Seville (08/05/2014) : Enfin...

  • Imprimer

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour

 Oui enfin, il s'est passé quelque chose qui a déclenché l'enthousiasme dans l'enceinte de la Maestranza. Niñito de la ganaderia d'El Pilar va offrir ses charges (si,si!) à un David Mora très bon dans sa réception à la cape et qui soulévera les premiers olés de Seville avant de bâtir une faena à ce toro qui répéta avec beaucoup d'envie dans un style qu'on lui connaît fait d'allonge, de pico et d'un sens esthétique certain quand il ne torée pas corps cassé.

La faena vaudra surtout pour ses séries droitières notamment en son début. Baisse d'intensité avec la main gauche avant que le rythme reprenne en reprenant l'autre main. Entière habile. Oreille (et pétition de la 2ème) Au dernier avec un Pilar de peu de qualités, peu arrangées par une lidia catastrophique de la cuadrilla, Mora se contentera de tutoyer le danger sans complètement se livrer.Il se fera accrocher lors de l'estocade -Saluts-
 
Miguel Abellan reprend l'épée après un break. Rien de ce qu'il fit dans l'après-midi laisse à penser que ce retour sera triomphant. Méfiant au 1er, un Jandilla qui avait remplacé un El Pilar vacillant, de mas a menos à son second (Moises fraile), un passage sin pena ni gloria.
 
On ne peut reprocher le manque d'envie à Manuel Escribano accueillant une nouvelle fois ses deux toros à puerta gayola. Ce jour néanmoins avec le deuxième (Moises Fraile), il manqua de précision dans tout ce qu'il entreprit (banderilles comprises) et s'il baisse la main faut-il la faire courrir pour donner de l'ampleur à ce qui est entrepris. On aperçu quelque peu ses limites quant avec le 5ème (El Pilar) une fois le début par cambiadas passées, il ne sut trop que faire avec la charge trop molle de son adversaire et l'ensemble tomba vite dans le soporiphique (n'est pas Juli ou Ponce qui veut) - Saluts de sympathie. 
 
 
 
Seville 1/2 arène tout au plus
 
1 Jandilla ; 2 Moises Fraile ; 3 El Pilar
 
Miguel Abellan : silence/silence
Manuel Escribano : silence/saluts
David Mora : oreille/saluts 
 
 
Philippe Latour