Nîmes (16/09/2021) : toréons sous la pluie !...

  • Imprimer

Visuel Nimes 16092021Commencée sous un soleil timide mais présent, la 60ème édition de la Cape d’Or s’est terminée sous une pluie modérée mais désagréable. Au programme six novillos de Roland Durand pour Carlos Olsina, Miguel Polope et Solalito.

D’un lot inégal de présentation, on retiendra les 3ème et 6ème novillos. Côté toreros, sont ressortis les progrès réalisés par Solalito, conseillé par Ludovic Lelong, auteur de meilleures séries de la soirée. Dommage qu’il ait failli avec les aciers. Carlos Olsina a réalisé sa meilleure faena à son second toro, et a mal tué. Miguel Polope a une vraie planta torera mais il est froid, transmet peu d’émotion et est un adepte des faenas à rallonges qui deviennent vite lassantes. Et lui aussi a mal tué.

Le premier novillo, haut, bien fait, cornicorto, est reçu par Carlos Olsina avec une larga afarolada de rodillas. Mal piqué, il sort seul des deux rencontres et prend un picotazo après avoir rechargé le groupe équestre juste avant sa sortie du ruedo. Miguel Polope réalise un bon quite avant que Carlos ne brinde le toro au public. Début de faena par des derechazos de rodillas, le novillo est noble et répète. Le novillero a du mal à trouver le sitio en début de faena. Le bicho baisse de ton, se défend un peu et ne transmet pas beaucoup d’émotion. Toro et faena vont à menos. L’estocade, 9/10ème tombée et verticale, est efficace et le novillero biterrois coupe la première oreille de la tarde.

Le second, le plus léger du lot est reçu à la cape avec beaucoup d’élégance par Miguel Polope. Il prend une première pique trasera, il est peu et mal piqué à la seconde rencontre. Après un bon quite de Solalito, il est remis en suerte pour un picotazo. Début de faena par cambiadas, le novillo a une charge courte que Polope, citant de loin, allonge sans toréer, cassé en deux ce qui est méritoire et appréciable. La troisième série à droite et les premières naturelles dans la continuité sont templées et élégantes. Sur la série suivante, à gauche, le novillero se fait accrocher. Il commet l’erreur de prolonger la faena. Polope est un torero froid, peu expressif et le toro manque de transmission. La fin de faena, ennuyeuse, n’apporte rien à l’ensemble. Le novillero de Torrente salue après un pinchazo et une entière basse, habile et efficace.

Le troisième est un peu plus fait que les deux précédents. Piqué à deux reprises, il se défend un peu au contact du fer. Après l’avoir bien toréé à la cape, Solalito le banderille avec sincérité et efficacité. Le nîmois a fait beaucoup de progrès dans la pose des palos. Il en a encore fait plus dans la conduite de la lidia et sa manière de toréer. Solal commence la faena le long des planches, main sur le haut des barrières. Début un peu long qui étouffe le toro. Intelligemment, le novillero le laisse souffler et le cite de loin. Le bicho vient avec une certaine noblesse. Qualité dont le nîmois va profiter pour enchaîner avec sérénité des derechazos sincères, templés et élégants. Dans ces séries, le jeune novillero confirme les progrès entrevus à Mugron et confirmés à Soustons. A gauche, le toro est plus compliqué et il bouscule, sans mal, le novillero. Retour à droite pour une série, puis des adorños où Solal toréé avec sincérité et relâchement. C’est pour l’instant la meilleure faena de la course. Malheureusement l’épée est trasera, le novillo se couvre et Solal peine à le descabeller et doit se contenter de saluer.

Le quatrième est bien armé. Suelto, il est reçu à la cape de rodillas par Carlos Olsina. Après cette entame spectaculaire, le novillo prend un premier puyazo en poussant et un picotazo à la seconde rencontre. Après avoir brindé au père de Sébastien Castella, le biterrois commence sa faena sur la main droite. Le novillo, juste de forces, a une charge courte Après un début alternant de bons passages et d’autres plus brouillons, Olsina réduit les terrains et enchaîne des muletazos courageux qui portent sur le public. Silence après une mise à mort laborieuse.

Le cinquième est plus costaud mais moins armé. Il prend une pique dans le terrain du toril alors que le piquero n’est pas encore en place Il est mal piqué à la seconde rencontre. Début par le haut, Polope compose la figure sans templer ni peser sur un novillo qui a besoin d’être obligé. Le toro finit par partir aux planches. Au crédit du novillero, il réussit à ramener le Durand au centre. Par contre, la fin de faena, sous une pluie qui s’est invitée au quatrième, est dénuée d’intérêt. Le novillero, très pegapase, enchaîne sans y mettre la moindre émotion des muletazos. Ce toreo académique à un toro qui est allé à menos ennuie le public qui reste poli mais n’en pense pas moins. Silence après un bajonazo atravesada et une entière portée et sincérité, le novillero qui s’est vraiment engagé se faisant bousculer.

Sous une pluie qui redouble sort le sixième et dernier novillo. C’est le mieux présenté du lot. Il pousse à la première rencontre avec le cheval, la seconde est plus légère. Excellent capeador au premier tiers, Solalito est brillant au deuxième tercio. En début de faena, le novillo est un peu violent. Avec beaucoup de sérénité, le novillero lui apprend à passer. Ce dernier novillo a de la caste et transmet. Solalito, très motivé, avec calme, élégance et sincérité (comme à son premier) lie de bonnes séries, en particulier sur la corne droite. Final à émotion, réduisant les terrains, par luquecinas, le toro devient plus compliqué. Avec maturité, Solal le sort du terrain de la Présidence où il a tendance à prendre querencia pour l’estoquer. Un pinchazo hondo précède une bonne entière et la nîmoise coupe une oreille de poids.

Le jury, considérant qu’aucun des toreros n’a été bon dans l’ensemble des aspects de la lidia (de la réception à la mise à mort en passant par la mise en suerte à la pique) a décidé de ne pas attribuer la 60ème Cape d’Or.

Rendez vous pour la 61ème en espérant que la météo sera plus clémente.


Fiche technique : Arènes de Nîmes, novillada de la Cape d’Or
Six novillos de Durand, manquant un peu de fond, les troisième et sixième ressortant du lot, pour :

Carlos Olsina : une oreille, deux avis et silence
Miguel Polope : un avis et salut au tiers, un avis et silence
Solalito : un avis et salut, une oreille

Quatorze rencontres avec le groupe équestre
Cavalerie Heyral
La 60ème Cape d'Or n’a pas été attribuée

Demi-arène de COVID
Président: Richardd Tiberino
Soleil au début, pluie à la fin de la course

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : ElTico