Nîmes (09/06/2014 - tarde) : clôture de déception. La seule vuelta pour Manuel Escribano...

  • Imprimer

Photo : ElTico
Photo : ElTico

On en avait fait un  évènement phare de cette feria... La rencontre entre les toros de Miura et El Juli devait clôturer en beauté le cycle. Les évènements en ont décidé autrement...

Tout d'abord en raison d'un dialogue de sourds qui s'est rapidement instauré entre le public et la Présidence. Le premier Miura, faible et seulement faible, a été peut-être un peu trop rapidement changé par un Président répondant à une demande majoritaire... du public. Mais voilà, quand on programme une corrida de Miura, il n'y en a que six qui débarquent et ce même public a protesté la sortie en piste d'un sobrero de... Garcigrande. A l'issue d'une prestation technique et engagée, Manuel Escribano coucha le remplaçant d'une lame en place et la pétition d'oreille monta, malheureusement plus sonore que visible car les mouchoirs eux, restèrent minoritaires... Oreille non concédée, à tort ou à raison, mais le fossé continua à se creuser entre le palco et les spectateurs. D'autant plus quand deux autres Miura furent également changés pour un deuxième Garcigrande puis un Alcurrucén, transformant l'évènement en un imbroglio que n'arrivèrent à dissiper ni le Juli, valeureux face à son Miura faible lui aussi et Manuel Escribano qui, face à un public démobilisé, ne crut pas forcément en ses chances de succès devant le dernier d'Alcurrucén, meilleur que ses frères de camada de la corrida d'ouverture...
Bref, une corrida à oublier, vite... Cosas de toros...
 
Laurent Deloye ElTico
 
 
 
La chronique d'Anthony Pagano :
 
Rafaelillo salua son premier adversaire par trois largas de rodillas et l'amena vers deux rencontres ou le toro fut faible et ne montra aucune férocité. Muleta en main, Rafaelillo s'est joué la vie, le toro se défendant sur place par des coups de tête et se retournant rapidement après la passe. Rafael, valeureux, ne recula pas et montra beaucoup d'engagement, il recut un coup au visage sans importance. Il salua après une entière trasera longue d'effet.  Son deuxième opposant fit illusion sur le première des deux rencontres qu'il reçut. En effet le toro poussa longuement le cheval mais y laissa toutes ses forces et arriva au troisième tiers totalement éteint. S'effondrant après chaque muletazo, il ne laissa d'autre choix au matador que de le tuer d'une entière contraire après pinchazo. 
 
El Juli passa sans peine ni gloire face à son "Miura". Il donna une faena technique, et de bonnes séries à droite, le toro étant faible et de plus en plus court de charge, il le tua d'une entière en place mais le toro tarda à tomber. Saluts. Avec le cinquième bis, à la charge désordonnée et sans intérêt il ne construira pas de faena mais seulement des gestes isolés sur la corne gauche. Silence après une demie lame trasera et descabello.
 
Manuel Escribano,  vit son premier "Miura" changé par un toro de Garcigrande pour faiblesse. Il accueillit le sobrero par de belles véroniques et banderilla avec engagement et honnêteté, et notamment sur la dernière paire par un quiebro contre les planches. Après la cérémonie de confirmation il brinda à son mentor Robert Piles et débuta genoux à terre. Lors de cette faena le toro fut exigeant mais doté d'une bonne charge sur la corne droite que le Sévillan réussit à bien exploiter dans de belles séries de derechazos. Manuel fut technique et engagé tout au long du combat, allant jusqu'a la bousculade, heureusement sans conséquences. Il termina par manoletinas et donna une vuelta après  une estocade en place. Le sixième "Miura" fut lui aussi changé pour cause de faiblesse par un toro d'Alcurrucen.  Manso dès la sortie du toril, le toro le fut également lors des deux rencontres avec le groupe équestre. Manuel banderilla aussi son toro avec alegria ce qui aura eu l'effet de recréer un climat chaleureux sur les gradins. Lors du troisième tiers Manuel dut composer avec un  toro à la charge brutale et désordonnée en début de faena mais il réussit grâce à une bonne technique à donner de bonnes séries sur les deux cornes.
 
Anthony Pagano
 
 
 
Fiche technique :
 
Six toros de la ganaderia "Miura". Tous faibles, sans race et inintéressants. Deux toros de la ganaderia "Garcigrande" corrects de présentation et d'armures (sortis en remplacements du 1er et 5ème toros), et un de la ganaderia "Alcurrucen" (sorti en remplacement du sixième) bien présenté mais manso.
 
 
Lundi 9 Juin 2014.
Entrée : Plein.
Temps : Chaud avec leger vent.
Durée de la course : 2h45.
 
Rencontres avec la cavalerie de Philippe Heyral : 16
 
Poids des toros : Miura (556, 547, 579, 570, 540 et 552 kgs) ; Garcigrande (609 et 531 kgs) et Alcurrucen (560 kgs)
 
 
A noter :
 
- Manuel Escribano se présentait dans les arènes de Nimes et a confirmait à cette occasion son alternative avec le toro nommé "Cani" de la ganaderia "Garcigrande" portant le numéro 49, né en septembre 2009 et pesant 609 kgs.
 
 
Rafaelillo (Rouge et or) : Saluts après 1 avis / Silence.
El Juli (Tabac et or) : Saluts / Silence.
Manuel Escribano (Vert bouteille et or) : Vuelta après 1 avis / Silence.
 
 
 
 
 
Voir la video : German Jimenez