• 1

Arles (06/06/2021 - matinale) : Raquel Martin, la femme serait-elle l’avenir de la tauromachie ?...

Salida Arles 06062021MC’est un public content d’avoir passé une bonne matinée qui a quitté les gradins des arènes d’Arles à l’issue de la novillada non piquée. Ce festejo devait marquer l’histoire comme étant le premier de la temporada française 2021. Il restera dans la mémoire des aficionados présents comme celui de la révélation d’un jeune espoir de la tauromachie qui a les enthousiasmés par son courage, ses qualités techniques et artistiques. Raquel Martin, jeune élève de l’Ecole Taurine de Salamanque a coupé trois oreilles pour ses débuts en costume de lumières.

Elle a comme tous les élèves que présentent José Ignacio Sanchez, un très bon bagage technique. Elle est sérieuse et appliquée mais elle est surtout torero dans l’âme. Elle a du recours en cas de difficulté. Elle domine avec aguante et autorité et toréé aussi avec élégance et inspiration.
Les erales de la famille Gallon, irréprochables de présentation, en particulier les troisième, quatrième et cinquième ont contribué au succès de cette matinale. Nobles et avec du fond ces trois novillos offraient des possibilités plus ou moins exploitées par les novilleros. Les quatrième et cinquième ont été honoré d’une vuelta al ruedo, récompense que méritait bien plus le troisième excellent bicho, le meilleur du lot que le novillero par manque d’expérience n’a pas su mettre en évidence.
Le premier, joli colorado, met bien la tête mais est très juste de forces. Ben reçu à la cape par Fabien Castellani, il permet à Raquel Martin d’éveiller l’intérêt du public en réalisant un très bon quite par taffaleras. Fabien commet l’erreur de commencer sa faena en obligeant le toro par le bas. Le Gallon est noble donc il répond à la sollicitation mais il trop faible et tombe à plusieurs reprises. Ovation pour le jeune arlésien après une faena qui est allée à menos et une mise à mort compliquée.

Le second est bien reçu à la cape par Raquel Martin. La jeune torera et Antonio Plaza se livrent à un duel de quite où se confrontent la finesse et l’élégance de la jeune torera et le toreo courageux et spectaculaire de l’arlésien. Après un bon tercio de banderilles (Thomas Ubeda à la lidia, Julien Breton et Marc Monnet aux palos), la novillera brinde son eral à José Ignacio Sanchez, directeur de l’Ecole Taurine de Salamanque. L’eral est juste de force mais il a un fond de caste que la jeune fille va chercher pour construire une très bonne faena, d’abord avec autorité puis avec plus de temple en particulier avec la main gauche. Elle se croise avec beaucoup de sincérité .Elle toréé juste ce qu’il faut de technique et d’aguante pour qu’elle puisse améliorer le novillo et exprimer ses qualités
artistiques de sa tauromachie. Elle coupe une première oreille après une estocade basse et deux descabellos.

Antonio Plaza, élève de l’Ecole Taurine du Pays d’Arles fait lui aussi sa présentation en non piquée. Il attend son eral à Porta Gayola en utilisant sa cape de paseo. La réception, qui s’en suit, est spectaculaire et un peu chahutée. L’eral bien présenté a de la race. Il vient de loin et humilie. Il a beaucoup de potentiel. Potentiel que n’exploitera que partiellement le jeune torero. Par manque d’expérience et parce qu’il a une tauromachie spectaculaire et trémendiste, il manque de temple et ne profite, ni ne met en valeur la classe du novillo. Le novillero est très courageux, volontaire mais comme souvent en non piquée il reste en dessous des possibilités du Gallon. On retiendra de la faena, une bonne série à gauche. L’arlésien fait une vuelta après une entière longue à faire effet d’autant que le puntillero fait se relever le novillo. L’arrastre est applaudie, l’eral aurait mérité une vuelta al ruedo.

Le quatrième est brindé par Fabien Castellani à Juan Bautista, Javier Conde et El Cordobès présents dans le callejon. Le novillo est noble, a de la race. L’arlésien l’entreprend à mi hauteur. Le novillo vient de loin et répète avec classe. Puis il fait l’erreur de vouloir baisser la main et l’eral tombe. Heureusement Fabien relève sa muleta. Le Gallon, encasté, va à mas et la fin de faena va elle aussi à mas Vuelta pour le toro et une oreille pour l’arlésien après une entière et deux descabellos.

Le cinquième est un joli colorado. Le toro s’arrête dans la passe et se défend en début de faena. Avec beaucoup d’aguante, de domination et une certaine technicité, Raquel Martin « adoucit » la charge de l’eral, l’améliore et le Gallon va à mas et lui permet comme à son premier une tauromachie plus artistique avec de bonnes séries de naturelles et un très bel adorño conclu par une magnifique firma. Cette seconde faena est plus technique que sa première. Elle peut paraitre moins sincère mais elle est très technique. Le novillo, manso con casta, finit par être noble et obtient une vuelta qui n’est que le fruit de la lidia de la jeune torera. Le public est enthousiaste et Raquel coupe deux oreilles après une entière basse. On sait qu’il faut garder la tête froide, ne pas s’enthousiasmer trop vite pour porter aux nues un torero débutant ; Mais Raquel Martin peut créer ce « boost » dont a besoin la tauromachie pour redémarrer après la crise qu’elle vient (et continue) de traverser.

Le sixième sera le moins bon du lot. Il se défend plus qu’il ne charge Antonio Plaza s’applique, réalise en fin de faena une bonne série à gauche. Mais il manque de métier et n’arrive pas prendre le dessus sur un eral qui va à menos. Silence après une épée très en avant.

       

Fiche Technique :
Arènes d’Arles, Dimanche 06 Juin 2021 ; novillada non piquée
6 erales de Gallon, bien présentés et donnant du jeu, excellent le troisième pour
Fabien Castellani (Ecole Taurine du Pays d’Arles): un avis et ovation, un avis et une oreille
Raquel Martin (Ecole Taurine de Salamanque) : un avis et une oreille, deux oreilles (présentation en non piquée)
Antonio Plaza (Ecole Taurine du Pays d’Arles) : un avis et vuelta, silence (présentation en non piquée)

Vuelta al ruedo aux quatrième et cinquième erales
Sorties à hombros de Raquel Martin et du ganadero Michel Gallon
800 personnes environ
Soleil et petit mistral
A l’issue du paseo, un souvenir a été remis par Patrick de Carolis (Maire d’Arles) et les matadors Javier Conde et El Cordobès aux trois novilleros.

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : ElTico