• 1

Vic-Fezensac (24/05/2015 - tarde) : le silence pour ami...

@Isabelle Dupin
@Isabelle Dupin
Avec les Escolar Gil, Vic faisait dans du classique qui a déjà fait ses preuves. De retour dans le Gers après 3 ans d'absence les porteurs de la devise blanche et rouge ne laisseront pourtant pas un souvenir impérissable, seuls les deux derniers, le 5 plus maniable le 6 brave au cheval, auraient pu permettre à la soirée de sortir de sa torpeur.

Sergio Aguilar blessé au campo et dont beaucoup déplorait l'absence était substitué par Rafael Cerro.
Avec 6 silences au final on comprendra aisément qu'il ne se passa pas grand chose.

Fernando Robleño
Son premier toro fut changé pour invalidité. Au sobrero réservé dès l'entame, il donna quelques passes mobiles avant une fin en trois temps. Au 4ème relativement collaborateur, il va servir une faena au centre qui manquera d'engagement. Un avertissement à gauche et les derechazos seront majoritaires. L'Escolar finit distrait. Entière au 2ème jet.

Alberto Aguilar
Tout au long de l'après-midi, il apparut branché sur 1000 volts et manqua de sérénité. Avec son premier Escolar, Alberto semblait avoir pris la mesure par un début genou ployé dans des passes de domination. Malheureusement, il se mit à toréer à grande vitesse. Le toro n'humiliait guère, le madrilène resta brouillon. Estocade à bout de bras.Il tomba sur le plus noble de l'après-midi et après un brindis à tous Aguilar prendra enfin plus de temps pour lier ses passes qui néanmoins manquèrent de profondeur. La faena alla decrescendo et une conclusion par une épée basse au 2ème essai fit retomber l'intérêt du public gersois.

Rafael Cerro
S'il se présentait en ces terres comme matador d'alternative, l'extremeño ne fit guère impression. Le 3ème était certes un toro sans classe ni grande race mais après quelques prudents essais des deux bords, il se mit à débiter de la tauromachie au "kilomètre" sans portée sur le toro. Le 6ème donna le peu d'émotion de la soirée aux piques poussant sur deux d'entre elles jusqu'aux planches aidé par le picador qui avait perdu la main sur son cheval. Il faut dire que par deux fois l'Escolar chercha directement l'encolure sans heureusement toucher au but. Brindis au Fundi présent en callejon. Une nouvelle fois face à un toro qui se refusait à humilier, le jeune torero resta très profilé et ne saura trop comment au final construire sa faena et sortir le public de sa torpeur.

Philippe Latour


VIC 24/05
4/5ème d'arènes
Ciel Gris
6 Escolar Gil + 1 sobrero du même fer
13 Piques
Cavalerie Bonijol

Fernando Robleño : Silence/Silence
Alberto Aguilar  : Silence/Silence
Rafael Cerro  : Silence/Silence

 


Voir le reportage photographique : Isabelle Dupin