Nîmes (19/09/2021 - tarde) : Triomphe a minima pour Antonio Ferrera, qui indulte le troisième exemplaire d'une bonne corrida de Margé...

  • Imprimer

Salida Nimes 19092021TCe solo qui avait de quoi créer une grande attente, Antonio Ferrera se présentant comme l'un des toreros du moment et arrivant avec la référence de sa précédente comparution en solitaire convaincante de Mont-de-Marsan, n'avait pas réuni un grand nombre d'aficionados sur les étagères de l'amphithéâtre romain. C'est fort regrettable à différents titres...

D'une part parce que si l'aficion ne répond pas à un tel rendez-vous, dont on peut penser, l'Histoire nîmoise à l'appui, qu'il a été préparé avec grand soin, c'est que l'aficionado du sud-est manque de référence ou qu'il a disparu. Et d'autre part parce que les présents ont passé un bon moment, le mérite en revenant essentiellement aux toros de Margé, qui ont rattrapé par leur présence et leur jeu, le niveau ganadero en général décevant de cette feria. Le troisième, "Gamus", n°62, né en février 2016 et d'un poids de 490 kgs, a été indulté, les quatre autres ayant été applaudis à l'arrastre. Ferrera obtient quant à lui un triomphe discret...

Antonio Ferrera est invité à saluer une chaleureuse ovation dès la fin du paséo.

Le premier Margé se fixe rapidement avant de prendre deux piques en s'employant, sous la présidence. Salut des banderilleros. Brindis au public. Le Margé est brave, mobile et encasté. Il est plus abordable à gauche, où va se dérouler l'essentiel de la faena. L'estocade en deux assauts refroidit l'ambiance. Silence. Applaudissements à l'arrastre.

Belle réception à la cape du deuxième, piqué en brave à deux reprises sous la présidence. Le toro accroche spectaculairement un banderillero et un des sobresalientes venu au quite. L'astado est noble, encasté, et répond aux sollicitations majoritairement droitières. La faena est plaisante et d'intérêt. L'entière est très basse et le geste de dépit de Ferrera en dit long sur sa déception... Applaudissements au torero et à l'arrastre.

Très veleto, le troisième est salué efficacement par Antonio Ferrera qui le mène à deux reprises face au lancier pour trois rencontres sous le fer de Jean-Loup Aillet, lors desquelles le Margé vient de loin sans s'employer outre mesure. Salut de Marc Antoine Romero aux banderilles. Antonio Ferrera obtient la grâce de "Gamus" au terme d'une faena d'intensité croissante, avant un accrochage final lors des "saltos de la rana", le mouchoir orange ayant déjà été affiché. Deux oreilles symboliques.

Le quatrième, au morillo impressionnant, prend trois piques lointaines, en s'engageant sous le fer avec puissance, mais sort seul de la dernière. Dans la muleta, le Margé se révèle exigeant et encasté et Ferrera reste marginal. Mort en deux assauts. Silence. Applaudissements à l'arrastre.

Le cinquième se fixe rapidement dans le capote de réception d'Antonio Ferrera, avant de prendre trois piques en venant de loin, mais sans trop s'impliquer sous le fer. Salut des banderilleros. Au troisième tiers, l'astado est avisé et Ferrera abrège. Estocade basse au premier assaut. Silence. Légers applaudissements à l'arrastre.

Le sixième est changé rapidement après avoir perdu les mains à plusieurs reprises. Il est remplacé par un sobrero de Domingo Hernández. Cet exemplaire va prendre deux piques, la première en venant de loin et en s'employant longuement sous le fer, la seconde plus chahutée. Tercio de banderilles partagé avec Fernando Sánchez et Merenciano. Pas grand chose à signaler à la muleta...

Antonio Ferrera, qui avait refusé dans un premier temps de sortir a hombros, est finalement porté en triomphe par son banderillero Fernando Sánchez et sort en triomphe par la Porte des Consuls.

       


Arènes de Nîmes
Dimanche 19 septembre 2021- tarde
Dernière de la Féria des Vendanges
Entrée : un tiers d'arène
Toros de Margé, braves, encastés et très intéressants dans l'ensemble, le troisième, "Gamus", n°62, né en février 2016 et d'un poids de 490 kgs, a été indulté, et un sobrero de Domingo Hernández, pour :

Antonio Ferrera, en solitaire, silence, applaudissements, deux oreilles symboliques, silence, silence et silence.

 

Laurent Deloye ElTico


Voir le reportage photographique : ElTico