• 1

Aire sur l'Adour (01/05/2014) : Ni fu ni fa, como se dice en España...

 

Photo : Roland Costedoat
Photo : Roland Costedoat
Dans le Sud Ouest nous sommes gâtés, gastronomie au top, bandas à ne plus présenter, et des toros toutes la temporada... Aujourd'hui le soleil nous a fait défaut, et le bétail... Nous a manqué un peu aussi...

En gros la sauce aurait pu avoir du goût mais il a manqué à chaque fois le petit plus pour nous régaler.
Une novillada concours de ganaderias implique un tiers de piques dans les règles de l'art, nous n'avons pas toujours été gâté non plus. Le but étant de mettre le novillo plusieurs fois à l'épreuve de la bravoure, et ce de plus en plus loin.
Ce qui n'a pas toujours été le cas dans les mises en suerte. La pluie est venue se mêler à toute cette histoire, bref, on retiendra plus les jolies présentations du bétail dans sa globalité.
 
Léger de poids mais cornu le bougre, le François André vient droit et franchement au cheval, à 4 reprises. Pepe Aguado monté sur Bianco se fait applaudir, nous offre ce qui sera le plus joli tiers de piques de la tarde.
A l'ultime rencontre le novillo partira des 3/4 de la piste.
Noblon mais accusant les piques, même peu appuyées,il protestera dans la muleta de Curro de la Casa, appliqué. 1 épée, descabellosssss.
 
Le Gallon présente plus de volume, armé vers le haut, s'emploie à la première rencontre avec le groupe équestre dirigé par David Fundi. Fini par freiner avant l'encuentro avec le cheval.
Belles paires de banderilles de rafael Lisita.
Un peu andarin et manquant de force, Espada ne s'accordera pas avec lui. Mise en suerte longue pour entrer à matar.
 
Soto faisait ici sa présentation en piquée. Le Blohorn est joli, Soto débute à genoux. Les gradins se réveillent, oufffff.
Trois piques, pas très bien administrées hélas car le novillo était intéressant, avec de la force.
Jolies paires de banderilles de Marc Antoine Romero.
Le soleil revient, Soto nous transmet son envie de triompher. Le Blohorn humilie, a plus de forces que ses congénères, plus de noblesse aussi.
Les aciers...c 'est compliqué.
 
Le Tardieu a du volume, manseote de salida.
Deux piques bien administrées par Santi Perez, mais pas de loin.
Adalid salue en piste après avoir banderillé fort bien.
Novillo faible à la muleta. De la Casa se fait désarmer par les protestations de son opposant, nombreuses.
Soporifique, comme une envie d'allumer la télé ou de lire un livre .
 
Le pensionnaire de l'Astarac (Jean-Louis Darré) sort avec un physique d'athlète, le muscle saillant et plein de gaz.
Trois piques, la première spectaculaire et la 3ème aussi. Ca pousse ...toutatis le cheval issu de l'élevage de Bonijol, croisé portugais/percheron est monté par Vitorino Garcia.
Espada entame une faena plus "artiste", le novillo noble commencera à se freiner et à réfléchir en milieu de faena.
Compliqués les aciers pour Espada... Quel nom difficile à porter.
 
Soto attend son Malabat à genoux au milieu de la piste, entrée réussie du novillo dans le capote , la musique joue, c 'est le dernier cornu de la tarde .
L'ambiance se réchauffe un peu, on se sort de la léthargie pluviométrique, on ferme les parapluies.
Tercio de piques...raté. Tellement raté que le palo du picador (pourtant excellent chanteur, et bon joueur de piano) finira attaché dans la queue du toro ... Et en plus c'est la puya qui restera entremêlée dans la queue,  on a évité le pire, le duo insolite se détachera assez rapidement heureusement.
Du coup c'est quand même l'éleveur qui sera frustré de ne pas voir son novillo au cheval.
Mais à la fois, étant donné la suite, on n'aura pas raté grand chose. Le Malabat est super orienté et sans aucune option pour Soto (il se fera attraper mais sans gravité).
Le public l'applaudira chaleureusement.
 
Bref, vous aurez donc compris que ce jour ne restera pas dans les annales de la tauromachie, mais rien ne vaut une journée entre amis, avec pour une fois un savoureux mélange sud-est/sud -ouest grâce au bétail.
La tauromachie c'est aussi ça. 
Commencer le matin avec une capea commentée par Richard Milian  (sa gouaille pleine de technique et d'alegria ravit même les espagnols admiratifs), ses jeunes apprentis dans le ruedo, le repas gastronomique es sud-Ouest, Cesar Jimenez en apoderado ultra abordable ...Bref, finalement on passe toujours une bonne journée autour des arènes,  n 'en déplaise à certains.
 
 
Aire sur l'Adour, novillada du 1er Mai
1/3 d'entrées
Concours de ganaderias françaises
 
François André - Curro de la Casa : 1 avis Salut 
Gallon fils - Espada : 1 avis silence
Blohorn - D.Soto : 2 avis légers applaudissements
Tardieu - Curro de la Casa : Salut
Astarac - Espada : silence
Malabat - D.Soto : Salut
 
Prix au meilleur picador décerné à Pepe Aguado monté sur Bianco
Prix au meilleur novillo non décerné.
 
Cavalerie Bonijol 17 rencontres
 
 
Nathalie