoie dessus en fin de passe. Peu dominé, le Cuillé se complexifie et met en danger le torero. A noter la bienveillance et le sérieux du public, qui a su rester silencieux malgré la kyrielle de descabellos qui ont suivi une estocade portée avec sincérité mais très caîda.

La prestation de Rafi à Samadet a confirmé que le garçon a des très bons principes mais qu’il a pour l’instant de grosses lacunes avec les «ustensiles tauricides ». Son opposant, Alma Serena, est un manso qui ne baisse pas la tête et derrote au début de chaque passe. Après l’avoir bien doublé, l’élève de Patrick Varin arrive à le canaliser et à le faire humilier. Il peut alors réaliser une très belle série à droite, puis quelques bonnes passes isolées à gauche. Le toro se décompose vite et la faena va à menos. Comme à Arzacq, Rafi tue hélas très mal.

Antoine Madier est un garçon pétri d’Aficion. Il participe activement aux activités de la cuadra d’Alain Bonijol. Depuis plusieurs années, il conjugue Etudes Supérieures et voyages des Landes à Nîmes pour s’entraîner parmi les élèves de Patrick Varin. Il revêt pour la première fois l’habit de lumières à Samadet. Bien reçu à la cape, l’eral de Cuillé est très faible. Handicapé du train arrière, il chute à plusieurs reprises. Avec beaucoup d’intelligence, Antoine l’entreprend par le haut, le laisse souffler entre les premières séries. Le bicho récupère. Le torero profite de sa noblesse pour l’embarquer dans de superbes séries de derechazos puis de naturelles. Tout y est planta torera, rythme, positionnement et temple. La faena, meilleure à droite qu’à gauche, va à mas et enthousiasme le public. Le torero prend un plaisir manifeste à toréer. C’est avec beaucoup d’émotions qu’il promène les deux oreilles accordées à l’issue de cette grande faena. Emotion partagée par tous ses amis de Grenade et d’Aire sur Adour quand le novillero sort en triomphe. Il est trop tôt pour écrire « a star is born », mais il est clair qu’Antoine est un vrai espoir. A lui de continuer à travailler pour confirmer, les nombreux organisateurs de non piquées présents ne manqueront pas de lui offrir les opportunités nécessaires après cette très belle prestation Samadetoise .

Fiche Technique
Féria de la Faïence à Samadet, novillada non piquée
Deux erales d’Alma Serena (1,3) et de Philippe Cuillé (2,4) donnant du jeu à l’exception du troisième manso pour :

Pierre Mailhan : un avis et vuelta
Tomas Ubeda : un avis et silence
Rafi : un avis et silence
Antoine Madier (début en non piquée) : un avis et deux oreilles

Belle moitié d’arènes
Sortie en triomphe d’Antoine Madier

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour