Rion des Landes (18/11/2018) : En attendant 2019...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Les feuilles tombent, les premiers frimas arrivent et la saison taurine touche à sa fin. C’est en nombre que les aficionados du Sud-Ouest et quelques aficionados du Sud-Est se sont rendus aux arènes de Rion des Landes pour la traditionnelle Fiesta Campera.

La tradition a été respectée par la présence, une année de plus, du bétail de la famille Jalabert, de toreros qui ont marqué la temporada. Il a juste manqué, dans le callejon, la silhouette de Luc qui nous a quitté cette année. Son fils Jean-Baptiste, recordman des participations à cette matinée taurine et jeune retraité des ruedos, a assisté à ce spectacle pour la première fois depuis la contrepiste, après avoir reçu le coup de cœur des chroniqueurs taurins du Sud-Ouest.
Correctement présentés pour la circonstance, les novillos de l’élevage camarguais sont sortis nobles et justes de forces.

Le premier chahute Octavio Chacon lors de sa réception par une larga afaroladas de rodillas. Le Jalabert est compliqué à la cape. Il tarde à se livrer met la tête mais serre le torero à la sortie de la passe. Il se défend lors son unique rencontre avec la cavalerie. A la muleta, il est tardo et a une charge courte. Chacon le double le long des planches avant de le conduire au centre du ruedo. Le torero de Cadix a du recours et un très bon niveau technique. Il se croise en laissant la muleta devant le museau du bicho, il l’oblige à allonger sa charge. Belle prestation technique qui manque un peu de transmission par la faute du bicho. Octavio réduit les terrains en fin de faena et tue d’une bonne entière (après deux pinchazos). Le toro met du temps à tomber et à être puntillé ce qui refroidit un public déjà réfrigéré par le petit vent glacial qui souffle autour et dans les arènes. Toreros et public accordent à Chacon la première oreille de la matinée.

Le second est très juste de forces. Il tombera à plusieurs reprises. Il est bien piqué par Thomas Dufau qui cumule ainsi les fonctions de picador et de matador. Le landais commence sa faena par des cambiadas, le novillo perdant ses appuis à la quatrième passe. Le bicho est noble mais charge en marchant et chute si on le fait trop humilier. Soso, il oblige le torero à l’entreprendre à mi-hauteur et en douceur. Thomas fait le travail mais le Jalabert ne s’investit pas et la faena manque d’émotion, même quand le matador réduit les terrains. Dufau coupe une oreille après deux tentatives à recibir à un animal qui s’emploie très peu, la seconde (un tiers de lame) s’avérant concluante.

Venu remplacer Roman, Alvaro Lorenzo sera l’auteur de la meilleure faena de la course. Son opposant manque de forces. Il prend un picotazo dont il sort éprouvé. Le toro est très noble. Le torero de Tolède commence sa faena à mi-hauteur et torée en douceur. Le novillo se reprend et permet à Lorenzo d’enchaîner des séries à droite et à gauche très élégantes. D’un torero qui toréé de la main gauche, on dit qu’il torée « al natural ». Alvaro, lui torée naturellement, tant chaque geste semble spontané, fluide, dans le bon tempo et en harmonie avec la charge du toro. Il confirme à Rion la très bonne saison réalisée en Espagne, ce qui devrait inciter les organisateurs français à le programmer en 2019. Le matador est à la hauteur du torero et toreros et public lui accordent les deux oreilles et la queue après un très grand coup d’épée.

Le quatrième, le plus costaud du lot, est bien réceptionné à la cape par Tibo Garcia. Faible, le bicho est économisé à la pique. Bien que noble, il a une charge courte et doit être lidié à mi-hauteur pour le soutenir. Tibo, avec élégance, enchaine une bonne série à droite puis la meilleure de la faena à gauche. Le toro se décompose, est de plus en plus pénalisé par sa faiblesse et la faena va à menos. Le provençal coupe une oreille après un pinchazo et une entière un peu basse.

En cinquième lieu sort un eral du Laget pour Solalito, le novillero sans picadors triomphateur de la Férie de Rion. Noble et avec de la caste, il déborde le joven à la cape. Solal réalise un très bon tercio de banderilles avant de brinder sa faena à Jean-Baptiste Jalabert. Le novillo vient de loin avec une certaine alegria. Il ira à mas au long de la faena. Le nîmois va alterner des muletazos isolés, où il exploite bien la charge du novillo, avec d’autres où il pèse moins dessus et se retrouve en difficulté. Solal coupe la dernière oreille de la temporada du Sud-Ouest.

A peine la temporada 2018 dans le Sud-Ouest s’achève que déjà fleurissent sur les pare-brises les flyers annonçant la première course de la saison 2019. Elle aura lieu le 17 Février à Magescq. Les triomphateurs des non-piquées de 2018 affronteront six erales de la ganaderia Alma Serena.

Fiche Technique
Arènes de Rion des Landes : Fiesta Campera
4 novillos des Frères Jalabert et un eral du Laget nobles et justes de forces pour :

Octavio Chacon : une oreille
Thomas Dufau : une oreille
Alvaro Lorenzo : deux oreilles et la queue
Tibo Garcia : une oreille
Solalito : une oreille

Présidence assurée conjointement par les toreros et le public
Crachin breton à partir du troisième
8/10èmes

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour