• 1

Saint Sever et les Coquillas, une belle histoire...

Visuel StSever 10092021Jadis, autrefois ou naguère, ils étaient les favoris des figuras. Aujourd’hui les ganaderias qui les élèvent se comptent sur les doigts de la main.

Les Coquillas ont été victimes du fait que l’on privilégie aujourd’hui le physique du toro à ses qualités intrinsèques. Ce sont des petits gabarits avec des têtes petites ce qui leur a fermé les portes des arènes importantes en Espagne.
Toutes les arènes, aujourd’hui, boudent les Santa Coloma de Coquilla. Toutes, non, il existe un village d’irréductibles aficionados, entourés de quatre arènes de première catégorie (Vic, Mont de Marsan, Dax, et Bayonne) qui résiste et les programme régulièrement. A Saint Sever, ces irréductibles se sont regroupés et.ont créé le collectif Pedrollen. En 2015, ils ont organisé la dernière corrida de la ganaderia Coquillas de Sanchez Fabrès. Du monde sur les gradins, un lot plus qu’intéressant, beaucoup d’émotions, derniers toros mais pas derniers novillos. La résistance du collectif contamine le Sud-ouest. Novillos et erales brillent à Maubourguet, Aire, Saint Perdon et surtout dans l’arène fétiche de cette ganaderia, celles de Saint-Sever.

Résister et défendre un encaste est un travail de longue haleine, mais le collectif ne renonce pas. Le Coquilla est un toro froid qui se révèle au fur et à mesure, si le torero insiste, et qui ne baisse jamais de rythme. Le collectif insiste, ne baisse jamais les bras .et propose le Dimanche 10 Octobre dans les arènes Henri Capdeville à 11h, une novillada piquée.
José Fernando Molina et Alvaro Burdiel affronteront quatre utreros de Coquillas de Sanchez Fabrès.

Un rendez vous à ne pas manquer.

Thierry Reboul

Utrero 11 2 Utrero 13 2
Utrero 14 Utrero 16