Séquence émotion aux arènes de Caissargues...

  • Imprimer

Visuel Caissargues 28112021Organisée par le club taurin "les Amis de Pablo Romero" et la "Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard" dans les cadre des "Tercios du souvenir" à l’occasion du trentième anniversaire de la disparition du premier grand Torero français, Nimeño, cette matinée taurine avait trouvé son public, malgré le froid, avec une belle assistance sur les gradins des petites arènes de Caissargues.

Lieu emblématique de l'entraînement des toreros français, cette placita gardoise accueillait jusqu'à il y a quelques années un festival taurin caritatif, qui désormais a trouvé l'hospitalité dans la commune gardoise voisine de Rodilhan. Il n'en reste pas moins que le village de Caissargues bénéficie toujours d'une place particulière dans l'histoire de la tauromachie française, ne serait-ce que parce que ses arènes ont vu grandir l'aficion et le talent de multiples professionnels français qui ont contribué à son développement. Mais surtout car elles ont contribué à l'éclosion du premier grand torero Français, celui qui a exporté son talent dans les plus grandes plazas du monde et dont on honorait ces derniers jours la mémoire, trente ans après sa tragique disparition.
Les Maestros Stéphane Fernandez Meca et Denis Loré avaient légitimement été conviés à cette "tienta du souvenir" de deux très intéressants érales de la ganaderia Barcelo, le Pagès-Mailhan initialement programmé ne s'étant pas laissé embarquer. La matinée étant placée sous le signe de la transmission, les deux matadores ont rapidement laissé les trastos aux jeunes pensionnaires du Centre Français de Tauromachie qui, avec des fortunes diverses, ont tenté de maintenir la barre placée haute par leurs prestigieux aînés, tous les deux bien affûtés et dont les belles gestuelles nous ont ramené quelques années en arrière... Jean-Loup Aillet officiait pour l'occasion de piquero.
La tienta s'est conclue par un nouveau clin d'oeil à la glorieuse époque des premiers toreros français, dont les deux Montcouquiol Alain et Christian, avec la sortie en piste de vaches Camarguaises de Blatière. Ceci pour rappeler qu'à l'époque, les élevages français n'en étaient qu'à leurs balbutiements et que les entraînements face au bétail se faisaient régulièrement avec des Camargues.
Pour le style, c'était loin d'être gagné mais pour la condition physique, il n'y a pas grand chose de mieux...
A noter la présence dans le public de "Pepe de Montijo" et de Dominique Vache, certainement très émus, eux qui faisaient partie des premières cuadrillas de "Nimeño II".

Laurent Deloye ElTico

 

Voir le reportage photographique : ElTico