• 1

Madrid (04/06/2013) : Et le coup passa si près

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour
Au moment où Joselito Adame lève l’épée pour occire Canastero, le public retient son souffle car les gonds de la Puerta Grande sont prêts  à sauter si le mexicain est efficace. Il faut dire qu’après avoir coupé une oreille au 3ème à qui il inventa une faena, son ouvrage au dernier Montecillo fut de haut niveau.

Puerta gayola pour commencer, zapopinas spectaculaires au quite, accueil de 25 mètres pour débuter la faena. Séries liées, main basse et engagées, parsemées de détails de très bon goût, Adame a payé comptant pour sortir sur les épaules. Las, trois essais pour une entière et un descabello limitèrent le succès à une vuelta.

Ce fut le sommet de cette corrida qui fut plombée par le manque cruel de qualité et de caste des Montecillo, qui à part le dernier de l’envoi permettaient peu. Il n’en fallut pas plus pour Serafin de « mariner » avec le 2ème et de complètement « sous-mariner » avec le 5ème, toro, torero et public se noyant dans un profond ennui commun. Antonio Ferrera avait décidé quant à lui de surfer sur la vague de son succès précédent de la San Isidro et il ne força guère son talent pas même avec les banderilles où le spectaculaire l’emporta nettement sur le sincère.   

 

Madrid petite ½ arène

6 Montecillo, de peu de possibilités les cinq premiers, meilleur le 6ème

Antonio Ferrera  silence/silence

Serafin Marin      silence/silence

Joselito Adame   oreille/vuelta

 

Philippe Latour 

 

 

Voir le reportage photographique : Joël Buravand