• 1

Béziers (17/08/2019 - tarde) : Escribano et Galdós coupent les deux oreilles de deux Margé de vuelta al ruedo...

©ElTico
©ElTico
A la mi-temps de cette corrida de Margé, on se demandait ce qu'on allait bien pouvoir en raconter... Certes, le paseo à deux, sans Galdós, retardé sur l'autoroute et l'oreille refusée à Luque à son premier nous auraient permis de gagner quelques lignes. Mais après ?...

Puis sortit "Atlas", marqué du numéro 146, choreado de robe, spectaculairement armé, qui commença par mettre correctement les rognons sur deux rencontres avec le lancier, avant de manquer d'arracher la fesse droite d'Escribano sur une des passes changées initiales de la faena. La plaza sortit alors de sa torpeur pour accompagner le brave combat du pensionnaire des Monteilles, bien aidée en celà par un Manuel Escribano parfois un rien cabotin, mais qui donna beaucoup de sa personne, le séant à l'air, pour contenir les assauts de "Atlas". Après une entière rapide d'effet bien que légèrement tombée, le natif de Gerena coupait une oreille, "Atlas" effectuait un tour de piste et déjà, Olivier Margé venait saluer un public ravi. Passons sur le combat du cinquième, inventé par Luque, ce qui lui valut cette fois de lui couper une oreille et voilà qu'entre en piste "Eös", n°172, negro, lui aussi brave sous le fer sous deux grosses piques. Joaquín Galdós, qui avait paru un peu emprunté lors de son premier combat, peut-être sous le coup du stress du à son retard, hissa son niveau pour atteindre celui de son toro et et donner à l'assistance de nouvelles raisons de vibrer. Une entière concluante, deux oreilles pour le péruvien et une vuelta pour "Eös" plus tard, revenait en piste Olivier Margé, cette fois-ci accompagné de son père Robert, pour répondre à l'ovation du conclave qui avait oublié à juste titre qu'il avait sifflé les trois première dépouilles de la tarde... Deux toros avaient complètement fait changer le visage de cette course qui semblait vouée au désastre et qui, demain, restera comme triomphale dans les statistiques et dans les mémoires de ceux qui y ont assisté. "Sin toro no hay corrida"...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Manuel Escribano salua "Minos" a porta gayola avant de se faire désarmer quelques secondes plus tard. Reprise du capote pour tracer plusieurs veroniques plaisantes, écoutant par la suite une belle ovation. Au tercio de varas, le Margé se fit vilainement piquer lors d'une carioca rectifiée, s'en suivi une puya trasera et pompée. Le protégé de José Luis Moreno écouta une chaleureuse ovation après un tercio de banderilles brillant et engagé. Face à un animal retord et violent, allant à menos, Escribano livra une prestation sérieuse, extirpant de ce Margé plusieurs derechazos isolés fort méritoires. Sur la rive gauche, l'espagnol ne put rien tirer de cet adversaire. Mort en deux temps. Silence.

Daniel Luque réceptionna "Ouranos" par un capote de velours, dessinant de majestueuses veroniques jusqu'aux remates inspirés. Face au groupe équestre, le Margé reçut une ration rectifiée avant de venir de loin avec franchise et allant lors d'une ultime rencontre trasera. Brindis au public. Au dernier tercio, l'andalou dut composer avec un astado à demi charge. Après plusieurs séries sans histoire, Luque réussit à donner du relief à son combat, délivrant trois tandas de derechazos bien calibrés près des planches, là où le bicho se montrait plus collaborateur. Mort par entière au second assaut, déclenchant une pétition non accordée par le palco. Vuelta et bronca à la présidence.

Joaquin Galdos lidia "Centaure" par fuera avant de le conduire au lancier pour une première pique trasera, enchaînée par une seconde forte mais mieux placée. Dès les premiers échanges muleteros, le Margé se montra sans charge et manquant d'humiliation. Après quelques tentatives sans succès, le péruvien abrégea logiquement les débats. Mort par lame habile après pinchazo. Silence.

Nouvelle porta gayole réussie pour Manuel Escribano lors de la réception d'Atlas. Face au lancier, le Margé se montra bravito sur deux contacts, mettant bien les reins. Tercio de banderilles magistral de l'espagnol dont une dernière paire par un quiebro al violin millimétré, qui fit vibrer la foule. Brindis au public avant d'initier sa faena par des cambios vibrants et ultra serrés, en témoigneront sa taleguilla déchirée au niveau du postérieur. Trouvant de suite le bon sitio à ce Margé démarrant avec alegria et embistant avec classe, Escribano servit une faena intense qui trouva un fort écho sur les travées dont les meilleures séquences furent tracées sur la corne droite. Final par manoletinas citées de loin, avant de parachever cette prestation convaincante et complète dans tous les tercios par une entière un poil de côté, délivrant deux oreilles du palco. Vuelta posthume de cet exemplaire de haute note. Fin de tour de piste d'Escribano accompagné par Olivier Margé.

"Harpagon" se montra froid dans le capote de salida de Daniel Luque. Très bon tercio de piques du bicho qui développa force et bravoure sur la première pique, poussant le groupe équestre sur plusieurs mètres avec décision, tête collée au peto. Sur la seconde, le Margé rentra avec conviction dans le caparaçon mais fut vite enlevé par le lidiando. Luque débuta sa faena par six muletazos stoïques, les pieds rivés au sol, faisant descendre des tribunes plusieurs olés appuyés. Face à un exemplaire aux demi charges qui se décomposa au fil des séries, le protégé de Robert Piles tira le maximum de cet astado. Volontaire, il gratifia le public de plusieurs derechazos a gusto et parvint à faire monter l'intensité de son combat lors d'une ultime série de luquecinas pleine d'aguante et de poder, qui fit se lever le public comme un seul homme. Oreille après entière d'effet rapide.

"Eos" se fit sévèrement châtier par deux fois. A la muleta, Galdos débuta par des doblones, un genou à terre, très plaisant. Profitant de la noblesse de ce Margé, le péruvien réalisa une faena ambidextre de qualité, alternant les séries avec finesse, élégance et variété. Doblones inspirés en conclusion de trasteo avant de tuer par une entière efficace. Deux oreilles et vuelta posthume au toro. Salut en piste de Robert et Olivier Margé à la demande de Galdos.


Arènes de Béziers (34)
Samedi 17 août à 18h
6 Toros de Robert Margé
Poids : 495 , 505 , 490 , 540 , 530 , 500.
Durée : 2h35
Beau temps
Présidence : Michel Daudé / Jean Christophe Solier / Pascal Lopez
1/2 plaza

M.Escribano : Silence / Deux oreilles
D.Luque : Vuelta / Oreille
J.Galdos : Silence / Deux oreilles

Sortie a hombros de Manuel Escribano, Joaquin Galdos et Olivier Margé par la Puerta Grande.
Joaquin Galdos arriva avec vingt minutes de retard, bloqué par les embouteillages.
Vuelta posthume au toro numéro 146 , de nom "Atlas" , né en janvier 2014 , pesant 540 kilos , sorti en quatrième position.
Vuelta posthume au toro numéro 172 , de nom Éos , né en mars 2014 , pesant 500 kilos , sorti en sixième position.

Alexandre Guglielmet

 

Voir le reportage photographique : ElTico