• 1

Vistalegre (23/02/2019) : Emilio renverse la plaza madrilène...

©Chele Ortiz
©Chele Ortiz
Ce samedi 23 février, la Feria de Invierno de Vistalegre programmait un mano a mano entre El Cid et Emilio De Justo. Pour arbitrer ce duel, l'empresa "Tauroemocion" proposait un desafio ganadero entre Parladé, Puerto de San Lorenzo et Victorino Martin.

Le premier de la tarde, marqué du fer du Puerto de San Lorenzo se montra fuyard et guère intéressé par le capote de salida du Cid. Ce dernier parvint tout de même à lui enchaîner cinq veroniques de catégorie, plein centre de piste. Lors d'une seule vraie rencontre à la cavalerie, le bicho se montra brave, poussant la monture avec force. Après les doblones d'ouverture et deux séries ambidextres d'inégale intensité, l'astado du Puerto partit chercher refuge aux planches, confirmant ce côté manso affiché tout au long du combat. L'andalou sortit quelques muletazos isolés de son voile sans pour autant convaincre un public lui reprochant ses placements douteux. Mort rapide par lame trasera. Silence et sifflets à l'arrastre.

Emilio De Justo fit rugir les tendidos en saluant son toro du Puerto par un capote de velours, un genou au sol. En poussant la monture par devant, le bicho fit chuter le groupe équestre sur la première et unique rencontre. Le torero de Caceres gratifia une fois de plus le public de sa facilité capotera, réalisant un quite vibrant par gaoneras. Salut de Morenito d'Arles, après deux paires de banderilles de catégorie. A la muleta, le toro se montra compliqué, donnant des coups de tête lors des échanges initiaux. A base de technique, l'espagnol parvint à lui gommer cette mauvaise manie, lui tirant deux séries de belle facture. A gauche, l'astado n'a rien à donner, seulement un danger sourd s'accentuant au fil des passes. Reprise de la diestra pour une tanda de bonne composition, pimentée par une démonstration d'aguante sur un derechazo. A la suerte suprême, il tua par un tiers de lame, suivi d'un coup de verdugo. Ovation avec Salut.

Le Victorino, sorti en troisième position, fut applaudi à son entrée en piste. Le pensionnaire de Las Tiesas fit preuve de bravoure sur la seule puya reçue. Le Cid demanda et obtint le changement de tercio, à l'encontre de l'avis du public qui aurait aimé voir ce toro aller une seconde fois à la pique. Muleta en main, l'espagnol trouva instantanément le bon sitio et le bon rythme à donner à cet animal vif et encasté. Il servit deux séries de derechazos avec temple, déclenchant les accords musicaux. Sur la rive gauche, le Victorino mit plus en difficulté le maestro, se retournant rapidement sur les chevilles, le résultat artistique s'en fit très vite ressentir. Retour à tribord, où le Cid imprima deux importantes tandas de derechazos, impactant allègrement les gradins. La fin fut à menos, le toro baissant de ton et le diestro ne trouvant plus les bons accords. Mort par entière caida suivie d'un coup de descabello. Ovation avec salut après pétition. Ovation à l'arrastre.

Emilio salua de fort belle manière son second adversaire, à base de douces veroniques contrastant avec la caste et la rapidité du Victorino. Ce cardeño rencontra en brave le piquero à deux reprises. Dès l'entame de faena, le Victorino se révéla dangereux et réfléchi. Ses charges avisées et sa tête chercheuse ne firent pas reculer le protégé d'Alberto Garcia et Luisito, bien au contraire. Frôlant le drame par trois fois, se faisant notamment accrocher, Emilio livra un vrai arrimon, rempli de courage et de volonté. Faisant frémir l'assistance à chaque muletazo, il parvint à réaliser une faena haute en intensité et en émotion, supérieure sur une corne gauche qu'il torea avec douceur et décision. Une mort en quatre temps lui empêcha de couper une oreille de poids et de loi. Ovation avec Salut.

Le Parladé, sortit en cinquième position, ne prit qu'une ration de fer. Avec envie, El Cid débuta sa faena plein centre, citant de loin son adversaire, enchaînant par de bons muletazos droitiers. Hélas ce début prometteur n'eut pas la suite escomptée. Face à cet animal maniable mais manquant de classe, l'ibère ne parvint pas à accrocher les tendidos, se faisant souvent rappeler à l'ordre pour ses placements lointains. Mort par lame trasera efficace. Ovation avec Salut.

Emilio salua par veroniques allurées le dernier de la tarde. Ce Parladé reçut une grosse prise de châtiment, semblant à l'issue accuser le coup. Au dernier tercio, le diestro put profiter des charges pleines de noblesse de cet exemplaire pour éditer un véritable faenon. Profondeur, toreria, arte, pureté et personnalité furent les maîtres mots des dix minutes de bonheur qu'Emilio offrit au public. Son trasteo connut son apogée lorsqu'il arrêta le temps lors de deux séries de naturelles, a camara très lenta, qui firent se lever la foule comme un seul homme. A l'épée, il ne trembla pas et logea une entière très engagée jusqu'à la garde, libérant fort logiquement les deux oreilles du palco présidentiel.


Plaza de toros de Vistalegre (Madrid)
Samedi 23 février 2019 à 18h.
Desafio ganadero : Puerto de San Lorenzo (1,2), Victorino Martin (3,4), Parladé (5,6).
1/2 plaza
Durée : 2h25

El Cid : Silence / Ovation avec salut après avis / Ovation avec Salut
Emilio De Justo : Ovation avec Salut / Ovation avec Salut après avis / Deux Oreilles.

Sobresaliente : Chapurra

Sortie par la puerta grande d'Emilio De Justo.
A l'issue de la corrida, Victorino Martin reçut le prix du meilleur ganadero du jour.
Les deux maestros ont salué à l'issue du paseo avant que l'hymne espagnol ne soit jouée.

Alexandre Guglielmet

 


Voir le reportage photographique : Chele Ortiz - CorridaFrance.com

 

Voir la séquence photographique des volteretas de Emilio de Justo : Chele Ortiz - CorridaFrance.com

VISTALEGRE | PUERTA GRANDE EMILIO DE JUSTO 23/02/2019 Tauroemoción, 2019 from Tauroemocion on Vimeo.