Journée taurine avec Thomas Dufau chez Casanueva...

  • Imprimer

Visuel Casanueva 130621 1Il n’y a pas que les restaurateurs qui se réjouissent de l’amélioration des conditions sanitaires et de l’allègement des mesures de protection qui l’accompagnent. Les éleveurs de toros de combat peuvent à nouveau recevoir du public pour des journées au campo.

Ce type de manifestation a un double avantage. Elles permettent de mettre du pienso dans les finances des ganaderos qui en ont bien besoin aujourd’hui. Mais elles sont aussi un moyen d’aborder la tauromachie pour les néophytes et pour les plus initiés de continuer à parfaire, comme lors des matinales avec Adour Aficion, leurs connaissances taurines.
La ganaderia landaise de Casanueva a reçu ce samedi une centaines d’aficionados dont des membres de la Peña de Thomas Dufau.
La journée a commencé dans la placita par la tienta d’une vache d’origine Torreon. La becerra, chorreada, bien faite a été testée au cheval par Laurent Langlois et à la muleta par Thomas Dufau.
A la cape, elle met bien la tête sur les deux cornes.
Mise en suerte au centre de la piste, elle prend un premier puyazo Remise au même endroit, elle tarde à partir puis vient en plusieurs temps Même scénario placée au 2/3 de la piste puis au toril. Elle accélère à chaque fois avant le contact, pousse mais sans alegria. A la muleta, elle est noble, répète mais il lui manque le moteur et le peps caractéristiques des Torreon. Elle permet à Thomas d’enchaîner de bonnes séries à droite, de confirmer les progrès réalisés par le torero sur la main gauche. Le torero finit en réduisant les terrains. Comme souvent le comportement de l’animal aurait enchanté les aficionados si on était dans le cadre d’une lidia normale. Mais on est en tienta et ce que le ganadero recherche c’est la perfection.

Dans un deuxième temps, le torero landais a lidié un bicho de quatre ans, lui aussi d’origine Torreon. Bien présenté, il est abanto et distrait. A droite, il met bien la corne, à gauche il est plus irrégulier en fonction de la distance à laquelle il est cité. Il prend une pique sans pousser. Avant de prendre la muleta, Thomas réalise un très beau quite au centre du ruedo. Début de faena dominateur et élégant à droite, le toro manque un peu de fond et à tendance à sortir de la passe en levant la tête. Thomas prend la main gauche. Le toro est moins collaborateur sur ce piton. Le torero trouve la distance, se croise et enchaîne une très bonne série sur cette corne. Retour à droite, le landais enchaîne derechazo, changement de main, naturelle et pecho. Et là, mon fils dirait, « quelle classe ! ». La série est superbe et confirme la sérénité, le poder, la dimension artistique dont Thomas faire preuve depuis quelque temps et quelques séjours à Sanlucar de Barrameda. Le toro est compliqué à gauche. Et on va vivre un de ces moments qui structurent une Aficion. Guidé, encouragé, boosté par Luisito , Thomas va finir sa faena par des séries à gauche qui au départ pouvaient nous sembler à tous être impossibles à réaliser. Une entière efficace conclut cette faena.
.Il y a plein de choses à retenir de cette matinée. La première, c’est que Thomas Dufau a franchi un pallier technique, artistique et aussi dans sa manière d’être torero. Il devrait le confirmer dès ce week-end à Istres puis à Mont de Marsan pour la corrida de Jandilla aux côtés de Ponce et Luque
La seconde est qu’il y a du bétail très intéressant dans le campo du Sud-ouest qui n’attend qu’à sortir dans les ruedos. Il suffit aux organisateurs de venir les voir et les programmer.

Thierry Reboul

Photographies : Alain Sabathier

Visuel Casanueva 130621 2 Visuel Casanueva 130621 3
Visuel Casanueva 130621 4 Visuel Casanueva 130621 5
Visuel Casanueva 130621 6 Visuel Casanueva 130621 7