Béziers (13/08/2021) : Daniel Luque et Juan Leal se partagent les deux seules oreilles de la tarde...

  • Imprimer

Visuel Beziers 13082021Cette deuxième corrida de la feria présentait certainement l'une des affiches les plus "actualisée" du moment... Difficile en effet de passer outre la récente régularité de Daniel Luque dans les triomphes ces dernières années, et l'émergence du toreo ultra classique d'Émilio de Justo, révélation des deux dernières temporadas. Quant à Juan leal, s'il s'est moins produit que ses compagnons de cartel en ce début de saison encore perturbé par la covid-19, il reste sur une Porte des Consuls ouverte en juin lors de la mini-feria de Nîmes et on sait que sa conception de toreo est appréciée du coté des Arènes du plateau de Valras.

Côté bétail, dans le cadre d'une édition 2021 très "domecquisée", on comptait beaucoup sur le piquant en général affiché par les toros de Torrestrella, l'une des branches d'origine des Torrealta au cartel ce vendredi.

Très joliment présenté, le premier Torrealta ne se fixe pas à la cape. Il prend deux rations de fer sans vraiment s'employer avant un quite d'Emilio de Justo par chicuelinas auquel Luque répond, toujours par chicuelinas et média. Luque entame sa faena par statuaires du meilleur goût, ce qui permet de constater que le toro, s'il est très noble, manque d'un peu de force. Il développe cependant de belles charges lointaines et répond à toutes les sollicitations sur le piton droit. C'est un peu plus décousu à gauche, mais de retour à droite, le liant se fait à nouveau. Final par bernardinas avant entière trasera au premier essai et deux descabellos. Oreille.

Emilio de Justo salua le deuxième, également bien présenté, par veroniques genoux fléchis puis passes en tablier, avant de le conduire à deux reprises face au groupe équestre. Quite par gaoneras de Juan Leal. Dès le début de la faena, le toro montre une noblesse un peu mièvre et l'ensemble a du mal à décoller. À gauche, le Torrealta baisse même clairement de ton, ce qui contraint le matador à abréger d'une entière basse au premier assaut. Vuelta après pétition d'oreille non majoritaire.

Le troisième est très bien présenté et armé. Il est désordonné dans la cape à sa sortie. Il prend deux piques sans classe. Début de faena par passe changée au centre, à genoux. Le toro est noble et encasté mais manque de force. Juan Leal va rapidement le contraindre dans des terrains réduits, ce qui va finir par l'arrêter complètement. Cet exemplaire restera inédit à gauche. Commence alors le traditionnel numéro de touche-touche qui, apparemment, convainc le public biterrois, également touché, avant entière en place d'effet immédiat. Oreille.

Supérieurement armé et astifino, le quatrième Torrealta reste froid dans le capote de salida de Luque. Il met les reins lors de sa première rencontre avec le picador et s'en vient avec conviction prendre la seconde. Dès le début de la faena, le toro développe de la violence lors de ses chiches embestidas. Luque, prudent, tente de le tempérer, uniquement sur la corne droite, avant d'abréger laborieusement. Silence.

Plus léger du lot avec 490 kgs, le cinquième était également très bien armé. Quite d'Émilio de Justo par chicuelinas entre les deux piques. Quite de Juan Leal après la seconde. Brindis à Sébastien Castella. Le toro est noble et le torero est sincère. Mais les premiers accords de la peña surprennent l'assistance, car la faena est hachée du fait d'un astado tardo et manquant de transmission. Entière basse en première intention. Silence.

Le sixième était le plus lourd de la tarde, affiché à 635 kgs. Il est lidié por fuera par Juan Leal qui le conduit au centre, avant deux belles piques de la main de Tito Sandoval. Le toro charge sans classe et Juan Leal raccourcit très (trop ?) vite les distances... Pinchazos à répétition avant entière tendida, qui privent l'arlésien de possible(s) nouveau(x) trophée(s)...


Arènes de Béziers
Vendredi 13 août 2021
Deuxième corrida de la feria
Entrée : Un peu plus de 3000 personnes
Toros de Torrealta, bien présentés, nobles et donnant un jeu limité en général, pour :

Daniel Luque, oreille et silence
Emilio de Justo, vuelta al ruedo et silence
Juan Leal, oreille et silence

Laurent Deloye ElTico


Voir le reportage photographique : ElTico