• 1

Istres (16/06/2018 - tarde) : Le courage froid de Juan Leal lui ouvre la grande porte...

©ElTico
©ElTico
La corrida des héros Istréenne s'en est à coup sûr trouvé un en la personne de l'invité de dernière minute, Juan Leal, qui remplaçait le matador de toros vénézuélien Manolo Vanegas, sérieusement blessé à l'entraînement, pour lequel nous avons une pensée émue ce soir...

Avec trois oreilles arrachées au terme de deux combats d'émotions fortes, l'arlésien confirme son retour au premier plan initié lors de faenas du même accabit à Las Ventas et Bilbao lors des dernières temporadas et à Nîmes plus récemment.
Les toros de Valverde ont joué à merveille la partition torista qui leur était réservée. De présentation irréprochable, spectaculaires en général sous le fer, ils ont néanmoins en général manqué d'entrain lors du troisième tiers. Et si le ganadero Jean-Luc Couturier, présent en barrera, fut chaleureusement applaudi ; si le mayoral Jean-Pierre Odet fut logiquement appelé à saluer en piste, la vuelta al ruedo octroyée au quatrième exemplaire ne s'imposait pas après la faena sérieuse et technique de Morenito de Aranda qui a arraché des muletazos méritoires sur les deux bords à cet exemplaire un peu arrêté après un tiers de pique d'une rare intensité. Fort heureusement, le torero de Burgos a pu faire étalage de sa classe et de son sens artistique face au premier, le seul manifestant malheureusement quelques signes de faiblesse, ce qui limita son potentiel récompense à une oreille.

Un peu décevante en revanche l'après-midi de Pepe Moral, un peu marginal face à son premier et beaucoup devant le cinquième, dont il vint à bout avec peine...

Laurent ElTico Deloye


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier pour Morenito de Aranda perdit les mains sur le capoteo de réception, laissant envisager un manque de force chez le quadripède. Sur la rencontre initiale face au piquero, le Valverde poussa la monture en mettant bien les reins. Sur la seconde, le bicho s'élança avec franchise mais fut logiquement que très peu piqué. Sur les échanges initiaux de muleta, le Valverde se montra maniable malgré une tendance à relever la tête sur chaque fin de muletazo. Intelligemment, l'espagnol laissa le voile à sa hauteur pour en extirper le meilleur notamment sur un piton gauche de meilleur son. Maîtrisant son sujet, Morenito livra une prestation agréable et bien construite, qui connut ses meilleurs moments sur la rive gauche lors de trois séries de naturelles léchées et ajustées, moments les plus artistiques de l'après-midi. Une entière concluante vint délivrer un appendice du palco présidentiel. Oreille.

Pepe Moral salua le second du lot par un capoteo de bon goût, rematé par deux médias toutes en rondeur. Face à un piquero très précis, le Valverde se mit en valeur en se montrant brave par trois fois dont une dernière pique en partant de loin, avec alegria. Dès le début de faena, l'astado sembla accuser le tercio de piques où il laissa beaucoup de force. Face à cet astado vite éteint, l'andalou tira tout ce qu'il put de cet exemplaire, sans jamais parvenir à faire décoller l'ensemble. Deux pinchazos suivis d'une entière et d'une multitude de coups de descabellos. Silence après avis.

Le troisième reçut une forte ovation à sa sortie pour son port de tête extrêmement agressif. Juan Leal le réceptionna par une larga de rodillas qui passa à quelques millimètres de sa chaquetilla, donnant des sueurs froides à toute l'assemblée. Au tercio de varas, le Valverde poussa partiellement sur la première pique avant une seconde sans histoire. Ce premier tercio ne corrigea pas le coup de tête extrêmement violent de l'animal. Brindis à Bernard Marsella. Entame de faena très osé par des cambios plein centre, impactant les tendidos. Après une première série gauchère au résultat inégal, l'arlésien livra deux séries importantes de derechazos poderosos et allurés, pesant ainsi sur ce coriace adversaire. Débordant de courage et d'engagement, il choisit de partir très rapidement dans son registre encimiste et tremendiste, servant des redondos et muletazos vibrants, faisant passer de hautes émotions sur les étagères malgré quelques accrochages d'étoffe. Il tua par une entière trasera et légèrement tombée suivie d'un grand coup de descabello. Deux oreilles.

Le quatrième est guère collaborateur dans le capote de salida de Morenito de Aranda. Face au cheval, le Valverde se montra brave, rentrant à trois reprises avec force dans le peto, soulevant spectaculairement la monture sur la rencontre initiale. Au dernier tercio, le toro manqua d'allant et d'humiliation dans ses charges. Dans un trasteo sérieux et appliqué, l'ibérique imprima des séries méritoires majoritairement droitières, corne plus propice au toro. A gauche, la tentative fut infructueuse face aux complications diverses de l'animal. Pinchazo suivi d'une lame basse. Silence pour le torero et vuelta posthume excessive pour le Valverde.

Le cinquième est également applaudi à son entrée sur le ruedo pour sa présentation sérieuse avec deux pitons pointés vers le ciel. Face à un picador maladroit, le toro de Coste Haute mit les reins mais sans parvenir à déplacer la monture lors d'une double prise de châtiment. A la muleta, le Valverde manqua de classe et de transmission. Pepe Moral édita un semblant de faena, toreant à distance et sans grand engagement. Après une entière au deuxième essai, l'espagnol fut mis en déroute, enchaînant les coups de descabellos. Il tua finalement par une entière très basse, récoltant de copieux sifflets. Sifflets.

Juan Leal lidia avec maîtrise, par fuera, ce toro de belle présentation. Au tercio de piques, le pupille de Jean Luc Couturier se montra plus discret que ses frères. Salut sous la musique de Marco Leal et Manolo de Los Reyes après un second tercio de qualité. Entame magistral de Juan Leal par un enchaînement de derechazos à genoux, plein centre, ponctué par un pecho d'une extrême délicatesse. Sur les muletazos suivants, l'astado montra un manque de force certain, agrémenté par de récurrents coups de tête. Après quelques séries d'intensité irrégulière, l'arlésien sortit de sa muleta une série harmonieuse de derechazos, toute en rondeur et en goût. Sentant que son animal baissait de ton, Juan raccourcit les distances pour servir des passages tremendistes, connectant ainsi un peu plus avec des tendidos friands de cette tauromachie. Entière trasera d'effet fulgurant, libérant un trophée du palco. Oreille.


Arènes du Palio à Istres (13)
Samedi 16 juin 2018 à 18h
6 toros de Valverde
Poids : 505 , 510 , 525 , 535 , 510 , 520.
Casi lleno.
Beau temps
Durée: 2h28

M.D.Aranda : Oreille / Silence.
P.Moral : Silence après avis / Sifflets après deux avis.
J.Leal : Deux Oreilles / Oreille.

Le prix au meilleur torero a été attribué à Juan Leal.
Le prix au meilleur picador a été attribué Juan Antonio Carbonell pour sa prestation au second toro.
Salut de Jean Pierre Odet, mayoral de Valverde, après la tarde.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico