Nîmes (18/09/2020) : Enrique Ponce ouvre la Porte des Consuls au terme d'une grande corrida de Victoriano del Río...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Le matador de toros Enrique Ponce a ouvert la première Porte des Consuls de la Feria des Vendanges 2020, à l'issue d'une importante corrida de Victoriano del Río dont un exemplaire a été primé de la vuelta al ruedo posthume.

Le deuxième rendez-vous de cette feria des vendanges 2020 avait de quoi attirer le public aux arènes. Au cartel, Enrique Ponce, un des enfants chéris de l'amphithéâtre romain ; Curro Díaz, qui attend toujours un grand succès en France, mais qui excite toujours la curiosité des aficionados et Emilio de Justo, révélation de ces dernières temporadas dont on espère que la crise sanitaire n'aura pas interrompu la bonne dynamique.
Le bétail avait été choisi chez Victoriano del Río, un élevage ayant connu de grands moments dans ces arènes, entre autres.
Et pourtant, bien qu'il soit difficile, avec la distanciation physique imposée par la covid-19, d'évaluer la fréquentation réelle des tendidos, celle-ci semblait en deça des attentes de l'empresa, de façon d'ailleurs bien regrettable. Et selon l'expression consacrée, les absents ont eu tort...

Le premier Victoriano del Río, soigneusement mis en suerte par Enrique Ponce, se montra bravito lors de la première rencontre avec le groupe équestre, sortant seul de la seconde. Brindis au public. Dés les premiers échanges muleterils, le Victoriano del Río découvrit sa nuque et développa des charges de grande classe. Le maestro de Chiva lui servit une faena toute de rondeur, agrémentée de délicieux changements de main qui, pour la première fois de la feria, firent rugir les étagères sous les accords de la "Concha Flamenca". Final par poncinas avant trois quarts de lame d'effet rapide. Oreille après pétition de la seconde et avis et pétition de vuelta pour le bicho.

Le deuxième prit une première pique sans avoir été mis en suerte. Il resta de longues secondes dans le caparazón, poussant épisodiquement la monture. La deuxième rencontre fut plus anecdotique. Sur le quite par chicuelinas qui suivit, Emilio de Justo se fit surprendre sur un retour du toro, accrochage dont il sortit miraculeusement indemne. Brindis à Enrique Ponce. Dès le début de la faena, le toro perdit plusieurs fois les mains. Curro Díaz en prit grand soin, le laissant récupérer entre les séries que les qualités du toro lui permettaient de prendre main basse, seule sa faiblesse empêchant l'ensemble de prendre plus de relief. Une demie-lame un peu basse et un coup de descabello clôturaient les débats. Salut au centre.

Le "Toros de Cortés" sorti troisième fut accueilli joliment à la véronique par Emilio de Justo, avant de prendre deux piques entrecoupées d'un quite par chicuelinas, le tout avec alegría et puissance, la seconde rencontre faisant résonner la musique. Brindis au public. Face à cet adversaire à la charge vibrante, De Justo développa une tauromachie ultra classique, sonore et parfois un peu brutale, qui n'obtint pas toujours l'adhésion des gradins. Final par naturelles de face avant entière à la deuxième tentative. Oreille et vuelta al ruedo au n°154 baptisé "Descreído".

Deux piques sans histoire pour le quatrième, qui en sort apparemment amoindri. Rudy Nazy avait convoqué Ennio Morricone et sous les accords de "Mission", le charme fit une nouvelle fois son effet malgré la faiblesse du Victoriano. Tout le répertoire Poncesque fut développé avec élégance, lenteur et profondeur durant dix minutes de magie, conclues d'une entière à recibir. De la belle ouvrage et une porte des consuls supplémentaires pour le Valenciano. Deux oreilles après avis.

Première pique prise en brave pour le cinquième, de Victoriano del Río, avant une seconde plus chahutée sur le picador de réserve. Brindis au public. L'entame de faena mit le public en ébullition et déclencha les accords musicaux. Le natif de Linares invita ensuite son adversaire de loin, celui-ci répondant à toutes ses sollicitations. Mais la faena résulta brouillonne, malgré quelques détails de grande classe, et la demie-lame suivie de deux pinchazos avant entière qui la cloturèrent virent s'envoler un possible trophée. Vuelta.

Le sixième du lot fut mis en suerte par chicuelinas en marchant pour une première rencontre lors de laquelle il s'employa longuement. La deuxième pique fut plus anecdotique. Le toro vint à la rencontre du picador après sa vuelta finale près de la porte de sortie, sans être piqué. La faena face à cet adversaire de qualité, mais perdant de son allant, fut inégale de qualité, conclue sur des séries ambidextres sans épée puis manoletinas. La mort fut laborieuse en trois assauts. Saluts au tiers.

Enrique Ponce a été invité à saluer après le paseíllo, une marque de reconnaissance qu'il a partagée avec ses compagnons de cartel
Le picador Germán González a été ovationné après le tercio de varas du troisième.
Perez Valcarce a salué aux banderilles du sixième.


Arènes de Nîmes
Vendredi 18 septembre 2020 à 17h30
Corrida de Toros
Durée de la course : 2 heures 38
Poids des toros : 536 ;  526  ; 542 ; 557 ; 552 & 538 kgs
Cinq toros de Victoriano del Río et un (3ème) de Toros de Cortés, bien présentés, tous donnant un bon jeu, le troisième, "Descreído", portant le n° 154, negro tostado, né en octobre 2015, primé de la vuelta al ruedo posthume, pour :

Enrique Ponce, oreille après avis et deux oreilles après avis
Curro Díaz, saluts au centre et vuelta al ruedo
Emilio de Justo, oreille et saluts au tiers

Laurent Deloye ElTico

Voir le reportage photographique : ElTico