Nîmes (14/09/2019 - matinale) : La seule oreille pour Solalito...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Ce samedi matin, l'empresa des arènes nimoises proposait une novillada marquée du fer de San Sebastian. Pour les affronter, El Rafi, Fernando Plaza et Solalito.

Le premier San Sebastian fut applaudi à son entrée en piste pour une présentation avantageuse avant de rester court dans le capote de salida d'El Rafi. Au tercio de varas, le novillo fut logiquement économisé lors de deux picotazos pour cause de conditions physiques limitées. Le nimois se chargea lui même du second tercio, écoutant une belle ovation à l'issue. Face à un animal manquant de force malgré un fond de noblesse affiché, le protégé de Patrick Varin dût toréer à mi hauteur, avec beaucoup de délicatesse, pour tracer des passages ambidextres plaisants mais qui ne purent monter en intensité. Fin de trasteo rallongé par luquecinas avant de tuer d'une lame atravesada suivie d'un coup de verdugo efficace. Ovation avec salut.

Fernando Plaza salua son premier opposant par veroniques, ponctuées par une larga cordobesa. Face au lancier, cet exemplaire reçut deux légères rations de fer. Sur les échanges initiaux de muleta, l'utrero se cassa la patte avant droite, obligeant le madrilène à clore les débats le plus rapidement possible. Silence.
Une annonce au micro informa le public que le sobrero, offert par le ganadero, serait lidié aussitôt par l'espagnol.
Ce San Sebastian, reçu par veroniques, fut très mal piqué par deux fois. Visiblement très motivé, Fernando Plaza initia sa faena par six muletazos de rodillas, le long des tablas, avant une passe du mépris allurée. Hélas la suite fut moins radieuse, le San Sebastian, sans grand moteur ni transmission, ne laissa aucune option de briller à l'espagnol. Mort en quatre temps. Silence.

Solalito réceptionna son adversaire par veroniques avant de le faire châtier par deux fois. Le nimois posa lui même les palos, recevant une chaleureuse ovation après un tercio conclu par une paire al violin. Malgré un manque de force palpable, le bicho développa une belle maniabilité sur les deux rives, permettant ainsi à Solal de s'exprimer avec goût. Proposant une muleta douce et intelligente, le gardois livra, sous les airs musicaux, une faena plaisante et bien construite, qui trouva écho sur les gradins. Après de longues tandas ambidextres, harmonieuses et templées, le protégé de Serge Almeras joua la carte de la variété, à base de redondos, passe dans le dos et luquecinas. Une mort par descabello après une lame contraire, placée à l'épaule gauche, fut le point faible de cette prestation convaincante. Ceci n'empêcha pas le public de demander un trophée à la majorité absolu. Oreille.

Rafi accueillit son second novillo à porta gayola avant de se faire désarmer sur les capotazos suivants. Le nimois se reprit parfaitement, dessinant de remarquables veroniques jusqu'au centre de piste, agrémentées de chicuelinas enjouées. Le premier tiers fut entrecoupé par un quite agréable du Rafi, combinant chicuelinas et tafalleras. Début de faena par cambiadas et changement de main parfaitement dosé. Trouvant rapidement la distance idoine, le français profita d'un adversaire intéressant sur tribord pour imprimer deux séries d'une belle intensité, déclenchant la musique. Sur la troisième, le San Sebastian baissa de ton, ne permettant pas au nimois de continuer sur la même lancée. La suite sur bâbord connut en premier lieu des bons moments avant que l'ensemble ne baisse progressivement de rythme, l'astado allant à menos sur ce côté là. Ultime série poderosa avant une lame atravesada suivie de deux coups de descabello, lui faisant certainement perdre une oreille. Légère pétition non accordée par le palco. Vuelta.

Fernando Plaza calibra parfaitement ses veroniques de réception face à un animal jouant des pitons. Tercio de piques médiocre de la part d'un cavalier maladroit. Aux banderilles, cet utrero mit à mal la cuadrilla de l'espagnol par des fusées à chaque sortie de pose de palos. Face à un exemplaire se jetant avec violence dans le leurre et présentant un danger sourd, Fernando Plaza proposa une muleta ferme et technique, tirant ainsi le maximum du quadripède. Faisant un effort notable, le novillero sortit de son voile plusieurs échanges isolés de bonne facture avant de terminer cette prestation par des bernardinas ultra serrées, faisant frisonnner l'assistance. Mort par entière suivie de trois coups de verdugo. Ovation avec Salut.

Solalito dompta l'ultime de la matinée par veroniques avant de lui faire administrer un double ration. Échange de quite piquant entre les deux novilleros nimois. Solal invita Rafi à partager le tercio de banderilles. Face à un utrero sans grande ressource, le français tenta de construire une faena, en vain. Manoletinas de clôture avant un trois quart de lame contraire d'effet lent. Applaudissements.


Arènes de Nîmes (30)
Samedi 14 septembre 2019, à 11h30
6 novillos de San Sebastian
Poids : 459, 478, 440 (2bis), 469, 489, 476, 461.
Durée : 2h52
Temps variable
1/3 de plaza

El Rafi : Ovation avec salut / Vuelta
Fernando Plaza : Silence / Silence / Ovation avec Salut après avis
Solalito : Oreille / Applaudissements

Solal Calmet "Solalito" effectuait sa présentation en novillada piquée.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico