• 1

La Brede (20/06/2015) : Cinq oreilles pour les triomphes de Curro Diaz et Juan Leal...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
La Brede l'arène la plus au nord de l'Europe...tout un programme. Dans le cadre des fêtes de La Rosière, la cité qui a vu naître Montesquieu proposait sa traditionnelle corrida.

L'auteur de l'Esprit des lois a du être satisfait de constater la belle organisation mise en place pour contenir ces quelques excités fauteurs de troubles à l'ordre public, qui vinrent une nouvelle fois tenter de perturber le bon déroulement des évènements.
Au programme, des toros de Pedres (origine Domecq branche Aldanueva). Plutôt lourds et d'armures diverses, ils valurent pour certains d'entre eux par leur noblesse mais ne furent pas à la hauteur des attentes qu'avaient sucité leur sortie bayonnaise 2014. Un regret, l'absence du double triomphateur de Madrid, le jeune Alberto Lopez Simon prévu initialement et remplacé avantageusement sur le papier par le vétéran Eugenio de Mora qui connait un regain de vitalité après deux passages remarqués à Las Ventas. Un médecin a dû trouver le remède miracle qui permet de se remettre en un clin d'oeil puisque le jeune Lopez Simon sera présent demain à Istres en remplacement de Manzanares.

Eugenio de Mora
Le natif de Tolede tomba sur le pire lot. Son 1er Pedres donna rapidement des signes de faiblesse et quelques coups de tête. Longue faena droitière pour l'essentiel, la meilleure série sur la fin. L'accord ne se fera pas complètement même si De Mora se montrera bien supérieur à son adversaire.
Le 4ème se montra rapidement à la limite de l'invalidité (la piste très meuble accentuant les problèmes). Faute de combattant, le combat n'eut pas lieu et Eugenio dut rapidement écourter son travail.

Curro Diaz
Ce fut un régal pour les yeux de voir le Linarense toréer tout en grâce. Il eut le bonheur de tomber sur deux toros idéaux pour lui permettre d'offrir cette tauromachie pleine de goût et de style qui le caractérise. Soñador donnait de la tête dans la capote décidé de Curro. Après une pique, il présenta très vite une belle noblesse sur la corne droite pour permettre le relâchement de l'artiste. Plus brouillonnes furent les deux séries de naturelles. L'entière au second jet libéra l'oreille.
Avec Macareno III la rencontre fut courte car il dut être changé. Avec son sobrero Moro, toro negro burraco, Curro se fit plaisir et se régala de la suavité du Pedres en construisant des deux bords, une oeuvre pour les photographes. Les passes s'enchaînent et enchantent le public brédois. Une estocade rapidement concluante fit tomber les deux mouchoirs. Lors du tour de piste très fêté, on put deviner que le torero lui aussi avait aimé ces quelques minutes passées sur le ruedo.

Juan Leal
Dans un style tout à fait différent, l'arlésien a connu une bonne après-midi. On put deviner une vraie évolution dans sa tauromachie dont on sait qu'elle se fait souvent près des cornes. Avec le 3ème le plus mal présenté du jour, Juan intelligemment servit des deux côtés, des séries tranquilles et adaptées aux conditions de l'animal. Il réduisit les distances par la suite mais fit peut être la série de trop à un Pedres qui cherchait les planches. Deux épées et deux descabellos limitèrent au salut son succès. Avec le dernier, il fut interessant de le voir construire sa faena passe après passe en cherchant à améliorer le toro. Le toro ne tenait pas la distance, Leal en toute logique opta pour sa tauromachie dans les cornes dont la distance avec ses cuisses reduite au minimum enthousiasma le public. L'estoconazo final valait à lui seul une oreille, le président rajouta la sienne.

LA BREDE
Quasi Plein
6 Pedres
6 piques -cavalerie bonijol-

Eugenio de Mora silence/silence
Curro Diaz oreille/2 oreilles
Juan Leal saluts/2 oreilles

Philippe Latour


Voi le reportage photographique : Philippe Latour