• 1

Mont de Marsan (20/07/2018) : De Justo triomphe face à un très bon lot de La Quinta...

©Roland Costedoat
©Roland Costedoat
Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Les aficionados ont quitté avec le sourire les arènes du Plumaçon après une corrida entretenue. La technique de Juan Bautista, la classe et le profondeur de De Justo et le courage de Dufau associés à un excellent lot de toros de La Quinta nous ont permis de vivre une belle après-midi de toros.

Dans le type de l’encaste, aucun des bichos n’a été le toro parfait mais tous avaient un détail, des qualités ou des défauts à résoudre qui ont maintenu l’intérêt tout au long de la corrida. On retiendra la bravoure au cheval du premier, la classe du second et l’exigence du dernier.
Les cuadrillas de Bautista et Dufau ont fait un effort pour mettre en valeur les La Quinta au cheval. Alberto Sandoval, Nicolas Bertoli et Juan José Esquivel ont été applaudis après de bons tercios de piques.

Juan Bautista a posé le cadre dès le début de la course en mettant remarquablement en suerte son premier au cheval. Le toro charge de loin et pousse lors des deux rencontres. A la muleta, le bicho continue de partir de loin mais se défend plus qu’il ne s’investit dans la passe. Il n’a pas beaucoup de charge à gauche Jean Baptiste a du mal à corriger les à coups dans les arrancades d’un La Quinta qui va à menos. Faena intéressante mais sans grand moment conclue d’une demie et d’un descabello.
Le quatrième manque de bravoure au cheval. L’arlésien détecte très vite qu’il a une très bonne corne droite encore fallait-il lui apprendre à passer. Jean Baptiste avec la technique qu’on lui connaît impose sa volonté et enchaîne des séries mêlant derechazos et passes d’ornement. Dommage que la corne gauche ne soit pas du même niveau et que le toro manque de fixité en fin de faena. Un énorme recibir vient conclure les débats et à lui seul valait l’oreille obtenue par le public.

Emilio de Justo reçoit avec beaucoup d’élégance le second. Après un tercio de piques qui nous a montré la bravoure du toro, le torero va nous embarquer dans sa tauromachie mêlant poder et expression artistique. Le La Quinta est très noble avec une noblesse suave qui convient à la personnalité du torero de Cacérès. Sur les deux cornes, quasiment sans se replacer, il enchaîne des muletazos profonds, sincères qui grandissent le toro. Le summum est atteint lors de l’énorme dernière série à droite et les trois dernières naturelles de face. Emilio coupe deux oreilles après cette grande faena conclue par une entière en avant.
Le cinquième est celui qui est le moins dans le type de l’encaste. Il saute dans les premiers capotazos et est mal piqué. Morenito d’Arles et José Manuel Perez Valcarce saluent après un très bon tercio de banderilles. Le début de faena semble simple, le toro est noble. Il vient bien dans la muleta et permet à De Justo de toréer avec temple et élégance. A la deuxième série à droite, le La Quinta a jeté un coup d’œil vers les planches et à la première à gauche, il a manifesté son fort intérêt à aller dans les tablas. En lidiador efficace, Emilio le maintient au centre, toréant avec élégance et autorité, le replaçant systématiquement d’un coup de poignet pour la série suivante. Il coupe une nouvelle oreille après cet intéressant moment de tauromachie et une belle entière portée avec engagement.

Thomas Dufau n’était pas dans un bon jour. Son premier, intéressant au cheval, a une charge vive et rectiligne à la muleta. Après un bon début à droite profitant de l’alegria du bicho il ne pèse pas sur l’animal. La faena va baisser de ton quand le torero prendra la main gauche, corne où il ne trouvera jamais le sitio. Le torero landais pinche deux fois avant de s’engager pour une bonne entière.
Le sixième est bravito au cheval. Il met en difficulté les banderilleros. A la muleta, il est noble mais très exigeant. Il charge avec noblesse sur les deux cornes mais prend vite du terrain au torero. Thomas a du mal à le canaliser et à trouver le sitio pour s’imposer. Avec beaucoup de courage, il essaie à gauche et finit par enchaîner une bonne série sur cette corne. Le reste de la faena est en dessous des possibilités du La Quinta. La mise à mort est excellente d’engagement et d’efficacité.

Le mayoral de La Quinta est invité à saluer à l’issue de la corrida. Des toros, des toreros qui veulent et peuvent font une bonne corrida comme nous l’a encore confirmé celle que nous venons de vivre.

Fiche technique :
Arènes de Mont de Marsan : Troisième corrida des Fêtes de la Madeleine 2018
Six toros de La Quinta dans le type de l’encaste, tous différents dans leur comportement mais apportant de l’intérêt et de la transmission pour :

Juan Bautista : silence, une oreille
Emilio de Justo : deux oreilles, une oreille
Thomas Dufau: un avis et silence, silence

Salut de Morenito d’Arles et José Manuel Perez Valcarce au cinquième
Quatorze piques, cuadra Bonijol
Sorties applaudies des picadors Alberto Sandoval, Nicolas Bertoli et Juan José Esquivel
Salut du mayoral à l’issue de la corrida
Président : Philippe Lalanne
Pluie du troisième au cinquième puis retour du soleil, température enfin supportable
Lleno

Thierry Reboul