Provincia Juriquilla (Querétaro – Mex.) 13 septembre 2014 : Les Villar del Águila demandaient les papiers...

  • Imprimer

 

Photo : DR
Photo : DR
Un tiers de plaza pour assister à la novillada des Fiestas Patrias. Température agréable avec ciel voilé et sans vent.

 
Le rejoneador Sebastián Torre a ouvert les débats avec un novillo de Marrón un temps collaborateur avant de se refugier aux planches et de compliquer les choses. Disposition notoire du cavalier qui cloua néammoins le flanc du cheval passé dans la majorité des cas. Salut au tiers après avoir mis pied à terre pour en terminer au descabello avec son opposant. Pega reussie au premier essai des Forcados de Querétaro.
 
Juan Pablo Llaguno a montré toute les facultés techniques qui laissent entrevoir une alternative prochaine. Il manie avec élégance cape et muleta. La faena à un novillo encasté, un peu trop longue, et l´echec à la mort, le firent également saluer au tiers.
Le troisième novillo chercha les planches dès sa sortie en piste. Antonio Mendoza, après l´avoir reçu avec une larga cambiada dut aller chercher le mansurrón dans son terrain et termina par faire vibrer les tendidos avec des series droitières de muletazos longs, les pieds rivés, et de beaucoup de temple. Le pinchazo et l´estocade basse ramenèrent à nouveau le prix au salut au tiers.
 
Pérez de Pauloba offrit une troisième paire de banderilles de grande exposition avant de laisser de bonnes naturelles à un sérieux novillo qui se deplaça et répondit aux cites. Alors qu´il avait l´oreille coupée, le novillero allongea la faena en excés au point de recevoir un avis avant d´entrer à matar. Nouveau calvaire à l' épée et surtout descabello en main, et seule la bienveillance du palco évita le retour au corral du novillo. Quelques applaudissements pour le torero.
 
Diego Sánchez à reçu avec deux largas à genou un tonton novillo qui arriva à la muleta avec du moteur et un coup de tête à la fin du muletazo. La faena fut trop longue et accelerée, le leurre maintes fois accroché. Quelques applaudissements aprés une estocade tombée.  
 
Daniel Daudet