Tyrosse (22/07/2018) : Une oreille pour la douceur de F.Robleño ; une pour l'entrega d'A.Lamelas pour un desafio ganadero remporté par les Miuras...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Les arènes de Tyrosse avaient décidé de faire dans l'originalité en proposant un cartel totalement inédit. Côté bétail le duel des légendes ganaderas Miura et Palha (les miura portugais). Côté toreros avec notamment la présence d'Arturo Macias, grande vedette mexicaine mais quasiment inédit dans le sud ouest hormis un passage par Mont de marsan en 2010, et des spécialistes des élevages compliqués F Robleño et A Lamelas.

Pour ajouter du piquant place a été faite sur deux toros à l'écarteur landais Baptiste Bordes spécialiste des toros braves, et qui fit honneur aux porteurs de bolero en écartant avec succés et émotion le 2ème (palha) et 6ème (miura). Pour les organisateurs, il fallut faire face aux impondérables d'une bataille entre toros dans les corrales et un des Palha d'origine, rendu impropre à la lidia dut être remplacé au sabot levé par un Fernando Pereira Palha (origine vazqueña).

Le desafio fut remporté haut la main par les Miura avec notamment la noblesse (oui!) de Palomo sorti en 4ème position qui rencontra la muleta de velours de Fernando Robleño et la complexité de Alcoholero auquel livra baitaille avec cran et courage Alberto Lamelas.

 

Fernando Robeño

Le tambour major était l'invité de dernière minute. Bien présenté le Fernando Palha fut piqué à trois reprises faisant preuve d'un mauvais style et l'intensité des piques allant a menos. Le madrilène débuta de la droite et dut vite se rendre à l'évidence que c'était la mauvaise corne de son adversaire. Ceci étant, même à gauche, le toro chargeait à mi hauteur sans grande intensité. Dès la fin de 4ème série, Romeiro va a menos, et Robleño reste prudent dans ses entreprises. Final médiocre en trois temps aux aciers, plus deux descabellos. Silence

Dès la sortie du 1er Miura de l'après-midi impressionnant de gabarit, F Robleño comprit qu'il avait touché un bon adversaire. Bien reçu au capote, le pupille de Zahariche démontra de la bravoure lors de la 1ère pique mais son manque de poder rendit le second contact anedoctique. Cela ne l'empêcha pas d'extérioriser une belle noblesse dont profita Fernando.Dans une faena ambidextre avec néanmoins une préférence pour les derechazos, il composa une faena allurée en faisant preuve de relâchement et allongeant les muletazos qu'il ne put malheureusement lier, le Miura manquant d'un brin de chispa. La belle entière au deuxième jet libéra une oreille méritée.

Arturo Macias

Le mexicain passa une après-midi difficile, sa tauromachie légère s'accordant mal avec les exigences de ses adversaires. Le Palha fut écarté superbement par Baptiste Bordes. Jusqu'à l'estocade finale, un veritable coup de canon, ce fut le meilleur moment de la vie publique de Camarito. Macias eut du mal à s'imposer à son Palha qui s'arrêta assez vite, ses passes ne pesant pas assez sur son adversaire. L'estocade foudroyante mit le public dans de bonnes dispositions et c'est aux côtés de B Bordes que le mexicain fit une vuelta très applaudie.

Le 5ème aux cornes abîmées, ne s'avéra pas très collaborateur. Pour le mater, il aurait fallut une muleta plus ferme que celle de l'aztèque. La faena sera exclusivement droitière et s'il resta digne dans son actuacion, c'est sans peine ni gloire qu'il en termina avec ce Miura compliqué. Silence

Alberto Lamelas

On retrouva le madrilène tel qu'en lui-même. Courageux, volontaire toujours, brouillon parfois mais faisant front et offrant deux faenas pleines d'émotion au public tyrossais. Avec le Palha, un miracle eut lieu dès la réception a puerta gayola d'où Lamelas ressorti avec le costume déchiré et la fesse droite zébrée par la corme qui faillit le transpercer. Après 3 piques, le palha montre quelques signes de faiblesse sur les premiers muletazos. Débutée à droite, la qualité de la faena va crescendo jusqu'à la prise de la main gauche. La corne est peu claire et c'est en s'arrimant et en allant chercher la corne contraire avec son corps qu'Alberto va obliger son adversaire à charger. Après un final par le haut, l'épée contraire enfouie au 3ème essai réduit le succès à un simple saluts.

Avec l'imposant dernier Miura et, après au prix d'un gros effort un écart spectaculaire de B Bordes, Lamelas partit pour une bataille qui ont fait sa légende dans le sud-ouest. Le Miura est court de charge sur la défensive et se retournant avec envie sur les chevilles du torero. Après 3 premières séries sur le fil, le Miura semble mieux prendre le leurre sur les deux séries suivantes où les muletazos durent plus longtemps. Il ne faut pas se relâcher et sur un retour à gauche, le Miura soulève Lamelas sans trop de mal mais la faena a définitivement basculé dans une guerre de tranchée que le torero va finir par remporter sans céder de terrain. Belle entière, un descabello et une oreille fort jutement attribuée.

 

Saint Vincent de Tyrosse

3/4 d'arènes

3 toros de Miura , 2 toros de Palha , 1 toro de Fernando Palha

14 piques

cavalerie Heyral

Fernando Robleño silence(1 avis)/oreille

Arturo Macias vuelta/silence

Alberto Lamelas saluts (1 avis)/oreille

Saluts de Juan Navazo après deux paires de banderilles très exposées au 6ème.


Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour