• 1

Nîmes (20/09/2020 - tarde) : La seule oreille pour Castella en clôture de la Feria des Vendanges...

©ElTico
©ElTico
Le matador de toros français Sebastián Castella a coupé la seule oreille d'une décevante corrida de Jandilla en clôture de la Feria des Vendanges de Nîmes.

C'est une confrontation explosive que l'empresa nimoise avait convoquée pour cette clôture de la première et, on l'espère, la dernière feria des vendanges en mode pandémie... On sait qu'entre Sebastián Castella et Miguel Ángel Perera, les relations n'ont pas toujours été au beau fixe. On se souvient que dans les patios de cuadrillas, certaines années, les deux toreros s'evitaient soigneusement. Les choses ont changé depuis. Les hommes ont mûri. Les carrières et leurs vicissitudes les ont aidé dans ce sens... N'empêche, entre ces deux collectionneurs de puertas grandes à Las Ventas, la confrontation est toujours à l'ordre du jour.
Le bétail provenant de la ganadería vedette de ces dernières années, "Jandilla", tout semblait réuni pour que la feria et cette "drôle" de temporada nimoise, se termine en feu d'artifice...

Le premier de "Jandilla" est du genre fuyard. Il prend deux piques quelconques et perd les mains à l'issue. Brindis à Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes. Le toro est noble et le biterrois le torée lentement en début de faena, parsemant son labeur de détails très toreros. La suite se complique lorsque le "Jandilla" commence à baisser de ton, les séries sont plus accrochées. Mort d'une épée basse et en arrière, suivie de quatre descabellos. Silence.

Le deuxième est marqué du fer de "Vegahermosa". Il reste froid dans le capote de réception de Perera avant de prendre deux piques en s'employant. Quite par tafalleras ultra ajusté. Brindis au ciel. Le toro est noble mais faible. Perera le torée joliment sur les deux rives, mais l'ensemble ne décolle pas. L'épée est dans l'épaule. Applaudissements.

Le melocotón sorti troisième montre très rapidement des signes de faiblesse, bien avant les deux simulacres de pique que lui administre Gabin Rehabi. Quite alluré pein centre du biterrois, qui met en suerte lui-même le bicho pour ses banderilleros. Le toro est noble et faible, mais son fond de race le tient debout et le pousse au combat. Castella va se l'enrouler autour de lui durant de longues minutes, avec domination et bon goût. L'épée basse est d'effet lent et trois descabellos seront nécessaires pour en finir. Silence.

Dès sa réception à la cape, le castaño sorti quatrième perd les mains. Il prend deux piques sans histoire. Quite de Castella par chicuelinas. Brindis au public. Entame de faena par cambiada au centre, de rodillas. Le toro vient de loin, sous les acclamations du public enfin sorti de sa torpeur. En le laissant récupérer, Perera va embarquer l'astado dans des séries templées, avec une main de fer dans un gant de velours. Final par luquecinas avant entière un poil basse à la première tentative, suivie de deux descabellos. Saluts après deux avis

Autre melocotón, le cinquième se livre dans le capote de Castella avec alegría. Il prend une première pique avec application et une seconde dont il sort seul, entrecoupées d'un quite par chicuelinas de Jeremy Banti. Après brindis au public, le torero de Béziers entame par cambiadas au centre. Le toro fait littéralement l'avion dans la muleta du biterrois en début de faena, mais il finit par se désunir, ce qui rend les échanges moins fluides. Entière basse d'effet rapide. Oreille.

Troisième melocotón du lot, le dernier toro de la temporada nimoise sort réservé dans la cape de Perera. Il prend deux piques entrecoupées d'un quite par chicuelinas du torero de Badajoz. Le toro est sans classe et malgré tous les efforts de Perera, la mayonnaise ne prend pas avant le numéro de touche-touche final, impressionnant de domination, qui obtient l'adhésion du conclave. Entière tombée et descabello. Silence.

À l'issue du paséo, une minute d'applaudissements a été observée en mémoire de Borja Domecq, ganadero de "Jandilla" décédé cette année.
Les deux toreros ont été invités à saluer une ovation.
Les banderilleros Juan Sierra, au deuxième et José Chacón, au cinquième, ont salué.

 

Arènes de Nîmes
Dimanche 20 septembre 2020-tarde
Corrida de Toros
Durée de la course : 2 heures 41 minutes
Poids des toros : 517 ; 550 ; 530 ; 514 ; 534 & 542 kgs
Six toros de Jandilla, bien présentés, faibles et hétérogènes de comportement, pour:

Sebastián Castella, silence après avis, silence après avis et oreille
Miguel Ángel Perera, applaudissements, saluts après deux avis et silence après avis

Laurent Deloye ElTico

Voir le reportage photographique : ElTico