Dax (17/08/2019 - tarde) : Le sobrero, ce quinto muy malo...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Avant la sortie du cinquième, la corrida était décevante avec des Ana Romero insuffisants et inégaux de présentation, faibles et décastés. A L’exception de la faena d’Adrien Salenc au troisième, c’était un parfum d’ennui qui planait sur le ruedo de la cité thermale. Le cinquième, le titulaire, faiblissime sort invalide du tercio de piques. Le président sort le mouchoir vert.

A sa place, j’aurai préféré, sachant ce qui allait sortir du toril comme sobrero, me faire insulter parce que je laissais en piste un invalide. Une fois le titulaire rentré au toril, sort du chiquero un animalcule d’une présentation indigne d’une arène même de troisième catégorie. Certains pensaient même à une erreur du torilero qui aurait fait sortir le réserve de la non piquée du matin.Une carte d’identité de « jeune toro », un physique de petit novillo ( les 505 kg annoncés sont sûrement le fait d’une erreur de manipulation de la bascule), et une tête d’eral. Cet Ana Romero, par qui le scandale est arrivé, rejoindra le dernier Victorino Martin de Mont de Marsan au bêtisier taurin de la temporada 2019. La bronca est immense, le palco impassible ne réagit pas et Pepe Moral, sous les sifflets, toréé un bicho dont la bonté couplé à l’absence de châtiment aux piques faisait penser à ces bichos utilisés dans les pueblos espagnols lors de festivals non piqués.
Du reste de la course, il n’y a pas grand-chose à retenir.


Le premier, léger mais dans le type, est abanto et juste de force. Il prend deux picotazos s’affalant à l’issue du premier. Il est noble mais arrive à la muleta quasi infirme. Domingo Lopez Chaves commence une faena d’infirmier. Au début, il toréé à mi hauteur pour éviter que le novillo tombe. Par conséquent, l’Ana Romero s’arrête à mi passe. Petit à petit, il se rapproche des planches. A gauche, il est soso. En fin de faena, soit le toro tombe, soit il s’échappe vers les tablas. Silence après un pinchazo, une entière basse et un descabello, sifflets à l’arrastre.
Le second est fuera de typo. Il prend deux piques en manso. Bien que distrait et tardo, il charge sans poser de problèmes particuliers. Il ne transmet aucune émotion mais est toréable que ce soit sur la corne gauche ou sur la droite. Pepe Moral construit une faena élégante mais est systématiquement profilé et fuera de cacho. Il finit par se faire emmener par les planches par le novillo et par indisposer une partie du public. Silence après une entière basse et sifflets à l’arrastre.
Le troisième sera le moins mauvais du lot. Il est dans le type de l’encaste, se fixe rapidement et humilie dans le capote d’Adrien Salenc. Bien reçu à la cape, il prend une pique en se défendant, tombe avant de prendre un picotazo. Il chute à nouveau lors du second tercio. Adrien le brinde au public. Il construit une faena intelligente, adaptée au contexte. Début par des aidées par le haut, le français continue par des derechazos à mi hauteur. Il se croise, oblige et soutient un toro qui n’a pas les moyens physiques de sa noblesse (ou de sa soseria). Le toro se décompose et Salenc prend l’épée de mort. Une entière en avant conclut une faena professionnelle compte tenu des défauts de l’Ana Romero. Le public demande et obtient une oreille pour le jeune matador français.
Le quatrième est le mieux armé du lot. Il sort du toril avec une certaine mollesse. Il prend une première pique en poussant (un peu) et un picotazo. Le toro, à la muleta, a une bonne corne gauche. Domingo Lopez Chaves le toréé façon marginale, sur le voyage, abusant du pico. Il se fait rappeler à l’ordre par le public et se recentre. La faena est très en dessous des possibilités offertes par le toro. Le bicho, non dominé, devient andarin. Difficile à fixer, il impose le terrain de l’estocade à un torero que l’on a connu meilleur lidiador . Le bicho tombe après deux demies et une bonne entière. Le public, qui n’a pas apprécié que la mort du toro soit si longue, gronde puis se tait après l’arrastre.
Le cinquième, le mieux présenté du lot, sort invalide du tercio de piques. Mouchoir vert et sort le quinto par qui le scandale arrive (plus haut). Bronca à la sortie, lors de chaque tercio et au moment de l’arrastre.
Le sixième prend deux piques légères. Adrien Salenc essaie de le tenir debout en début de faena mais le toro se décompose très vite et, le sentido prenant le dessus devient avisé. Le français abrège et tue d’une très belle épée porté avec beaucoup de sincérité et d’engagement. Très forte ovation de despedida quand Adrien Salenc quitte le ruedo et bronca de gala pour les organisateurs à l’issue de la corrida.

 

Fiche technique
Arènes de Dax, quatrième corrida de la Féria 2019
Six toros d’Ana Romero dont un sobrero (5ème bis) imprésentable dans une arène de première catégorie, les autres très justes de présentation, faibles nobles et souvent sosos pour :


Domingo Lopez Chaves : un avis et silence, deux avis et silence
Pepe Moral : silence, un avis et sifflets
Adrien Salenc : une oreille, silence


Douze piques et picotazos, cavalerie Bonijol
Sifflets lors de l’arrastre des toros et bronca pendant et après la « lidia » du cinquième
Président : Guy Bourniac
Il y avait des vides sur les gradins, les absents ont eu raison
Belle météo estivale

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour