Récital à la Chapelle du Méjan, Arles : Vendredi 11 septembre 2020 à 20h30...

  • Imprimer

Visuel ActeSud 020920José Tomás est à coup sûr le torero le plus fascinant et le plus énigmatique de ce temps. Peut-être, toutes époques confondues, le maestro des maestros, celui qui a fait de l’art du toreo un nouvel art martial.

Dans deux ouvrages publiés chez Actes Sud (Le Tao du Toreo et Sur un nuage de terre ferme), André Velter et Ernest Pignon-Ernest ont célébré ce prodige, en poèmes et en dessins, à partir de ses plus emblématiques corridas : le solo du 16 septembre 2012 à Nîmes et le « seul contre quatre » de Grenade le 22 juin 2019.
José Tomás s’impose en effet, dans les plazas de toros où il apparaît pour de rarissimes rendez-vous, comme celui qui accomplit ce que les poètes, de Rimbaud à Garcia Lorca, ont voulu ardemment convoquer : l’éternité ici et maintenant, comme l’avènement même du duende.
À la question Pourquoi tu torées ? il est une réponse qui foudroie : Parce que la vie c’est pas assez !
Et c’est dans la résonnance d’un tel foudroiement, que veut s’inscrire et se risquer le récital du 11 septembre 2020 à la chapelle du Méjan, avec André Velter et François Marthouret, accompagnés de Pedro Soler à la guitare flamenca et de Gaspar Claus au violoncelle.

Une exposition des dessins originaux d’Ernest Pignon-Ernest consacrés aux corridas de José Tomás sera inaugurée le 11 septembre à 18h, dans la galerie de la librairie Actes Sud, en présence de l’artiste.


(communiqué)