Nîmes (18/09/2021 - matinale) : Leonardo Hernández et Léa Vicens ouvrent la première Porte des Consuls de la Feria...

  • Imprimer

Salida Nimes 18092021MLes rejoneadores Leonardo Hernández et Léa Vicens ont ouvert la Porte des Consuls de l'Amphithéâtre Nîmois au terme de la coorida équestre du cycle, après avoir coupé chacun trois oreilles de leurs opposants de Fermín Bohórquez.

Francisco Palha s'est montré à son avantage sur la réception au toril du bon premier toro de Fermín Bohórquez, à l'occasion de sa confirmation d'alternative. La faena, inégale en rythme, a été difficilement conclue à l'épée. Silence.

Faena plaisante et rythmée de Leonardo Hernández face au bon deuxième toro de Fermín Bohórquez, lidié sur les chevaux "Sol" et "Xarope". L'entière, contraire, est décisive. Oreille.

Faena bien composée de Léa Vicens, précise dans la pose des banderilles face à la belle charge du troisième toro de Fermín Bohórquez, applaudi à l'arrastre comme les précédents. Oreille

Trasteo rondement mené de Leonardo Hernández devant le quatrième toro de Fermín Bohórquez, sur "Enamorado" et surtout "Xarope", encore remarquable sur ses cites cabrés et appuyés arrières. Entière foudroyante. Deux oreilles.

Francisco Palha a gâché lors du premier rejón l'inédit cinquième toro de Fermín Bohórquez, rapidement obligé de l'estoquer après la première banderille qui l'a laissé totalement arrêté. Silence.

Léa Vicens a livré face au sixième une démonstration de monte d'une cavalerie bien rodée. Les poses de banderilles ont été plus inégales lors de la première partie de la faena, mais estocade s'est révélée décisive. Deux oreilles.

 


Arènes de Nimes
Samedi 18 septembre 2021 - matinale
Corrida de rejon de la Feria des Vendanges
Entrée : Un quart d'arène
Toros de Fermín Bohórquez, pour :

Leonardo Hernández, oreille et deux oreilles
Francisco Palha, silence et silence
Léa Vicens, oreille et deux oreilles

Après le paseo, le Maire de Nîmes Jean-Paul Fournier a remis la médaille de la ville à Marie Sara à l'occasion du 30ème anniversaire de son alternative dans ces arènes.


Voir le reportage photographique : Daniel Chicot